Bolt lance une flotte de 500 vélos électriques en libre-service à Paris

03 juillet 2020 à 17h15
9
Vélo électrique Bolt

Bolt, spécialiste estonien de la mobilité partagée, a déployé une flotte de 500 vélos électriques disponibles en libre-service à Paris. Ce lancement intervient deux semaines après le retrait de JUMP (Uber), dont les deux-roues électrifiés ont depuis quitté la capitale.

Un timing parfait. D’ores et déjà connu pour son service de VTC, ses trottinettes électriques en libre-service ou encore ses livraisons de repas à domicile, le spécialiste de la mobilité partagée Bolt ajoute une nouvelle corde à son arc au travers d’une flotte de vélos électriques en free floating lancée à Paris depuis fin juin 2020.

10 centimes la minute

Au total, pas moins de 500 deux-roues ont été déployés dans les rues de la Ville lumière, nous apprend un communiqué de presse envoyé à la rédaction. Pour en profiter, il suffit de télécharger l’application dédiée sur son smartphone, se rendre physiquement devant un cycle Bolt et scanner le QR Code présent sur le guidon pour débloquer l’engin.

Vélo électrique Bolt

En cas de difficultés à repérer un vélo, l’utilisateur a la possibilité de le faire sonner en cliquant sur un onglet prévu à cet effet. Concernant les prix, le déblocage du véhicule est gratuit, avant que la minute ne soit facturée 10 centimes, contre 15 centimes pour les anciens vélos JUMP.

30 km d'autonomie

Un « kit de sécurité dans l’application mobile comprenant un guide d’utilisation du vélo, des conseils de sécurité ainsi que les règles de circulation et de stationnement de la Ville de Paris » est également mis à la disposition des usagers. Aussi, une réservation d’une durée de trois minutes vous permet de bloquer le deux-roues grâce à une petite icône en forme d’horloge.

Vélo électrique Bolt

Limités à 20 km/h, les deux-roues électriques Bolt bénéficient d’une autonomie de 65 kilomètres, nous a directement confirmé la marque au téléphone. La présence de deux phares avant peut également être pratique pour améliorer sa visibilité lorsque la luminosité ambiante est faible.

Une nouvelle alternative offerte aux parisiens

Fondée par Markus Villig en 2013, Bolt s’est progressivement invitée sur une trentaine de marchés partout dans le monde, dont Paris en octobre 2017, puis Lyon un mois plus tard, par le biais de ses trottinettes électriques. Ces dernières ont depuis été retirées de la capitale, en juillet 2019, au regard de l’appel d’offres émis par les équipes d’Anne Hidalgo. Bolt prétend d’ailleurs à l’une des trois places promises aux opérateurs.

Le fait est que le lancement de ses vélos électriques intervient deux semaines après le retrait de JUMP (Uber), dont la flotte de cycles a disparu des rues de Paris. Jusque-là seule alternative proposée aux Parisiens, Vélib’ est donc désormais rejoint par un « concurrent », bien que leur business model et système de fonctionnement diffèrent fortement.

Vélo électrique Bolt

Source : Bolt

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (9)

eric957
ça ressemble aux ZSnapdragon 625oov… Peut-être d’ailleurs que Bolt a accepté l’offre de licencier leur techno, telle qu’elle a été annoncée cette semaine.
eric957
Aux Zoov
brichmanster
et hop 500 vélos qui vont apprendre a nager
Comcom1
Impec pour déculpabiliser les écolo parisien
DrCarter95
Ces pauvres vélos vont se faire massacrer comme jamais.<br /> Hélas.
Ayetek
Quand on pense à la destruction des flottes Jump / Uber, on se dit que les nouvelles mobilités urbaines sont hautement écologiques…<br /> What else ?<br /> lalibre.be – 29 May 20<br /> Pourquoi Uber détruit des milliers de vélos Jump plutôt que de les donner ?<br /> L'entreprise Uber a jeté des milliers de vélos électriques et de scooters électriques dans un parc à ferrailles en Caroline du Nord, alors que la demande en vélos pour se déplacer a explosé pendant la pandémie de coronavirus. Touché par la crise ...<br />
blackdoor
Le spécialiste Estonien du vélo électrique ne semble pas connaitre les us et coutumes de la région parisienne. Les vélos vont être volés , massacrés ou noyés. Celui qui a fait l’étude de marché doit être un champion du monde.
MadForL_fe
Bonne nouvelle, j’ai regretté le retrait de Jump.<br /> Et puis ils sont 5 centimes moins chers à la minute, ça devient intéressant. C’était quand même assez cher auparavant.
Voir tous les messages sur le forum