Test MSI Titan GT77 : la RTX 4090 en furie, le Core i9-13950HX en fusion ?

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
21 février 2023 à 11h40
24
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Annoncé le mois dernier au CES, le nouveau Titan GT77 se renouvelle chez MSI et compte bien s’imposer par la force des armes : nouvelle technologie d’affichage (Mini-LED), nouveaux processeurs « HX » d’Intel et dernières RTX 4000 de NVIDIA. À défaut d’être une machine pour toutes les bourses (c’est un euphémisme), il s’agit du PC portable gamer rêvé pour mesurer les avancées offertes par les derniers composants des deux ténors américains. Ce sera l’optique de ce test.

MSI Titan GT77 2023
  • Performances monstrueuses de la RTX 4090
  • Quatre ventilateurs pour une dissipation au cordeau
  • L’écran Mini-LED, son excellent contraste et sa forte luminosité
  • Clavier mécanique jouissif
  • Vacarme infernal des ventilateurs en jeu
  • Le tout-puissant Core i9-13950HX perd ses moyens sur batterie
  • Écran mal calibré par défaut

Lancé à un prix de départ qui devrait approcher les 4 000 euros, le Titan GT77 est l’appareil de tous les superlatifs chez MSI. Imposant, gratifié d’un design ultra-agressif, et doté peu ou prou de ce qu’il se fait de mieux à chaque fois qu’il revient sur le marché, le colossal laptop gaming du constructeur taïwanais est un produit déraisonnable à tout point de vue… et qui aura probablement du mal à se frayer un chemin jusque dans nos comparatifs.

Il s’agit néanmoins du produit idéal pour essayer, dans les meilleures conditions, le processeur mobile « Raptor Lake HX » le plus costaud d’Intel et la meilleure carte graphique « Ada Lovelace » de Nvidia. Comprenez le Core i9-13950HX et la RTX 4090. Ce sera l’objet principal de ce test… même s’il est évident que le porteur de cet arsenal sera scruté sous toutes les coutures pour l’occasion.

Quoi qu’il en soit, et avant de commencer les choses sérieuses, voici la fiche technique complète du modèle de GT77 qu’Intel France nous a fait parvenir en prêt :

Fiche technique MSI Titan GT77 2023

Résumé

Processeur
Intel Core i9-13950HX
Taille de la mémoire
64Go
Carte graphique
Nvidia GeForce RTX 4090
Mémoire vidéo
16Go
Taille de l'écran
17,3 pouces
Taux de rafraîchissement
144Hz

OS

Système d'exploitation
Windows 11

Processeur

Processeur
Intel Core i9-13950HX
Type de processeur
24 coeurs / 32 threads
Fréquence du processeur
5,5GHz
Finesse de gravure
10nm

Mémoire vive

Taille de la mémoire
64Go
Type de mémoire
DDR5
Fréquence(s) Mémoire
4 000MHz
Nombre de barrettes
4

Graphismes

Carte graphique
Nvidia GeForce RTX 4090
Max-Q
Oui
Mémoire vidéo
16Go
VR Ready (réalité virtuelle)
Oui
Type mémoire vidéo
GDDR6

Écran

Taille de l'écran
17,3 pouces
Taux de rafraîchissement
144Hz
Type d'écran
LED
Résolution d'écran
Ultra HD
Format de l'écran
16/9
Dalle mate / antireflet
Oui
NVIDIA G-SYNC
Oui
Écran tactile
Non

Stockage

Configuration disque(s)
SSD
Disque principal
4 To
Disque secondaire
1 slot M.2 NVMe
Lecteur optique
Aucun
Emplacement mSATA/M.2
M.2 (occupé)
Lecteur de carte mémoire
Carte SD

Connectique

Connectiques disponibles
Ethernet - RJ45 Femelle, Jack 3,5mm Femelle Stéréo, HDMI 2.1, Thunderbolt 4/USB-C, USB 3.2

Réseau sans-fil

Wi-Fi
Oui
Version Wi-Fi
6
Bluetooth
Oui
Version Bluetooth
5.2

Équipement

Webcam
Oui
Haut-parleurs
Intégrés
Clavier
Azerty
Clavier rétroéclairé
Oui - RGB
Pavé numérique
Oui
Lecteur d'empreinte digitale
Oui

Caractéristiques physiques

Épaisseur
23mm
Longueur
397mm
Largeur
330mm
Poids
3,3kg

Côté prix, le GT77 Titan reprend à peu près la grille tarifaire du modèle de l’an dernier en s’affichant à entre 5 000 et 7 000 euros en France, en fonction de la configuration choisie. La version exacte que nous avons reçue en prêt est pour sa part affichée à 6 499 euros.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Design : un laptop XXL qui évolue par petites touches

Sans chercher à remanier en profondeur le design de son GT77 Titan, MSI apporte quelques nouveautés à l’appareil, qui avait été en grande partie redessiné deux ans auparavant. On retrouve toujours les mêmes fondamentaux, avec un châssis affiné par rapport aux anciens modèles de Titan (qui embarquaient pour rappel des processeurs de PC de bureau) et une silhouette noire de jais généreusement ornée de LEDs RGB, tant au niveau du clavier que dans le logo MSI, installé sur le capot, ou à l’intérieur des grilles de ventilation arrières.

Pas de bandeau RGB à l’avant par contre, ce qui permet de différencier ce modèle des Raider GE78 / GE68. Notre Titan s’inspire toutefois de ces deux appareils et de leur toute nouvelle dégaine en arborant une grille de plastique noir laqué (à la base de l’écran et sur l’arrière du châssis), qui apporte un peu d’originalité à un ensemble autrement très classique pour un produit gaming. Attention par contre à la qualité décevante des plastiques que l’on trouve sous le châssis. Un triste constat sur un produit lancé à plus de 5 000 euros en France. Sur ce point, MSI devrait prendre de la graine d’Alienware ou Razer.

MSI GT77 Titan (2023)-17 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-1 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Le GT77 Titan 2023 reste quoi qu’il en soit un produit volumineux, avec 397 × 330 x 23 mm pour 3,3 kilos sur la balance. Ce n’est clairement pas lui qu’il vous faut si vous aimez partir au travail avec votre laptop sous le bras ou dans une petite sacoche. L’appareil est, en effet, l’archétype du PC plus transportable que portable, comme le veut l’adage bien connu (et souvent justifié) sur ce segment du marché.

Si nous avancerons vite sur le design (l’intérêt du produit n’est pas tellement là, vous l’aurez compris), il faut quand même souligner quelques-unes de ses qualités. Les mensurations généreuses de l’engin permettent à MSI d’y installer à la fois un clavier mécanique low profile, un pavé numérique et un trackpad grand format. Trois éléments qui rendent le GT77 réellement plaisant au quotidien.

Le clavier est pratiquement le même que celui installé sur certains modèles Alienware. Retenez que ce dernier offre une expérience de frappe assez proche de ce que propose un bon clavier mécanique de bureau, avec un cliquetis extrêmement agréable, y compris à écouter. La longueur de course est importante, et le retour tonique, ce qui nous permet d’obtenir une très bonne précision et une excellente réactivité, tant pour la saisie de textes que pour jouer à des FPS nerveux.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-8 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-3 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Utiliser ce clavier est un réel plaisir, il n’y a pas d’autres manières de le dire. Seul bémol : tous les boutons ne sont pas mécaniques : les touches de fonction, les raccourcis ou encore le pavé numérique sont limitées à un design à membrane plus classique. Cela ne nous a toutefois pas tellement dérangé à l’usage.

Coup de maître également concernant le trackpad. MSI nous propose ici une surface de glisse généreuse, et un pavé cliquable sur toute sa surface. À défaut d’être parfait, il s’avère excellent pour compléter une souris externe (indispensable pour jouer). Une rareté sur ce type d’appareils.

MSI GT77 Titan (2023)-10 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-9 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-26 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

La webcam 720p logée au-dessus de l’écran se montre pour sa part médiocre, mais elle permet par contre une identification faciale via Windows Hello, et profite en outre d’un petit volet manuel permettant de l’occulter lorsqu’elle n’est pas utilisée. À ce prix, l’absence de capteur 1080p reste néanmoins assez scandaleuse.

Terminons en abordant enfin la question de l’accès aux composants. Sur ce point, MSI joue le jeu : retirer 11 vis philips (cruciforme classique) permet de retirer la plaque inférieure du châssis pour se confronter très vite aux viscères de la bête — et à ses quatre ventilateurs. On peut alors remplacer facilement le modem Wi-Fi, la mémoire vive, remplacer les SSD ou encore changer la batterie, le tout en quelques minutes.

© M.F. LAB
© M.F. LAB

Écran : mini-LED = image de toute beauté ?

Le passage au mini-LED était l’une des grandes nouveautés pour le GT77 Titan cette année. MSI a choisi pour son colosse ce qu’il se fait de mieux ou presque : une dalle mini-LED Ultra HD (3840 × 2160 pixels) de 17,3 pouces, capable de monter à 144 Hz. Présente sur beaucoup de laptops gaming haut de gamme annoncés au CES, la technologie mini-LED reprend une base LCD IPS, mais en y ajoutant de très nombreuses LEDs miniaturisées afin d’aboutir à un rétroéclairage par zone plus précis. Face à un écran LCD classique, les dalles mini-LED permettent donc (au moins en théorie) d’aboutir à un bien meilleur contraste, mais aussi à une luminance plus importante.

Ce que l’on constate sur le GT77 Titan 2023, c’est que la qualité d’image est au rendez-vous de prime abord, avec des couleurs particulièrement vives, un excellent contraste, des angles de vision très ouverts et une forte luminosité. Nos outils de mesure et le logiciel Calman Ultimate nous orientent néanmoins, vers un constat un peu plus nuancé que celui auquel nos simples mirettes nous avaient préparé.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Fabriquée par AU Optronics, la dalle mini-LED installée sur l’appareil s’avère, en effet, assez mal calibrée par défaut et souffre — ça nous l’avions vu — d’un effet de blooming (halo lumineux lorsqu’un contenu clair est affiché sur un fond très sombre) parfois assez manifeste. Dans le détail, nous relevons, en effet, un DeltaE qui monte à 7 en mode DCI-P3 (celui activé par défaut) et une température des couleurs réduite à 5 655 kelvins. Pour rappel, la première de ces deux valeurs devrait être égale ou inférieure à 3, pour offrir une restitution parfaite des couleurs ; tandis que la seconde devrait approcher les 6 500 kelvins du standard vidéo pour être juste. Au sortir du carton, les couleurs sont donc mal étalonnées et bien trop chaudes. L’utilitaire MSI True Color nous laisse heureusement accéder à de nombreux réglages manuels permettant de corriger le tir, mais rares seront les utilisateurs qui s’y attarderont vraiment. D’autant que les 7 préréglages proposés pour plus de commodités n’aboutissent pas à une calibration beaucoup plus réussie d’après nos observations.

On regrette également que la couverture des principaux spectres colorimétriques ne soit pas plus complète à ce niveau de prix. Le gamut sRGB est, en effet, supporté à 98,9 %, contre 77,7 % de prise en charge seulement pour l’espace DCI-P3. Une nouvelle qui pourrait décevoir les utilisateurs créatifs que l’appareil et sa fiche technique semblent, au moins partiellement, courtiser.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Carton plein par contre sur le plan de la luminance et du contraste. Nous mesurons une luminance typique de 448,1 cd/m² et un pic de luminosité de 603,4 cd/2 : c’est plus que la vaste majorité PC portables gaming. Couplée à un traitement anti-reflets efficace, cette luminosité généreuse suffit à rendre l’écran parfaitement lisible dans toutes les situations auxquelles nous avons été confrontés. Le contraste s’élève pour sa part à un ratio impressionnant de 603 431:1. Sans égaler le contraste infini de l’OLED, la technologie mini-LED de notre Titan permet donc des noirs extrêmement profonds, offrant une belle profondeur à l’image. Et sans surprise, la technologie LCD IPS « classique » est pour sa part éclipsée.

Performances : que valent les nouveaux composants d’Intel et Nvidia ?

Passons au cœur du sujet : les performances développées par les nouveaux composants d’Intel et Nvidia. Pour rappel, notre GT77 Titan est équipé d’une des configurations les plus musclées de 2023, avec la présence d’un processeur Intel Core i9-13950HX et une carte graphique dédiée Nvidia GeForce RTX 4090, le tout avec 64 Go de DDR5 à 4 000 MHz.

Dans le détail, notre CPU, gravé en 10 nm en dépit de l’appellation trompeuse « Intel 7 », regroupe 24 cœurs (8 hautes performances / 16 haute efficacité) et 32 threads, cadencés à un maximum de 5,5 GHz (en boost), 36 Mo de cache, et un TDP de 55 W.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sous architecture Ada Lovelace et gravure en 5 nm (assurée par TSMC), la RTX 4090 est pour sa part équipée de 16 Go de mémoire vidéo (GDDR6 en 256-bit), elle regroupe en outre 9 728 cœurs CUDA, 304 cœurs Tensor et 76 cœurs RT. Sa vitesse d’horloge oscille pour sa part de 1455 à 2040 MHz, tandis que son enveloppe thermique monte à 175 W sur notre Titan GT77 (150 W de base + 25 W grâce au Dynamic Boost 2.0).

On notera à ce propos que notre appareil de test est particulièrement avantagé en la matière puisqu’il exploite le TGP maximal offert par le GPU, mais qu’en fonction de leur gabarit et du système de dissipation embarqué, d’autres laptops du marché peuvent se contenter de RTX 4090 limitées à 80 W.

Les technologies de NVIDIA

Avec sa 5ᵉ génération de cartes graphiques MaxQ, Nvidia peaufine encore un peu plus son écosystème logiciel en y apportant quelques nouveautés. Certaines, bien senties, offrent une plus-value décisive à l’utilisateur ; d’autres, bien plus discrètes, débouchent sur un perfectionnement plus difficile à quantifier.

Voici les principales nouveautés à garder en tête :

Dynamic Boost 2.0

Le Dynamic Boost 2.0 reprend le principe des vases communicants entre CPU et GPU pour allouer de manière dynamique jusqu’à 25 W de puissance supplémentaires au GPU lorsque vous lancez un jeu (ou une application) qui a moins besoin de calcul CPU. Le budget TDP inutilisé par le processeur est alors « capté » pour être instantanément transféré vers la carte graphique dédiée. Si le processeur a besoin de puissance, ce budget TDP lui est ainsi réalloué automatiquement. La nouveauté, c’est qu’avec les RTX 4000, tout se fait grâce à l’IA embarquée, avec une gestion image par image, pour aboutir à une répartition la plus pertinente possible du budget TDP entre le CPU et le GPU.

© Nvidia
© Nvidia

DLSS 3.0

Avec son DLSS 3.0, Nvidia combine deux technologies en une seule : le supersampling, qui permet de soulager le GPU en créant une scène en basse résolution que les Tensor Core viendront par la suite mettre à l’échelle ; et une sorte de « compensation de mouvement » consistant en une interpolation d’images générées par la magie de l’IA. Le DLSS 3.0 permet ainsi, en plus de la mise à l’échelle salvatrice déjà autorisée par le DLSS 2.0, d’augmenter drastiquement l’impression de fluidité grâce l’ajout d’images par IA intercalées entre celles calculées par le GPU.

Un mode à l’efficacité redoutable pour booster le nombre d’images par seconde sans compromettre la qualité d’image, nous allons le voir, mais qui a par contre pour inconvénient d’augmenter la latence. En d’autres termes, si le DLSS 3.0 est très pertinent pour les jeux solos, il peut s’avérer handicapant sur les jeux multijoueurs où la réactivité doit primer.

© Nvidia
© Nvidia

Vous retrouverez des informations beaucoup plus détaillées sur le DLSS 3.0 en consultant notre test de la RTX 4090 Founders Edition, mais Nvidia promet, sur ses RTX 4000 mobiles, 2 x plus d’autonomie et 4 x plus de performances grâce à cette nouvelle version du DLSS.

D’autres améliorations plus discrètes…

Au-delà du Dynamic Boost 2.0 et du DLSS 3.0, dont les bienfaits sont, d’après nous, les plus probants au quotidien, Nvidia explique que ses RTX 4000 profitent de nombreuses avancées sur le plan énergétique. La marque a, par exemple, annoncé avoir remanié en profondeur son système Batterie Boost pour permettre à l’IA « de contrôler l'ensemble de la plateforme, en trouvant l'utilisation optimale de la puissance du GPU et du CPU, la décharge de la batterie, la qualité de l'image et le taux de rafraîchissement, le tout en temps réel ».

Nvidia a également amélioré ses contrôles mémoire pour aboutir à une consommation la plus faible possible de la VRAM, et a en outre adopté de la GDDR6 à très basse tension, toujours dans une optique d’efficacité énergétique.

© Nvidia
© Nvidia

Les performances en Benchmarks

Le décor étant maintenant planté, voici les résultats que nous avons obtenus dans les benchmarks… et autant le dire tout de suite, Intel et Nvidia passent à la vitesse supérieure par rapport à leurs générations de puces respectives. Nous sommes toutefois curieux de voir à quel point les deux firmes parviennent à monter en performances avec leurs composants mobiles plus abordables. Réponse dans les prochaines semaines sur Clubic.

Quoi qu’il en soit, et pour ce qui est du CPU, sous CineBench R23, notre Core i9-13950HX glane 29 930 points en calcul multi-core, contre 2086 points en single-core. Le Core i9-12950HX (16 cœurs / 24 threads, cadencés à 3,60 GHz ou 5,00 GHz suivant le type de cœurs) est battu… assez logiquement. Sur le même outil, il récoltait l’année dernière « seulement » 23 019 points en multi-core et 1927 points en single-core.

L’augmentation du nombre de cœurs et la révision à la hausse des fréquences (+400 MHz en plus pour les cœurs efficients et +500 MHz pour les cœurs hautes performances) sur le nouveau Core i9-13950HX font évidemment leur office. On hérite donc d’une débauche de puissance CPU autorisant sans le moindre mal, et dans les meilleures conditions sur laptop à l’heure actuelle, n’importe quelle activité gourmande en puissance de calcul.

MSI GT77 Titan (2023)-21_S © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-21_b © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

À gauche, les performances sur secteur ; à droite, les résultats sur batterie

On arguera néanmoins que le rapport performances / efficacité énergétique reste nettement en faveur d’Apple et de ses derniers processeurs M2 Pro & M2 Max. Sur batterie, le processeur M2 Pro du MacBook Pro 14 2023 récoltait, par exemple, 14 615 points en multi-core et 1 602 points en single-core lors de notre test de l’appareil, le tout dans un silence presque absolu.

En comparaison, le Core i9-13950HX est bien un béhémoth, c’est indéniable, mais principalement sur secteur : la preuve toujours sur Cinebench, où le score du nouveau CPU mobile d’Intel s’écroule sur batterie en tombant piteusement à tout juste 9 443 points en multi-core. En calcul single-core, il limite par contre la casse en conservant tout de même 1 823 points au compteur.

Notez enfin qu’en 30 minutes de calcul environ, la puce d’Intel aura par ailleurs grignoté pas moins de 40 % d’autonomie. Si Intel veut définitivement snober la concurrence d’Apple, c’est maintenant sur ce point qu’il doit se perfectionner : l’efficacité énergétique. D’autant qu’avec ses puces M2 Pro et Max, Apple propose en plus un potentiel de calcul graphique (intégré) qui fait toujours défaut aux dernières solutions d’Intel.

MSI GT77 Titan (2023)-24 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Côté GPU cette fois, sous 3D Mark Time Spy Extreme, en Ultra HD, la RTX 4090 obtient pour sa part un indice assez impressionnant de 11 114 points en score graphique. À titre de comparaison, la RTX 3080 mobile (165 W) de l’Alienware x17 R1 était capable d’obtenir un score de 6 230 points sur le même benchmark — et dans les mêmes conditions de tests.

Si l’on souhaite la comparer aux GPUs de bureau, la RTX 4090 de notre GT77 Titan se situe alors à mi-chemin entre une RTX 4070 Ti et une RTX 4080 sur le même outil. Des performances remarquables pour une puce conçue pour tenir dans un « simple » PC portable… mais qui restent tout de même loin derrière ce qu’une RTX 4090 de bureau peut proposer. Cette dernière tutoie, en effet, les 19 000 points sur 3D Mark Time Spy Extreme. Un autre monde.

MSI GT77 Titan (2023)-23 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-22 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Pour jauger les performances de la puce de Nvidia dans un contexte plus professionnel et créatif, nous avons enfin utilisé OctaneBench, qui permet d’évaluer la prestation de notre RTX 4090 mobile en modélisation 3D. Avec le ray cracking actif, nous obtenons sur cet utilitaire quelque 703 points. Globalement, difficile de trouver mieux sur le marché mobile à ce stade, Nvidia n’y a pas encore d’égal — et n’en aura probablement pas avant longtemps.

Avec 11323,51 Mo/s en lecture et 9780,70 Mo/s en écriture, les performances des 4 SSD installés à bord de notre GT77 sont quant à elles ébouriffantes. Il s'agit des meilleurs résultats que nous ayons enregistrés, à date, sur un PC portable.

Les performances en jeu

Pour estimer les performances du tandem Core i9-13950HX / RTX 4090 en jeu, nous nous sommes basés sur l’expérience offerte par quatre titres : Cyberpunk 2077, A Plague Tale : Requiem, Dying Light 2 : Stay Human et Microsoft Flight Simulator. Tous les trois exploitent la nouvelle technologie DLSS 3.0 que nous avons abordée un peu plus haut. À chaque session de jeu, nous avons utilisé la définition Ultra HD et les réglages graphiques ultra.

Sur Cyberpunk 2077, jeu gourmand et assez mal optimisé (malgré ses deux ans d’âge), avec le DLSS actif en mode auto, nous obtenions un framerate oscillant entre 60 et 75 FPS en fonction des environnements parcourus, mais avec quelques baisses de régime occasionnelles pour chuter aux environs de 55 FPS (notamment dans les environnements les plus chargés de Night City ou lors de séquences très mouvementées). De manière générale, le titre de CD Projekt Red tournait néanmoins à merveille sur la RTX 4090, avec une fluidité sans faille en DLSS 2.0 et un framerate moyen situé au-delà des 60 FPS. En passant sur le DLSS 3.0 nous passions cette fois à 75-80 FPS au plus bas et à près de 90 FPS en moyenne… le tout sans que la qualité visuelle du titre ne soit réellement altérée : une véritable prouesse.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Constat similaire sur A Plague Tale : Requiem, où le DLSS 3.0 permet de booster sensiblement la fluidité sans aboutir à une perte notable de la qualité d’image. Avec le DLSS 2.0 en Auto, nous obtenions un framerate compris entre 80 et 95 FPS. Toujours en Auto, mais en activant cette fois le DLSS 3.0, nous passions facilement le cap des 110 images par secondes dans les mêmes environnements, toujours en Ultra HD et en ultra. Notons par contre que le titre souffrait d’un phénomène de saccade assez étrange lors de certains mouvements de caméra latéraux. Un problème que nous n’avons heureusement pas constaté ailleurs.

Pour Dying Light 2 : Stay Human, nous avons relevé une moyenne de 77 FPS sur le test de performances proposé par le titre, toujours en 4K avec les réglages en ultra et le DLSS en niveau performances. Une fois le DLSS 3.0 actif, nous passions cette fois à une moyenne supérieure à 100 images par secondes en jeu.

MSI GT77 Titan (2023)-20 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-18 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Dans le cadre d’un survol en hélicoptère de Manhattan, avec Microsoft Flight Simulator (très demandeur en ressources lui aussi), avec les mêmes paramètres graphiques (4K, réglages Ultra et DLSS auto), nous obtenions environ 40 FPS en moyenne avec le DLSS 2.0, contre 80 à 90 FPS avec le DLSS 3.0. C’est probablement ici, sur Flight Simulator, que la nouvelle techno de Nvidia nous a le plus impressionnés.

Système de dissipation et températures

Avant de passer à la suite, un point rapide sur les performances du système de dissipation installé sur notre GT77 Titan. Nous l’avons dit, l’appareil peut compter sur quatre ventilateurs pour aspirer de l’air frais sous son châssis et l’expulser à l’arrière. Un dispositif redoutablement efficace, mais extrêmement bruyant.

En mode boost, le vacarme est proprement infernal, mais les températures sont maintenues à des niveaux étonnamment bas compte tenu de la puissance de calcul développée : 86 degrés grand maximum en stress test pour le CPU (malgré un échauffement prolongé de l’appareil) ; contre 64 degrés au maximum sur le GPU. D’ailleurs, c'est bien simple, le châssis reste tout juste tiède en jeu ou lors d’usages intensifs, même aux endroits qui chauffent habituellement assez vite.

© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Nous sommes en revanche déçus que les ventilateurs restent actifs pratiquement tout le temps, et qu’ils se relancent régulièrement à haut régime, même quand on est sur le bureau ou que l’on travaille en bureautique. Travailler dans la quiétude sur le monstre de MSI n’est pas toujours chose aisée.

Autonomie : anecdotique, mais vous vous y attendiez

Sans grande surprise, l’autonomie du GT77 est assez anecdotique. En dépit d’une grosse batterie de 99 Wh, l’appareil et ses composants viennent vite à bout de cette belle réserve d’énergie. Dans le cadre de notre test d’autonomie habituel, le GT77 a en effet, rendu les armes au bout de 3 heures 40 minutes sur batterie environ. Le test impliquait alors le visionnage en boucle de vidéos sur YouTube, avec la luminosité de l’écran poussée à 100 %, le rétroéclairage du clavier coupé, un casque branché et les paramètres d’alimentation de Windows réglés sur la meilleure efficacité énergétique.

La recharge se fait pour sa part en un peu plus de 2 heures à l’aide d’un (énorme) bloc d’alimentation de 330 W. Une lenteur qui n’est pas tellement problématique puisque le PC a pour vocation d’être plus ou moins tout le temps branché.

MSI GT77 Titan (2023)-14 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
MSI GT77 Titan (2023)-15 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Audio : MSI regarde ailleurs

En marge d’une sortie casque Jack 3,5 mm de bonne qualité, installée sur le flanc gauche du GT77, MSI mise sur deux haut-parleurs de 2 W chacun. Sur le plan audio, ces derniers nous offrent une expérience décevante sous pour autant être catastrophique.

Installés de part et d’autre du clavier (le meilleur emplacement possible selon nous), ces derniers émettent un son plutôt centré sur les médiums, mais avec des aigus relativement précis et un volume maximal suffisant pour nous laisser entendre quelque chose durant une partie… en dépit du fracas des ventilateurs. On perd néanmoins en netteté à plein volume et les graves, comme souvent, sont aux abonnés absents.

MSI GT77 Titan, l’avis de Clubic :

8

Surpuissant et déraisonnable à tout point de vue, le nouveau GT77 Titan est en phase avec la GeForce RTX 4090 qu’il abrite. La nouvelle puce de NVIDIA est tout simplement inégalée à l’heure actuelle sur le marché mobile. NVIDIA impressionne tout autant par les performances développées par sa carte que par la maîtrise énergétique dont elle profite. Si vous disposez d’un budget (titanesque), vous ne pourrez tout simplement pas trouver mieux pour jouer en 4K sur laptop ou pour créer du contenu dans les meilleures conditions possibles.

Avec ses nouveaux processeurs hautes performances « HX » Raptor Lake, Intel impressionne aussi, mais peut-être un peu moins. La firme reprend en effet les excellentes bases de sa génération Alder Lake et pousse les curseurs encore un peu plus haut. Les performances sont donc stratosphériques… mais l’efficacité énergétique ne soutient pas la comparaison avec les derniers processeurs M2 Pro et Max d’Apple. Tout-puissant sur secteur, le Core i9-13950HX n’a (dans ce contexte) pas d’égal chez la concurrence, mais comme ses prédécesseurs, il décline sérieusement sur batterie jusqu’à ne plus délivrer qu’une fraction de son potentiel au prix d’un impact massif sur l’autonomie.

Le GT77 Titan est quant à lui un excellent ordinateur portable gaming, mais à ce niveau de prix, le contraire aurait été incompréhensible. On regrette néanmoins que MSI n’ait pas veillé à mieux calibrer son grand écran Mini-LED et que les quatre ventilateurs de l’engin (redoutablement efficaces pour maintenir des températures raisonnables en charge) soient à ce point assourdissants.

Les plus

  • Performances monstrueuses de la RTX 4090
  • Quatre ventilateurs pour une dissipation au cordeau
  • L’écran Mini-LED, son excellent contraste et sa forte luminosité
  • Clavier mécanique jouissif

Les moins

  • Vacarme infernal des ventilateurs en jeu
  • Le tout-puissant Core i9-13950HX perd ses moyens sur batterie
  • Écran mal calibré par défaut

Design 8

Écran 8

Performances 10

Autonomie 3

Prix 5

Amazon 6599€ Voir l'offre
RDC 6603,6€ Voir l'offre
Amazon 6599€ Voir l'offre
RDC 6603,6€ Voir l'offre

Concurrence : quelles alternatives au MSI GT77 Titan 2023 ?

Alienware X17 R1
Darty 2799,99€ Voir l'offre
Les plus
  • Le système de dissipation qui marche du feu de dieu
  • De la puissance, partout, tout le temps
  • Design réussi, excellent niveau de finitions
  • Écran Ultra HD lumineux
Les moins
  • Placement tarifaire prohibitif
  • Webcam 720p médiocre
  • Une dalle OLED n’aurait pas été un luxe
  • Autonomie fébrile

Si vous êtes assez fortuné pour vous l’acheter, l’Alienware X17 est un PC portable gamer redoutable, qui déborde de puissance et profite d’un système de dissipation réellement efficace… car en grande partie repensé. L’appareil est de ceux que l’on regarde avec envie dans les magasins d’informatique, mais son prix est sa principale faiblesse.

L’expérience sans réel compromis que nous propose le constructeur américain ne s’adressera finalement qu’à une poignée de chanceux. Reste que pour presque 3550 euros, notre unité de prêt fait l’impasse sur un écran OLED. À ce prix, il n’aurait pas été volé d’après nous.

Lire le test complet
Lenovo Legion 5i Pro (2022)
Rakuten 1999€ Voir l'offre
RDC 2593,5€ Voir l'offre
Les plus
  • Écran QHD+ 16:10 et 165 Hz de bonne facture
  • Design convaincant, qualité d’assemblage de bon niveau
  • Performances robustes en 1080p et 1440p
  • Système de dissipation efficace en jeu (mais bruyant)
  • Trackpad réussi
Les moins
  • Clavier honnête en bureautique, mais frustrant en jeu
  • Toujours pas de système d’identification biométrique
  • Autonomie maigrichonne et chargeur 300 W encombrant
  • La webcam toujours en 720p

Inutile de tergiverser, le Lenovo Legion 5i Pro 2022 est un excellent PC portable gamer. Son seul réel défaut, c'est qu’il sera vraisemblablement remplacé sous peu par un nouveau modèle, équipé des nouveaux processeurs Intel de 13ᵉ génération et des nouvelles RTX 4000 mobiles fournies par NVIDIA.

Cela ne rend pas pour autant inintéressante la présente mouture de l’engin. Non seulement les performances offertes et la qualité d’affichage de l’appareil sont incitatives, mais son prix tend sérieusement à baisser. Globalement, Lenovo nous livre ici un produit réussi à presque tous les niveaux, mais qui mériterait de se bonifier sur quelques points pour faire encore meilleure impression.

On regrette ainsi que le clavier ne soit pas plus confortable et précis en jeu, et que Lenovo ne nous propose toujours pas de lecteur d’empreintes digitales (ou de reconnaissance faciale). Espérons que cela sera réglé avec le modèle 2023 que nous attendons désormais de pied ferme.

Lire le test complet

Nathan Le Gohlisse

Spécialiste Hardware

Spécialiste Hardware

Passionné de nouvelles technos, d'Histoire et de vieux Rock depuis tout jeune, je suis un PCiste ayant sombré corps et biens dans les délices de macOS. J'aime causer Tech et informatique sur le web, i...

Lire d'autres articles

Passionné de nouvelles technos, d'Histoire et de vieux Rock depuis tout jeune, je suis un PCiste ayant sombré corps et biens dans les délices de macOS. J'aime causer Tech et informatique sur le web, ici et ailleurs. N’hésitez pas à me retrouver sur Twitter !

Lire d'autres articles
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés ainsi que les marchands mis en avant sont susceptibles d'évoluer afin de toujours vous proposer le meilleur prix sur le produit concerné. 
Lire la charte de confiance
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (24)

crush56
Oh le monstre
TNZ
Comme d’hab’ : mauvais pc gamer et mauvais pc portable.<br /> A ce tarif, tu as une tour gamer et un pc portable.
Biktamere
Un " oubli" bien gênant dans ce comparatif<br /> On oublie le meilleur concurrent, le 18 pouces Asus Strix Scar, qui n’a « que » deux tera de HDD mais 64 gigas de mémoire vive, pour 1000 euros de moins environ, à performances égales !
jvachez
Le prix est exagéré, c’est du très haut de gamme mais le très haut de gamme ne devrait pas être vendu 5000€. 2500€ serait plus logique.
gf4
Tout ça pour avoir 60 fps en 4K.
Pernel
Mon laptop d’il y a 12 ans en a 16 ^^<br /> Cette nomenclature de Nvidia pour les GPU mobile, c’est malhonnête. C’est une 4080 downclock, et ils appellent ça une 4090…
Pernel
Peggy10Huitres:<br /> Mais moi c’est sans aucun upgrade … <br /> Moi si évidemment, passé de 4 à 16, et d’un HDD a 2 SSD (SATA et mSATA), et W11. Dommage qu’on ne puisse presque plus upgrade les laptop, à l’époque de « l’écologie » qui plus est.<br /> Peggy10Huitres:<br /> Oui les équivalents mobile sont toujours bien downgrade …<br /> Oui je sais bien, mais ils auraient appelé ça, une 4080m ou 4080 mobile, ça aurait été normal, c’est une 4080, mais appeler ça une 4090, c’est quand même abusé. Un gars qui a ce laptop, qui ne s’y connait pas trop, va regarder les résultats des jeux avec une 4090 desktop et se sentir mal quand il verra qu’il en est très loin. Enfin bon, on va pas refaire le monde, mais je trouve ça franchement pas « réglo ».
Pernel
Peggy10Huitres:<br /> Ouaip, et cela dit vous avez maintenant autant de Ram ( même si peut-être pas aussi rapide ) que ce nouveau PC à 5 000€, avec un laptop de 12 ans d’âge qui fait tourner Windows 11 … <br /> Non c’est clair, pas aussi rapide, un vieux 2520m (qui tiens largement la route pour du surf, youtube en 1080@60, ma compta aussi), c’est rentabilisé
Matthieu_Legouge
La config’ max du SCAR 18 (SCAR18-G834JY-N6002W) a 32 Go de DDR5 est est affichée à 5 799 € sur le site officiel d’Asus ! ROG Strix SCAR 18 (2023) | Gaming Laptops|ROG - Republic of Gamers|ROG Global
Pernel
Peggy10Huitres:<br /> Je parlais pour la Ram …<br /> Moi aussi, c’est un tout, que ce soit DDR4 ou 5, la différence n’est pas flagrante de toute manière.
fox-idcom
+1 , je trouve ça un peu moyen d’avoir appeller cette carte 4090 <br /> à la rigueur ils auraient du mettre un M dans le nom car comme le dit l’article on est très loin des perfs de la véritable 4090.<br /> 11k sur TimeSpy c’est dans les eaux d’une très bonne 3090 (10k de mémoire)<br /> alors certes ca reste un monstre pour avoir ça dans un portable mais le nom peut quand même prêter à confusion , surtout vu le prix du matos au final !
Zimt
Et surtout, le laptop en fusion
kroman
Il est vendu avec 64 Go, pas 16
StimpackFactory
Erreur de saisie sur la fiche technique, c’est bien 64 Go sur notre modèle de prêt
SunMetis
C est incroyable de s entêter sur ces produits. Comme la technologie le permet…pourquoi ne pas sortir un boitier externe avec un connecteur efficace pour pouvoir mettre la carte graphique en externe. ca permettrai de l allumer en cas de besoin, de pouvoir se connecter sur plusieurs machines, et au niveau cout ce serait completement plus rentable. ca existe mais il manque un effort qui bien mois galere que de sortir des trucs aussi complexes et cheros sur 50 modeles qui ressemblent a de gros paves
kroman
Commentaires : Test MSI Titan GT77 : la RTX 4090 en furie, le Core i9-13950HX en fusion? Débat sur l'actu<br /> Erreur de saisie sur la fiche technique, c’est bien 64 Go sur notre modèle de prêt <br />
TNZ
Aujourd’hui, il n’existe pas (à ma connaissance) de connecteur externe normé capable de fonctionner en pcie. D’autant plus que les dernière gen ont des bandes passantes affolantes.<br /> Au pire, on pourrait voir arriver des extensions de cartes mères … mais avec une connectique qui risque de ne pas pouvoir atteindre les débits qui vont bien.
Fodger
C’est d’un ridicule… c’est pour soigner le syndrome du pt’it kiki ?
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Les derniers tests

PC portable : tous les derniers tests