Oscars 2016 : Ex Machina, une fable robotique récompensée pour ses effets spéciaux

29 février 2016 à 12h10
0
Le film Ex Machina d'Alex Garland a reçu, la nuit dernière, l'Oscar des meilleurs effets spéciaux. Une récompense méritée mais également symbolique, puisque ce film à petit budget coiffe au poteau de véritables blockbusters, dont Star Wars. Une raison supplémentaire de s'y attarder.

Caleb est un talentueux développeur de 26 ans qui gagne un concours en interne dans l'entreprise dans laquelle il travaille. Le prix : aller passer une semaine dans la maison ultra-high-tech de Nathan, son patron, qui se révèle aussi génial que solitaire et compliqué. Accro à la bouteille, Nathan oscille entre gueule de bois et recherches robotiques poussées. Il présente alors à Caleb, Ava, un robot humanoïde à la beauté envoûtante. Nathan propose à Caleb de participer à une expérience : il veut faire passer à Ava le test de Turing, pour déterminer si elle possède une conscience. Mais lors d'une panne de courant qui stoppe les caméras de surveillance, Ava met en garde Caleb contre Nathan. Va alors s'ensuivre un huis-clos complexe entre les deux hommes, mais également avec la machine.

0226000008361530-photo-ex-machina.jpg

Sorti en mai 2015 en France, ce film britannique, qui met en scène Oscar Isaac et Domhnall Gleeson - tous deux également à l'affiche de Star Wars : Le Réveil de la Force - a reçu, dimanche soir, l'Oscar des meilleurs effets visuels. Un prix mérité, du fait de la qualité des effets spéciaux, qui transforment l'actrice Alicia Vikander en une machine au look des plus dérangeants, proche de l'être humain mais pourtant si mécanique. Avec un budget dérisoire de 11 millions d'euros, ce film britannique a raflé la statuette face à des concurrents aussi colossaux que Mad Max : Fury Road, Seul sur Mars, The Revenant et Star Wars.


Des effets spéciaux de moins en moins coûteux

Les effets visuels du film ont été confiés au studio spécialisé anglais Double Negative, un habitué des films à gros budget : on leur doit les effets spéciaux d'Ant-Man, Godzilla, Transcendance, Interstellar ou encore Man of Steel, pour ne citer que certains de leurs travaux de ces dernières années. A peu près certain de ne pas remporter la statuette dimanche, Andrew Whitehurst, l'un des superviseurs des effets d'Ex Machina, écrivait dans une tribune publiée jeudi dernier dans The Guardian que le développement de bons effets visuels pour un coût de plus en plus accessible permet désormais à des films à petit budget de concurrencer les blockbusters dans ce secteur.

0320000008361528-photo-ex-machina.jpg

« Trois facteurs ont facilité l'évolution des effets spéciaux dans les films à petit budget : le fait que les cinéastes sont de plus en plus à l'aise avec les effets visuels réalisés par ordinateur, les logiciels de plus en plus sophistiqués et des coûts en baisse » explique Andrew Whitehurst. « Le premier ordinateur que j'utilisais professionnellement en 1996 avait un processeur huit fois plus lent que mon smartphone actuel, et coûtait 10 000 dollars. Nous avons fait du chemin. » L'enthousiasme de Whitehurst tranchait cependant avec une prédiction bien différente du palmarès réel, puisqu'il voyait Star Wars gagner. Il doit être aujourd'hui heureux de s'être trompé.

Au-delà de ses effets visuels réussis, Ex Machina est un film à voir également pour son scénario. Fable quelque peu dérangeante sur l'évolution de la robotique et de l'intelligence artificielle, il pousse à réfléchir sur la relation entre l'homme et la machine, à travers une vision qui lorgne davantage vers l'anticipation que vers la science-fiction.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Pour Windows Defender, CCleaner est une app indésirable
Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
L'évasion Carlos Ghosn financée en Bitcoins
scroll top