Prix des applications mobiles : hausses (et baisses ?) des tarifs à prévoir en janvier

18 décembre 2014 à 13h08
0
Après avoir fait le choix d'augmenter les prix de ses applications en 2012 et 2013, Apple devrait revoir sa grille tarifaire pour répercuter l'évolution de la TVA sur les contenus dématérialisés en Europe. Chez Google, à l'inverse, les prix pourraient baisser, même si rien n'est certain.

« À partir du 1er janvier 2015, les prestations de services de télécommunication, radiodiffusion et télévision et autres services en ligne seront imposables à la TVA selon les taux en vigueur dans l'État où le consommateur est domicilié, et non plus au lieu d'établissement du prestataire » apprenait-on en juillet dernier. Une situation qui va faire évoluer les prix des applications mobiles à partir du 1er janvier 2015.

01F4000007164288-photo-itunes-appstore.jpg

Jusque-là, Apple bénéficiait d'un taux de TVA négocié au Luxembourg, fixé à 15%. Mais ce dernier, qui va d'ailleurs passer à 17% l'année prochaine, est le plus bas d'Europe. Dans la mesure où le taux de TVA va désormais dépendre du pays dans lequel les applications sont vendues, des augmentations sont à prévoir partout.

En France, le taux de TVA sera de 20%, un pourcentage qui s'inscrit dans la moyenne européenne. Mais cinq points de TVA supplémentaires par rapport à la taxe luxembourgeoise, ça peut représenter une hausse significative du prix des applications. Dans d'autres pays, comme la Hongrie, où le taux de TVA est fixé à 27%, la hausse tarifaire pourrait être encore plus importante.

Une baisse à prévoir sur le Play Store ?

Du côté Google, la situation est inverse : jusque-là, c'est le taux de TVA irlandais, fixé à 23%, qui servait de base à l'entreprise pour vendre du contenu dématérialisé en Europe. Le taux étant inférieur en France, on peut imaginer une baisse des prix... même si rien n'a été affirmé en ce sens par la firme de Mountain View.

Dans tous les cas, la démarche revient à la discrétion des marchés d'applications, qui peuvent choisir de ne pas changer leurs tarifs du tout : Apple pourrait, par exemple, absorber l'augmentation ou la faire se répercuter sur les revenus des développeurs. Les mêmes interrogations se posent concernant les appstores concurrentes, selon l'endroit où elles sont domiciliées en Europe. A moins d'une communication massive sur le sujet dans les deux prochaines semaines, les réponses interviendront à partir du 1er janvier 2015.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Ballot Screen : Microsoft met un terme au choix du navigateur
Amputé, un Américain est équipé de deux bras bioniques
L'Europe étudie la plainte d'Uber contre la justice française
L'ICANN victime d'une campagne d'hameçonnage : des données exposées
Amazon Prime Now, la livraison en une heure... à New-York
Xavier Niel rachète Orange Suisse 2,3 milliards d’euros
Madonna victime d'un piratage, son futur nouvel album publié sur Internet
La SaaS Academy tente d’accélérer le virage des éditeurs vers le cloud
Steam empêche les dons de jeux depuis certains pays, dont la Russie
Norton associe sa marque à des jeans
Haut de page