Porsche et Siemens ouvrent une usine de carburant synthétique au Chili

13 septembre 2021 à 16h50
20
Siemens usine
Siemens Energy

La France, le Royaume-Uni, la Chine et même certains Etats américains tels que la Californie ont promis une décarbonation du transport routier au sein de leurs frontières. Pour préparer ses véhicules aux échéances mises en place par de nombreux pays, Porsche parie sur les carburants synthétiques… et y met des moyens.

Le constructeur cherche à fournir un carburant répondant à des exigences mécaniques et environnementales particulières pour anticiper les changements de réglementation dans ce domaine, et vient pour cela de lancer la construction de sa première usine dédiée au Chili.

Le carburant synthétique, nouvel or noir ?

Près de 70% des modèles Porsche sont toujours en circulation, mais les mythiques 911 et GT3 n’ont pas (encore) de souci à se faire : les nouvelles réglementations ne prévoient l'interdiction progressive des moteurs à combustion que pour les véhicules neufs. Pourtant, le constructeur anticipe préfère tabler sur la prudence et a donc concentré ses efforts sur la fabrication et l'exploitation d'un carburant synthétique, en collaboration avec Siemens.

La « magie » opère avec une base d’hydrogène produit par électrolyse éolienne qui, mélangée avec du dioxyde de carbone, produit du méthane qui sera, lui, transformé en essence. Ce procédé permettrait à terme, d'après l'entreprise, de réduire 90% de l’empreinte carbone de Porsche.

Une usine Porsche-Siemens au cœur du Chili

Les deux enseignes ont inauguré de concert le lieu de fabrication du carburant synthétique le vendredi 10 septembre 2021. Installée au Chili, à Haru Oni, près de Punta Arenas, l’usine doit permettre la production de 130 000 litres par an dès 2022, 55 millions de litres d'ici à 2024 et jusqu'à 550 millions de litres par an à l'horizon 2026. Porsche vise au coût de 2$ le litre.

Les premiers essais réalisés par Porsche avec son carburant synthétique sont prometteurs, puisque le constructeur a déjà modifié avec succès des modèles 911, 911 Turbo, GT3 et GT3 RS afin de les alimenter avec cette nouvelle forme d'essence.

L’enseigne envisage également des essais sur ses voitures de course Supercup et Porsche 911. A la suite de multiples expérimentations sur de nombreux modèles, Porsche envisage une mise sur le marché à l'échelle mondiale en remplacement des combustibles fossiles.

Source : Ars Technica .

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
20
16
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Aviation électrique : le
L'ONU appelle à un moratoire sur certains usages de l'intelligence artificielle
La Wikimedia Foundation organise une compétition pour améliorer le légendage des images Wikipédia
Lynx R-1 : le casque de réalité mixte d'une jeune start-up française pourrait faire de l'ombre au Quest 2
L’armée de l’Air et de l’Espace se lance dans le prêt-à-porter et accessoires, avec sa propre marque
La start-up toulousaine Beyond Aero dévoile son projet d'avion léger à hydrogène
JetPack Aviation a trouvé un premier client militaire pour ses jetpacks, en attendant de faire voler son moto-speeder
Singapour teste Xavier, son « robot patrouilleur » anti-incivilités
La NASA teste le taxi volant de Joby Aviation pour modéliser l'espace aérien de demain
La NASA confierait bien l’entretien des stations spatiales à des petits robots façon Wall-E
Haut de page