MegaChat : l'alternative à Skype de Kim Dotcom arrive "bientôt"

0
Kim Dotcom a annoncé le lancement prochain de MegaChat, une alternative sécurisée à Skype.

Après BitTorrent, avec Bleep, ce sera « bientôt » au tour du groupe Mega de lancer un service de messagerie instantanée sécurisé. Kim Dotcom a confirmé hier l'arrivée de MegaChat, évoqué dès la fin de l'année 2013, et annoncé la distribution d'invitations à la bêta au cours « des prochaines semaines ».

07127374-photo-logo-mega.jpg

MegaChat sera non seulement un service de messagerie instantanée, comme son nom l'indique, mais aussi un service de vidéoconférence et de transfert de fichiers. Kim Dotcom indique qu'il sera « entièrement chiffré » et qu'il fonctionnera dans un navigateur Internet. On peut penser qu'il mettra en œuvre les mêmes solutions de chiffrement de bout en bout que le service de stockage et de partage de fichiers Mega, en les transposant à des technologies de communication en temps réel telles que WebRTC.

Pour vanter les performances ainsi que la confidentialité de son futur service, Kim Dotcom rappelle que c'est une version préliminaire de ce service qu'avaient utilisés les lanceurs d'alerte Edward Snowden et Julian Assange pour leur intervention à distance lors du meeting The Moment of Truth.

MegaChat ambitionne quoi qu'il en soit de supplanter Skype, auquel « on ne peut pas faire confiance » car il n'a « d'autre choix » que de « fournir des portes dérobées aux autorités américaines ». Microsoft dément fournir une backdoor, mais des documents de la NSA publiés par Edward Snowden ont de toute manière révélé que les services secrets américains déchiffraient sans problème les communications réalisées par le biais de ce service. MegaChat quant à lui « mettra fin à la surveillance de masse de la NSA ».

0140000005319864-photo-kim-dotcom-b-ret.jpg
Avertissement :

Bien que le téléchargement (direct ou en P2P) ne soit pas illégal en soi, il est interdit de télécharger des œuvres protégées par le droit d'auteur ou d’autres droits de propriété intellectuelle sans l’autorisation des titulaires de ces droits. Clubic recommande expressément aux utilisateurs de son site et aux tiers de respecter scrupuleusement ces droits ; étant rappelé qu’en France la violation des droits d’auteurs est constitutive du délit de contrefaçon puni d’une peine de 300 000 euros d’amende et de 3 ans d'emprisonnement (art. L. 335-2 s. CPI) et qu’il existe également des sanctions spécifiques en cas de contournement de mesures techniques de protection (art. L. 335-3-1 et L.335-3-2 CPI). En outre, le titulaire de l’abonnement à internet doit veiller à l’usage licite de sa connexion, sauf à s’exposer au risque de contravention de négligence caractérisée sanctionnée par une peine d’amende de 1 500 € pour les personnes physiques. En cas d’utilisation d’un logiciel P2P pour télécharger ou mettre à disposition des œuvres protégées par le droit d’auteur, sans autorisation, le titulaire de la connexion à internet pourra être destinataire de recommandations de l’Arcom et, en cas de constats répétés, être poursuivi sur le fondement de la contravention de négligence caractérisée. Plus d'informations sur le téléchargement illégal
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page