Donnez des applis mobiles à ceux qui en ont besoin

12 décembre 2014 à 18h21
0
0064000005682052-photo-anicet-mbida.jpg
L'éditorial de Anicet Mbida, rédacteur en chef de Clubic Pro.
Grosse déception cette semaine. Sur les dix applications mobiles professionnelles annoncées par le tandem IBM/Apple, à peine trois s'adressent aux agents de terrain. Une fois de plus, les cols blancs derrière leurs bureaux sont les premiers servis. Ceux travaillant réellement en situation de mobilité, ceux qui en ont le plus besoin, devront attendre.

Cette situation est d'autant plus surprenante que l'on s'inquiète actuellement du ROI des applications métier mobiles. Sans parler des Cassandres pour qui smartphones et tablettes ne rendront jamais aussi productif qu'un bon vieux PC portable. Il fallait s'y attendre en ciblant la population de l'entreprise ayant le plus accès à l'information. S'il s'agit simplement de basculer la consultation sur un autre appareil, les gains seront minimes.

La SNCF et la Poste déploient des milliers de smartphones

Sans être naïf, je comprends cette obstination à servir d'abord les cols blancs. Beaucoup font partie de la direction, leur influence est grande. Ils étaient d'ailleurs les premiers à insister pour connecter leur tout nouveau smartphone au réseau de l'entreprise... parfois contre l'avis de la direction informatique. Pas étonnant qu'ils aient été privilégiés. Aujourd'hui pourtant, le ROI d'une application métier mobile sera autrement plus rapide si elle cible l'agent de terrain.

Première économie : sur le prix d'achat. Les terminaux utilisés jusqu'ici sur le terrain sont en général propriétaires, donc beaucoup plus chers que des smartphones ou des tablettes du marché. Bien souvent l'argument « durci » ou « conçu pour les pros » ne tient pas. Exemple à La Poste et à la SNCF qui ont déployé des milliers de smartphones : le prix du terminal est tellement bas qu'ils préfèrent le remplacer, plutôt que le réparer.

Quant aux gains de productivité, ils sont plus évidents à démontrer chez un agent de terrain. Diagnostic, relevé, téléconsultation, préparation de rapports... les bénéfices sont immenses pour cette population silencieuse, moins influente. Alors si les cadres ne sont pas convaincus par leurs applications métier mobiles, comment convaincre d'en déployer à ceux qui en ont réellement besoin ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : Huddle lève 51 millions de dollars
Live Japon: quand les politiciens vont sur le terrain des otaku, ça dérape
Clubic vous facilite la comparaison de prix avec l'extension Clubic Bons Plans
On Refait le Mac : Coups de coeur de Noël, 2ème partie
Sondage : quel est votre avis sur les assistants vocaux?
LG : un écran 8K de 55 pouces prêt pour le CES ?
Code.org veut mettre tout le monde au codage en une semaine
Google redore son blason en aidant les sans-abri à San Francisco
Antec P380 : un grand-tour résolument haut de gamme
La 4G de Bouygues passe sous la Manche
Haut de page