Avion et gadgets : vers une autorisation au décollage ?

19 mars 2012 à 17h31
0
L'utilisation de certains appareils électroniques pourrait enfin devenir autorisée pendant le décollage, l'atterrissage et le roulage des avions de ligne. La Federal Aviation Administration, jusqu'à présent rigide à ce sujet, a en tout cas récemment affirmée qu'elle aurait un « nouveau regard ».

01E0000005044366-photo-american-airlines-remplace-les-carnets-de-vol-par-des-ipad.jpg
American Airlines a récemment obtenu l'autorisation de remplacer ses carnets de vol par des iPad

C'est ce qu'un porte-parole de la F.A.A., chargée de la règlementation de l'aviation civile aux États-Unis et prescriptrice en la matière, a répondu au téléphone à un journaliste du New York Times.

Le principe de précaution est coriace

Il faut dire que plusieurs études et experts indépendants ont affirmé dernièrement que les téléphones mobiles et les appareils électroniques ne peuvent nuire au fonctionnement d'un avion. La dernière étude commandée par la F.A.A. quant à elle, remontant à 2006, souligne certes que rien ne prouve qu'un appareil électronique est inoffensif, mais aussi que rien ne prouve l'inverse.

Depuis l'avènement des premiers téléphones cellulaires, bien avant qu'on ne s'inquiète du DAS (quantité d'ondes émises par un appareil), c'est donc le principe de précaution qui prévaut. Depuis les émissions se sont réduites, le bien nommé « mode avion » s'est démocratisé et même des appareils tels que les lecteurs de livre électronique, qui ne sont en activité qu'au changement de page, ont vu le jour.

De couteux tests

Les compagnies aériennes peuvent pourtant approuver l'utilisation de certains appareils de leur propre initiative, à condition d'avoir mené de scrupuleux tests. Chaque terminal doit effectivement être testé indépendamment, à l'occasion d'un vol sans passager, sur chacun des appareils de la flotte. Inutile de dire qu'aucune compagnie n'a jamais pris une telle initiative.

C'est donc la F.A.A. qui orchestrera ces tests, sans qu'on sache comment ni avec quel financement (les compagnies, les fabricants ?). Quoi qu'il en soit elle n'a prévu de tester que les tablettes, les lecteurs de livre électronique et d'autres appareils électroniques, mais pas les innombrables téléphones mobiles du marché, dont l'utilisation restera donc interdite pendant les phases susmentionnées.

Les passagers consciencieux devront donc prendre leur mal en patience encore quelques temps, les contrevenants et les étourdis continueront quant à eux à enfreindre les règles. Le premier dysfonctionnement de tous les temps causé par un appareil électronique sera-t-il recensé par la F.A.A. d'ici là ?

Pour aller plus loin
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
scroll top