Tesla : les dessous de l'affaire des suspensions défectueuses

01 juin 2018 à 15h36
0
Tesla est la cible de climato-sceptiques qui sont suspectés d'avoir amplifié un problème mineur pour en tirer un bénéfice en bourse, au détriment du constructeur.

Connaissez-vous le « rolling coal », littéralement le « charbon roulant » ? C'est une pratique, présentée dans cet extrait du magazine télévisé Envoyé Spécial, à laquelle s'adonnent les climato-sceptiques de l'Amérique profonde. Elle consiste à rendre délibérément son pickup plus polluant afin d'enfumer les cyclistes et les Prius.

Il semble que Tesla soit la nouvelle cible de tels nuisibles. Si ce n'est que cette fois on ne s'en prend pas aux conducteurs de voitures électriques, mais directement au constructeur et plus précisément à ses finances.

Deux anti écologistes établis essaient depuis quelques temps de jeter le discrédit sur Tesla. Leur action a pris une nouvelle ampleur la semaine dernière.

0230000008411726-photo-nouveaut-tesla-model-s-restyl-e.jpg

Tesla suspecté d'étouffer une affaire

Tout commence par un billet de blog d'un dénommé Edward Niedermeyer qui a repéré, sur un forum de propriétaires de Tesla, une situation qui lui paraissait louche. Le possesseur d'une Tesla Model S, dont la suspension a cassé prématurément, y raconte qu'il a trouvé un accord avec le constructeur, mais qu'il s'est engagé à ne pas le divulguer.

C'est certes regrettable, mais contrairement à ce qu'écrit le blogueur, c'est une pratique courante dans l'industrie de l'automobile : les constructeurs font un geste commercial tout en dégageant leur responsabilité. Rembourser n'est pas avouer un défaut de fabrication.

Le propriétaire de la Model S a néanmoins signalé l'incident à la sécurité routière américaine.

Un coup en bourse ?

Un célèbre théoricien du complot s'est emparé de l'affaire dans la foulée. Ce dénommé Keef Wivaneff est un internaute qui prétend « débusquer les arnaques écologiques » mais qui se contente en réalité de commenter des articles traitant d'environnement. Il affirme, entre autres, que l'atterrissage réussi de la fusée SpaceX est un faux.

Il a déposé la semaine dernière des dizaines de plaintes « frauduleuses » reposant uniquement sur des photos de Tesla Model S accidentées, trouvées sur des sites internet qui revendent des voitures pour pièces. Il prétend qu'il espère ainsi déclencher une enquête de la sécurité routière.

08470510-photo-tesla-accident-e.jpg

On ne sait pas exactement quelles sont les intentions de ces climato-sceptiques. Tesla se demande dans un communiqué si certains ne cherchent pas à manipuler le cours de l'action pour s'enrichir. Il y a « une forte motivation à amplifier des problèmes mineurs » pour en tirer une plus-value, en faisant une vente à découvert (short).

08470508-photo-action-tesla.jpg

La sécurité routière ne trouve aucun problème et clôt le dossier

Quoi qu'il en soit la sécurité routière américaine n'a pas attendu ces plaintes pour enquêter. Un porte-parole de la NHTSA a confirmé aux médias américains que l'agence n'a trouvé aucun problème de sécurité avec la suspension des Tesla Model S. Elle a néanmoins qualifié l'accord de confidentialité de « troublant » et l'a fait modifier pour qu'il ne puisse plus y avoir de mauvaise interprétation : « N'importe quel terme laissant entendre que les consommateurs ne devraient pas contacter l'agence au sujet de leurs inquiétudes est inacceptable ». Elle considère désormais le problème réglé.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Microsoft débourse 26 milliards de dollars pour s'offrir LinkedIn
Des apps pas chères ou gratuites : notre sélection du 13/06
E3 2016 : on a essayé le multijoueur de Battlefield 1
On Refait le Mac refait la WWDC en direct
E3 2016 : la conférence de Microsoft en direct à partir de 18h30
Conseils : comment rechercher un emploi en toute discrétion sur LinkedIn ?
Facebook effacera vos photos si vous ne passez pas à Moments
iPhone : peut-on le produire aux États-Unis ?
Avec Cyanogen 13.1, des OnePlus One avec de vrais morceaux de Microsoft dedans
Ventes de PC : l’avenir s’annonce sombre
Haut de page