Android : certains fabricants de mobiles tentés d'aller voir ailleurs ?

03 septembre 2012 à 13h40
0
Utilisé par plus de deux tiers des smartphones dans le monde, le système d'exploitation mobile développé par Google a également été mis en cause dans le procès Apple/Samsung. Certains fabricants pourraient vouloir trouver un autre partenaire, au cas où.

00C8000005334170-photo-android-multi-utilisateur-gb-sq.jpg
Huawei, Sony, Lenovo ou encore ZTE équipent l'essentiel de leurs appareils mobiles avec le système d'exploitation Android. Le 24 août, le tribunal de San José en Californie a statué sur le fait que l'OS de Google violait des brevets déposés par Apple dans le cadre du procès l'opposant à Samsung. Selon Google, les points incriminés « ne visent pas le cœur de son système ». La décision n'a pas de conséquences en façade pour l'instant, mais pourrait engendrer des mouvements de fond.

Selon Reuters, plusieurs fabricants pourraient chercher à assurer leurs arrières et envisager des systèmes alternatifs. D'après plusieurs sources « initiées » de l'industrie mobile consultées par l'agence, comme Pete Cunningham, analyste chez Canalys, « aujourd'hui, tous les vendeurs de smartphones sous Android envisagent une option logicielle différente, au cas où ».

Samsung a présenté à l'IFA de Berlin son premier smartphone reposant sur Windows Phone 8. Selon un observateur du secteur, la société, avec cette annonce, veut prouver qu'elle peut réagir rapidement après sa défaite face à Apple. Malik Saadi, analyste chez Informa, explique que la marque est largement associée à Android et qu'elle ne parviendra pas à se séparer de cette image rapidement.

Interrogés par l'agence, plusieurs constructeurs de mobiles équipés d'Android ont confirmé qu'ils continueraient à utiliser la plateforme de Google. « La décision de justice n'est pas pertinente et ne nous concerne pas » a déclaré Chris Edwards, responsable du développement de ZTE en Europe. Sony, pour sa part, estime que le procès « n'a pas de conséquences pour son entreprise ».

De son côté, Huawei indique par la voix de son vice-président mobiles Lars-Christian Weissewange avoir « fait son choix » pour Android. Une décision, dit-il, confortée par les attentes des consommateurs. Pour Gianfranco Lanci, directeur des opérations de Lenovo en Europe, la décision de justice « n'affectera pas la manière de penser des consommateurs ».

Malgré sa petite part de marché de 3,5%, contre 68% pour Android, Windows Phone, dont la version 8 est attendue pour bientôt, devient une alternative de plus en plus crédible aux systèmes d'exploitation de Google, Apple et Rim - même si ce dernier ne propose pas son OS aux fabricants de mobiles.

Mais les fabricants sont un peu coincés entre Android et iOS qui disposent chacun d'un catalogue de plus d'un-demi million d'applications, contre seulement 100 000 pour l'OS de Redmond. « Microsoft a besoin de créer un écosystème applicatif riche car il est encore à la traîne » a commenté Roberta Cozza, analyste chez Gartner.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Souris gaming : la Level 10 M de Thermaltake disponible
Microsoft et Nokia reversent 1 million de dollars à 36 startups
L’Europe pose les premières pierres du marché unique des fréquences
Nexus 7 : Asus plancherait sur une version 3G
Le géant de la distribution Walmart affûte son moteur de recherche
Grooveshark est à nouveau banni de Google Play
Windows 7 aurait finalement dépassé XP en parts de marché
Amazon : un nouveau Kindle Fire subventionné par la pub ?
Facebook part à la traque aux faux
Nouveau record à la baisse pour l'action Facebook
Haut de page