Capture du CO2 : des chercheurs du MIT proposent de le puiser dans les océans

Maxence Glineur
Publié le 27 février 2023 à 09h30
© Berend de Kort / Pexels
© Berend de Kort / Pexels

Des chercheurs du MIT ont mis au point un système qui pourrait inverser le processus d'acidification des océans causé par l'activité humaine.

Alors que le dioxyde de carbone continue de s'accumuler dans l'atmosphère terrestre, les chercheurs et les industriels ont passé des années à chercher des moyens de le retirer efficacement de l'air. Cependant, les océans sont les plus importants capteurs de CO2 présent dans l'air, absorbant de 30 à 40 % de l'ensemble du gaz produit par les activités humaines. Ce procédé naturel a toutefois un impact significatif sur les écosystèmes marins, car il acidifie de plus en plus l'eau de mer.

Une méthode moins polluante que les techniques de capture atmosphérique

Récemment, la possibilité d'extraire le dioxyde de carbone directement des océans est apparue comme une option prometteuse pour atténuer les rejets de CO2. Cette solution pourrait même aboutir un jour à des émissions nettes négatives au niveau mondial. Toutefois, elle n'a pas encore débouché sur une application à grande échelle, car les méthodes existantes nécessitent des membranes spécifiques et un approvisionnement constant en produits chimiques, ce qui rend les procédés complexes et coûteux.

C'est un inconvénient qu'une équipe de chercheurs du MIT pourrait avoir résolu. Dirigés par les professeurs T. Alan Hatton et Kripa Varanas, ils ont mis au point un dispositif qui ne nécessiterait aucun de ces éléments et qui consommerait même moins d'énergie que les techniques de capture dans l'air.

La méthode consiste à faire transiter dans deux chambres différentes de l'eau de mer. Dans la première chambre, elle est acidifiée par des électrodes qui lui injectent des protons, libérant du dioxyde de carbone qui est ensuite extrait pour être stocké. L'eau est ensuite introduite dans la seconde chambre, où elle redevient alcaline (c'est-à-dire qu'elle n'est plus acide) grâce à un ensemble de cellules qui récupèrent les protons précédemment ajoutés. Elle est ensuite renvoyée dans l'océan.

De nombreuses applications envisageables

Les chercheurs suggèrent que la réinjection d'eau alcaline pourrait se faire par le biais de dispositifs dispersés ou loin des côtes afin d'éviter les pics d'alcalinité locaux qui pourraient perturber les écosystèmes, tels que les récifs coralliens, déjà fragilisés. « Nous ne serons pas en mesure de traiter l'ensemble des émissions de la planète », précise M. Varanasi. Cependant, cette réinjection pourrait se faire dans des endroits tels que les fermes piscicoles, qui contribuent directement à l'acidification de l'eau.

Il serait aussi envisageable de coupler ces dispositifs à des infrastructures qui traitent déjà l'eau de mer, comme les usines de dessalement. M. Varanasi explique : « Ce système est évolutif, de sorte que nous pourrions potentiellement l'intégrer dans des processus existants. » Dans ce cas, l'élimination du dioxyde de carbone pourrait être un simple ajout à des installations qui renvoient déjà de grandes quantités d'eau dans les océans.

Enfin, il serait aussi possible d'en équiper des navires de fret, qui participeraient à désacidifier les océans de manière plus globale et dispersée, tout en diminuant activement leur impact carbone.

Source : ScienceDaily

Maxence Glineur
Par Maxence Glineur

Geek hyper connecté et féru de podcasts, je suis toujours en train de lire ou écouter des points infos en tout genre. Entre histoire, tech, politique, musique, jeux-video et vulgarisation scientifique : toute l'actualité (ou presque) attise ma curiosité. Sinon, j'aime le rock et le lofi, les game-nights toujours trop longues, les bons films et les nanards.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
zalphab

Imposé ça sur tous les navires de frets qui circulent : pas con du tout…

dante0891

Est-ce que le procédé gardera les attributs de l’eau de mer afin de limiter l’impact sur la faune et la flore ?

qotzo

toujours le même problème : comment faire passer l’étape « ça marche bien dans l’éprouvette » à l’étape « déploiement à grande échelle »

batmat

« les chercheurs et les industriels ont passé des années à chercher des moyens de le retirer efficacement de l’air ». Certains chercheurs oui, les industriels, non.
Si on regarde la source de l’article : https://news.mit.edu/2023/carbon-dioxide-out-seawater-ocean-decorbonization-0216 c’est une preuve de concept (TRL 1 ?), il n’y a aucun bilan énergétique du système, du coup il ne peut pas être comparé à un existant. Dernier point, il ne faut pas vivre en attendant le messie environnementalo-énérgétique qui n’arrivera pas. Il faut devenir sobre et mesuré. Scientifiquement parlant il n’y a aucune autre solution.

xryl

Scientifiquement parlant il n’y a aucune autre solution.

Ben, ça c’est pas très scientifique comme approche.

Zimt

Sauf qu’au MIT, il savent aussi que toute action en masse de ce type, pourrait aussi déclencher des effets de bords graves non désirés.
Donc c’est sympa mais pour la mise en œuvre, personne ne prendre cette responsabilités (et à juste titre).

iksarfighter

Sympa comme idée, on décarbone l’eau de mer et ensuite celle-ci pompe le carbone atmosphérique.

Bombing_Basta

Chasser le CO2 dans l’océan plutôt que dans l’air, une solution pour lutter contre le changement climatique ?

Exemple typique d’un titre mal formulé, là on pourrait comprendre « refouler vers » ou « rejetter ».

Capter le CO2 depuis l’océan plutôt que depuis l’air, une solution pour lutter contre le changement climatique ?

Est bien plus clair.

Ducatevo

On n’arrêtera donc jamais la connerie humaine !!!
Comme disait Lavoisier « rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme » … Non content d’avoir foutu le bordel sur terre, l’homme veut maintenant tout dérégler dans les mers !!! Pourquoi ?? Juste parce qu’il ne veut surtout rien changer en surface !!! Continuer à polluer comme si de rien n’était.
J’imagine les discussions des éminences grises : « bon les gars, à cause de nos conneries, on dégage trop de CO2 dans l’atmosphère, ce qui acidifie les océans. Mais on se veut surtout pas changer nos habitudes pour faire moins de rejet de CO2 !!! Donc, on va trouver un truc pour alcaliniser les océans. Et tant pis si on modifie l’équilibre de la faune et la flore sous marine… Au moins, ce sera peut être mieux en surface… » Un acolyte de répondre « et si on provoque une catastrophe dans les océans ? » … Le premier qui répond « on verra quand ça arrivera. On trouvera bien une solution. On détruira autre chose à la place. On s’en fout, on sera plus là !!! »
L’homme a une vision à court terme, c’est affligeant. Tout ce qui compte, c’est le pognon tout de suite et peu importe les conséquences. On l’a vu avec le réchauffement climatique.
Donc, on peut tourner le truc dans tous les sens. On peut imaginer des solutions, toutes plus farfelues les unes des autres (la dernière en date : éparpiller de la poussière de la lune dans l’atmosphère! !!! C’est dire si on n’arrête pas d’être con !!), mais la seule solution qui n’aura aucun impact destructif sur notre environnement, c’est la décroissance, la deconsommation… Ça fait peur et ça impacte directement nos petites vies oisives et égoïstes mais c’est la seule solution. Qu’on le veuille ou non !!!

Bombing_Basta

L’étude du vivant, des écosystèmes, est une science, ou plus exactement, elle fait appel à plusieurs domaines scientifiques.

Et scientifiquement, rien ne s’autorégule mieux qu’un écosystème auquel on fout la paix, ou qu’on dérange le moins possible.

C’est scientifiquement prouvé qu’arrêter de dérégler notre biosphère est la meilleure solution.