Paris : une taxe sur chaque trottinette et vélo en libre-service

Alexandre Boero Contributeur
22 mars 2019 à 14h07
0
Trottinette electrique

La capitale a décidé de durcir le ton face à la multiplication des trottinettes, vélos et scooters en libre-service, qui provoquent de plus en plus d'accidents.

Lorsque vous vous baladez au cœur de Paris, il est tout simplement impossible de ne pas remarquer ces scooters, vélos et trottinettes proposés au public en libre-service par des compagnies au profil monstre comme Bird ou Lime. S'agissant notamment des trottinettes, la fraîcheur de leur essor entraîne un vide juridique à combler, au-delà du nombre important d'accidents. Pour stopper l'hémorragie, la Mairie de Paris a décidé de taxer les engins.

La charte de bonne conduite ne suffit plus


L'idée générale est de mieux contrôler les offres de free-floating en encadrant notamment le stationnement des vélos, trottinettes et scooters en libre-service qui ne se trouvent pas à une borne dédiée. Aujourd'hui, la municipalité estime à plus de 15 000 le nombre d'engins en circulation dans la ville. Dans les prochains mois, ce nombre pourrait atteindre les 40 000, selon les opérateurs. Alors si le développement de nouveaux modes de mobilité, propres pour la planète, est à saluer, les habitants font face à un espace public saturé.

En juin 2018, la Mairie de Paris avait établi une charte de bonne conduite à adopter, comme celle de veiller au confort des piétons en n'encombrant pas les trottoirs notamment. L'initiative semble avoir été insuffisante, et la municipalité veut passer à la vitesse supérieure pour mettre fin au stationnement tous azimuts sur les trottoirs ou sur la route.

Une redevance pouvant aller de 20 à 120 euros par engin, selon le type


Annoncé le jeudi 21 mars, le projet de taxation sera soumis au vote du conseil municipal. La délibération, qui sera présentée au Conseil de Paris en avril, prévoit qu'un opérateur dont la flotte comprend entre 1 et 499 engins s'acquitte d'une redevance de 20 euros par machine « sans motorisation ou dotée d'une assistance électrique », comme les vélos ; et de 50 euros par engin « à motorisation électrique non immatriculé », comme les trottinettes électriques. Les véhicules électriques immatriculés coûteront 60 euros par tête et les véhicules thermiques à deux ou trois roues immatriculés devront chacun s'affranchir d'une redevance de 120 euros.

Paris se base sur ce qui fait déjà dans d'autres villes à l'étranger ou en France, comme à Marseille. « Nous sommes ravis de cette redevance », indique étonnement Arthur-Louis Jacquier, directeur général de Lime en France, qui voit cette taxe comme « un investissement » permettant « d'installer notre projet dans la durée ».

Car la taxation reviendrait à définitivement accepter et tolérer ses nouveaux modes de mobilité, outre l'opportunité de faire rentrer un peu plus d'argent dans les caisses de la Ville. Du gagnant-gagnant, en somme ?

16 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top