France.fr : des hébergeurs privés proposent leur aide

23 juillet 2010 à 12h33
0
Las des lazzis sur ce « ratage à la française », deux hébergeurs privés viennent d'annoncer qu'ils se feraient un plaisir de contribuer à la remise sur pied du site France.fr, indisponible depuis les heures qui ont suivi sa mise en ligne, le 14 juillet dernier. Octave Klaba, patron d'OVH, propose ainsi d'assurer gratuitement pendant un an les frais d'hébergement du site, en y consacrant tous les moyens nécessaires. Frédéric Montagnon, patron de la plateforme de blogs Overblog, a quant à lui interpellé directement la secrétaire d'Etat au numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, par l'intermédiaire de Twitter, pour lui proposer son aide histoire de « stopper le massacre ».

00B4000002558674-photo-drapeau-fran-ais-france.jpg
Opéré par le Service d'information du gouvernement (SIG) avec l'aide d'un hébergeur tiers, Cyberscope, France.fr se voulait pour mémoire la vitrine de l'Hexagone sur le Web et doit rassembler moult informations pratiques et historiques à destination des internautes étrangers désireux de venir séjourner dans le pays. Mis en ligne dans la nuit du 13 au 14 juillet, le site a très rapidement cessé de répondre. Différents messages d'avertissement se sont alors succédés, indiquant notamment qu'il allait être nécessaire de procéder à un audit de l'architecture utilisée pour héberger le site.

Un laps de temps qui n'a pas manqué de susciter moqueries et quolibets chez certains médias étrangers. Aux Etats-Unis, en Allemagne ou en Angleterre, on s'est ainsi complu à souligner l'ironie du sort qui veut que la France ait raté le lancement de sa vitrine le jour de l'anniversaire de la prise de la Bastille. La palme revient sans doute à Michael Arrington, du fameux blog Techcrunch, qui dans un billet sans une once de tendresse, pronostique une réouverture du site aux alentours de 2013. En France, l'internaute rit aussi, mais jaune.

« Nous sommes prêt à donner un coup de main pour France.fr, par citoyenneté... Un contact à nous donner pour stopper le massacre ? », a lancé jeudi soir Frédéric Montagnon, d'Overblog, à NKM, qui l'a pour l'instant renvoyé vers le SIG. « Ovh se propose d'apporter son aide et d'héberger ce projet gratuitement durant 1 an avec autant de serveurs, de la bande passante et d'homme qui seront nécessaire pour maintenir le projet en fonctionnement et encaisser toutes les montée en charge qui se présenteront », a quant à lui proposé, via la lettre d'information d'OVH, son patron Octave Klaba.

Un petit coup de pub à peu de frais, histoire de souligner qu'héberger des sites à fort trafic, certains en France savent faire ? Sans doute, puisque le gouvernement ne pourra vraisemblablement pas accepter l'aide gracieuse de sociétés privées, tenu qu'il est de sélectionner ses prestataires par le biais d'appels d'offres. « Nous nous fixons pour objectif une relance opérationnelle dans la deuxième quinzaine d'août et confirmons la sortie, pour novembre prochain, d'une version dotée d'une dimension participative », promet maintenant le site.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
scroll top