Antennes-relais : Eric Besson critique la position de la mairie de Paris

Par
Le 18 octobre 2011
 0
Sans toutefois proposer de solution alternative aux blocages entre opérateurs et la municipalité, Eric Besson critique l'attitude de la mairie de Paris. Le ministre de l'Economie numérique invite les participants à revenir à la table des négociations afin de « débloquer le déploiement des réseaux mobiles dans la capitale ».

00fa000002978606-photo-fotocontakt-fotolia-com-logo-relais-antenne-copie.jpg
Eric Besson ne goûte visiblement pas la position de la ville de Paris en matière d'implantation de nouvelles antennes-relais sur son territoire. Dans un communiqué, le ministre considère qu'il s'agit là d'une « décision précipitée et disproportionnée ». Il invite donc l'ensemble des acteurs du secteur à discuter à nouveau.

Le ministre ajoute que les travaux menés par la FFT « visent à réduire l'exposition de la population aux ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais, dès lors que cette réduction peut être effectuée sans dégradation préjudiciable à la couverture ou à la qualité de service et à des coûts économiquement acceptables ».

Une position que ne partage visiblement pas la mairie de Paris. Cette dernière a récemment refusé d'appliquer la charte qui encadrait ses relations avec les opérateurs mobiles français. La municipalité affirmait que les négociations nécessaires au renouvellement de cette charte n'ont pu être menées à bien, en raison des « exigences inacceptables » formulées par la fédération française des télécoms.

Dans sa critique, la municipalité pointait clairement du doigt le manque d'informations et de garanties quant aux seuils d'exposition aux ondes électromagnétiques de téléphonie mobile.

Le débat remonte à l'Assemblée

Parallèlement à ce débat sur l'implantation de nouvelles antennes à Paris, certains députés interrogent le gouvernement sur la politique à mener en la matière. En ce sens, le député Jacques Domergue (UMP) a demandé au ministre en question de se positionner clairement sur « les intentions du Gouvernement concernant ces antennes-relais et l'application du principe de précaution ».

En septembre dernier, la justice avait fait application de ce principe pour demander la suppression d'une antenne-relais GSM. La Cour d'appel de Montpellier avait considéré que ce relais pouvait engendrer « un risque grave pour la santé des plaignants et celle de leurs enfants ». Reste à savoir dans quelle mesure ce principe sera pris en compte dans la capitale.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top