Exotec devient la 25ème licorne française : mais que fait cette start-up au juste ?

17 janvier 2022 à 17h30
10
Skypod Exotec © Exotec
Le robot Skypod (© Exotec)

La start-up Exotec est spécialisée dans la conception de robots et bras articulés à destination des acteurs du e-commerce. Sa dernière levée de fonds, d'un montant de 293 millions d'euros, la propulse comme nouvelle licorne française.

Et de 25 ! Trois ans avant l'objectif fixé par le président Emmanuel Macron, Exotec est devenue, lundi, la 25e licorne française, ces jeunes entreprises dont la valorisation dépasse le milliard de dollars. L'entreprise basée à Croix, dans les Hauts-de-France, a officialisé ce même jour une levée de fonds de série D de 335 millions de dollars, soit 292 millions d'euros. Elle lui permet d'être valorisée autour de 2 milliards de dollars, et d'entrer dans une nouvelle dimension.

Une flotte de robots et bras articulés pour entrepôt

Exotec, scale-up française spécialisée dans la robotique d'entrepôt, est née en 2015 des mains de Romain Moulin et Renaud Heitz, dans l'optique d'ériger des entrepôts robotisés. Ses robots sont chargés de préparer des commandes. Les machines (regroupées sous le système Skypod) peuvent atteindre une hauteur de 12 mètres et multiplient par cinq la productivité d'un entrepôt, avec des temps de réponse très courts pour toutes les références d'une marque, de deux minutes maximum. Exotec a également développé le Skypicker, un bras articulé qui peut déplacer des objets de moins de 2 kg, avec la préparation simultanée de quatre commandes, et une cadence pouvant aller jusqu'à 600 articles par heure.

Skypicker Exotec © Exotec
Le bras articulé Skypicker (© Exotec)

L'entreprise, qui opère la recherche et développement, le manufacturing et la production depuis la France, compte Cdiscount parmi ses clients phares. Elle a déjà équipé une cinquantaine d'entrepôts pour des grandes marques internationales, comme le géant du prêt-à-porter japonais Uniqlo et le mastodonte de la grande distribution Carrefour, avec ses systèmes robotiques.

La dernière levée de fonds d'Exotec fait d'elle la première licorne industrielle du pays. Elle a été menée par l'Américain Goldman Sachs Asset Management, soutenu par le fonds de Bpifrance, Large Venture, ainsi que par 83North, Breega et Iris Capital, qui étaient déjà présents au capital de la société. Depuis 2015, l'entreprise est parvenue à lever près de 450 millions de dollars. Sa dernière levée remontait à 2020 (88 millions de dollars).

Exotec veut accélérer sur la R&D, pour conquérir de nouveaux marchés

Exotec veut mettre sa dernière levée au profit de son développement international. Via Uniqlo, l'entreprise est déjà présente au Japon, mais aussi en Amérique du Nord. Elle entend se renforcer sur ses marchés existants tout en s'implantant sur d'autres territoires, alors qu'elle réalise les trois-quarts de son chiffre d'affaires à l'étranger.

En parallèle, l'entreprise va devoir élargir sa gamme de produits. Nous vous parlions tout à l'heure de SkyPod et du Skypicker, mais Exotec veut ajouter d'autres cordes à son arc, et compte également progresser sur son logiciel de gestion, sans doute pour proposer une solution de bout-en-bout à la pointe de la technologie. La firme nordiste entend ainsi recruter 500 ingénieurs orientés R&D d'ici 2025. Elle emploie aujourd'hui 350 salariés.

Les annonces d'Exotec viennent en tout cas embellir un peu plus le début d'année faramineux de la French Tech. PayFit (254 millions d'euros), Ankorstore (250 millions d'euros), Qonto (484 millions d'euros) et Back Market (450 millions), licorne la mieux valorisée, ont grandement contribué à ce début 2022 remarquable.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
9
dreamangelo
Très bonne nouvelle. Je suis le développement de cette entreprise depuis 3 ans, trouvant le sujet de la conception robotique assez enchanteur, et ayant failli postuler à un poste de contrôleur de gestion là bas. Je trouve que partir de rien et en arriver là, en 5 ans. Chapeau bas M. Moulin et Heitz. Espérons un avenir radieux à cette entreprise.
Kratof_Muller
Ces tâches répétitives souvent dévolues à des robots humains ( communément appelé prolétariat) et bientôt confiées à des automates vont soulager l’homme de souffrances certaines ainsi que le salaire souvent ridicule qui va avec . N’étant pas spécialement un adepte de la taxe à tout va comme c’est le cas en France, la question se pose ici, combien de salariés remplace un robot ? Comment compenser et financer le chômage et une élévation du niveau des zéros diplômes pour qui ces boulots souvent épuisants sont la seule manière honnête de rentrer un peu de maille.<br /> Jusqu à quel point un automate peut devenir complexe ? Des robots de micro chirurgie autonomes nourris à l’IA.<br /> L’ouvrier devra peut être devenir un technicien de supervision de ces machines perfectionnées. Quant aux zones manuelles et fatigantes où le robot n’est pas souhaitable et/ou souhaité, peut être y verrons nous une revalorisation de ces activités.<br /> Je pense à un petit milliardaire chinois dont j’ai perdu le nom, il a liquidé son groupe de 3000 salariés et ses activités, principalement dans la céramique. Ce capital ( environ 3 milliards) il l’a réinvestit dans une usine quasi autonome très productive dont le contrôle des automates, si mes souvenirs sont bons, a été confié à moins de 5 techniciens et 2 ingénieurs.
Popoulo
Mais ces tâches là pouvaient permettre à des personnes qui n’avaient pas eu la chance/possibilité de faire des études de pouvoir travailler.
julla0
D’où sa question pertinente: «&nbsp;Comment compenser et financer le chômage et une élévation du niveau des zéros diplômes pour qui ces boulots souvent épuisants sont la seule manière honnête de rentrer un peu de maille&nbsp;».
Stellvia
Parce que des gens ne sont pas capables de faire autre chose on devrait selon toi ne pas progresser ? Tu as pensé a tout les gens qui ont bossé sur ce projet ? C’est quoi cette façon de penser et ce nivellement par le bas, la gauche a malheureusement encore de beau jour devant elle en france. Asimov était tellement en avance sur son temps c’est incroyable, comprendra qui pourra.
Kratof_Muller
@Stellvia<br /> Je ne suis pas du tout à gauche, d’autant que je suis un petit indépendant, et je considère même que remplacer des robots humains en souffrance par des machines qui ne souffrent pas est un mieux, mais le revers de la médaille, on dirait que vous ne le percevez pas.<br /> Si la productivité augmente par remplacement de salariés, que deviennent ils ? Je vous l’annonce: il n’y a et n’aura pas de place pour tout le monde, alors que fait-on ? Être à droite c’est bien, d’accord … Et on laisse sur le carreau les autres ? Je ne nivelle pas par le bas, j’essaie juste d’imaginer les conséquences d’une généralisation de l’automation et de l’IA et le rapport bénéfice/problématique .<br /> Votre vision binaire est un réel problème, elle vous aveugle, par ailleurs Asimov, un grand de la SF, je l’admets, si mes souvenirs sont bons décrit bien souvent des dystopies marxisante/socialocommunisantes, d’un humain perdu au milieu de machines dans un empire ultra technologique ayant ramené l’homme à une sorte de moyen age futuriste qui suivit cette révolution ( la révolution des robots ?).<br /> En fait je crois que vous n’avez rien compris de mon message… Et pourtant je suis pour la science comme facteur d’abaissement des souffrances humaines, @julla0 a bien compris l’enjeu.<br /> Il ne devrait jamais vous échapper que la robotique entre dans la problématique Malthusienne, l’homme devient inutile et non nécessaire, ce n’est pas un problème à considérer selon vous ?<br /> Cela me fait penser à un épisode d’une série de SF (Electric dream peut-être, mais pas certain).<br /> Dans cet épisode nous voyons un environnement post apocalyptique, des humains dont la moitié ressemblent à des punks à chiens se faire livrer leur bouffe et leurs besoins par un groupe avancé de robots et drones autonomes qui a pris en main toutes les problématique de production et d’ordre (une armée, oui …)<br /> Une jeune héroïne poussée par son questionnement veut comprendre ce qui se passe derrière les murs, ce qu’elle y découvre est un point Goodwin : il n’y a plus d’humains sur la planète, ils ont tous été remplacés par des androïdes qui ignorent leur propre nature et pourquoi ? Pour que le système continue à produire pour des clients dont l’espèce a été éradiquée depuis longtemps.<br /> J’aime la science et les scientifiques, ne vous en déplaise, sinon je ne prendrai pas le temps de vous répondre et en faire une tartine …<br /> Que cela puisse vous faire méditer. (dialectique inside)
julla0
Je pense que tu n’as pas du tout compris son message car il dit l’exact inverse…
aazert
Clairement oui. On voit bien que ton vdd avait plus envie de mettre gauche + condescendance que de lire le post de Kratof.
nelectron
Une entreprise française qui FABRIQUE quelque chose, c’est admirable, la plupart des nouvelles entreprises françaises n’étant que des commerces. Evidemment leurs productions sont destinées au commerce… décidément il n’y a que ça qui fonctionne!
Urleur
Tout ce qui touche à ce qu’on appel «&nbsp;AGV&nbsp;» est en plein boom depuis un bon moment avec une très forte demande, ce qui est une bonne nouvelle pour les entreprises et mauvaise à la fois pour le facteur humain, sans compter la pénurie des ingénieurs en robotique (surtout en logistique), c’est une voie royal demandeur d’emploi.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Impression 3D : MakerBot et Ultimaker s’unissent
Google Pay pourrait vous indiquer quelle est la carte la plus intéressante à utiliser lors de vos achats
Google Chrome : cette fonctionnalité vous permettra de sécuriser vos paiements en ligne
Lastman : pour boucler sa saison 2, la série animée lance un crowdfunding
Google lève le voile sur sa modération des publicités et contenus monétisés
Énervé, Google estime avoir reçu une sanction criminelle injustifiée par l'UE
Les services Apple atteignent les 825 millions d'abonnés, un record pour la firme !
Pour votre santé mentale, vous pourrez masquer les pubs de dating ou de régime avec Google
Google-Alphabet : gros chiffre d'affaires au premier trimestre, mais des revenus publicitaires plus timides
Ce que pensent (vraiment) les salariés de Twitter du rachat par Elon Musk
Haut de page