Les utilisateurs d'Android sont les moins dépensiers en matière d'applications mobiles

19 juillet 2013 à 11h24
0
Une étude menée par Flurry Analytics met en avant les différences d'investissement financier des utilisateurs dans les applications proposées sur les marchés d'Apple et Google. Les possesseurs d'un smartphone Android sont deux qui paient le moins, et supportent le plus les publicités.

0,06 centimes de dollar : c'est, en moyenne, ce que chaque utilisateur d'un smartphone Android a déboursé en avril 2013 sur Google Play. Une somme risible, opposée par Flurry aux 0,19 centimes de dollar déboursés par les possesseurs d'un iPhone, et les 0,50 centimes de dollars payés par les possesseurs d'un iPad sur la même période.

Pour Flurry, ce constat démontre que les utilisateurs d'Android sont plus enclins que les utilisateurs d'iOS à supporter des applications gratuites affichant de la publicité. Entre une application payante sans publicité et une alternative gratuite, mais avec des réclames, c'est cette dernière catégorie qui l'emporte bien plus facilement sur Android, même si le coût de la version payante n'excède souvent pas les 0,99 dollar.

01F4000006141810-photo-flurry-ios-android.jpg

A cela s'ajoute le fait que Google Play pullule d'applications qui proposent des fonctionnalités relativement proches les unes des autres, ce qui permet aux utilisateurs de se tourner quasiment automatiquement vers une alternative gratuite lorsqu'il désire disposer d'un service spécifique.

90% d'apps gratuites sur iOS

Flurry brise également une idée reçue, qui laisse penser que l'App Store contient plus d'applis payantes que de gratuites. En se basant sur les statistiques récupérées via son outil Flurry Analytics, utilisé par 350 000 applications, le cabinet d'étude met en avant une nette évolution du pourcentage d'apps gratuites sur iOS. En 2013, on en compte 90%, contre 84% en 2012 et 80% en 2011. 6% des applications coûtent 0,99 dollar.

Plus que de déduire de ce constat que « le contenu peut être gratuit », Flurry mise davantage sur un choix de consommation qui met une pression sur les développeurs, qui doivent s'adapter au fait que les mobinautes ne veulent pas payer pour des applications. D'où la mutation du modèle économique vers des apps gratuites affichant de la publicité.

01F4000006141808-photo-flurry-ios-android.jpg

Dans ce contexte, les utilisateurs d'Android sont considérés comme plus tolérants que ceux d'iOS à la publicité dans leurs programmes. Flurry, qui a séparé l'iPhone et l'iPad dans son étude - en raison d'un nombre important d'apps dédiées uniquement à l'un ou l'autre - souligne que l'investissement sur une tablette iOS est 8 fois plus élevé que sur un terminal Android.

En somme, si de multiples études soulignent que les mobinautes n'aiment pas la publicité dans les applications, la très grande majorité s'en accommode pour ne pas passer à la caisse trop souvent. Pour Flurry, s'il reste toujours d'autres possibilités de monétisation, comme les achats in-app au sein d'applications gratuites, « les publicités semblent être une valeur sûre pour l'avenir » de ce marché.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
scroll top