Le bannissement dans le jeu vidéo : entre triche et indiscrétions

Nerces Contributeur
20 mai 2015 à 15h30
0
Depuis qu'il existe des abonnements dans le petit monde du jeu vidéo, il y a des vagues de bannissements pour « conduite inappropriée ». Un terme qui recouvre toutefois des situations de plus en plus variées.

Dès lors que l'on place les mots abonnements et jeux vidéo dans la même phrase, on pense immanquablement aux fameux MMORPG. Ces jeux de rôle massivement multijoueurs notamment popularisés par l'indéboulonnable World of WarCraft - encore plus ou moins 7 millions d'abonnés - regroupent des communautés souvent très larges avec les excès que l'on peut imaginer.

La tentation de la triche

Ainsi, Blizzard est-il régulièrement obligé d'intervenir afin de punir des joueurs qui « pousseraient le bouchon un peu loin ». Dans le cas de World of WarCraft, le principal grief fait aux joueurs est l'utilisation de bots, ces robots qui permettent de remplacer le joueur pour réaliser les tâches les plus fastidieuses.

Pire, ce phénomène a littéralement été industrialisé, en Chine notamment, et ce sont de véritables fermes de bots qui travaillent jours et nuits pour monter des personnages et engranger des revenus. L'objectif étant, à terme, de revendre ces comptes et cet argent virtuel à de véritables joueurs.

Blizzard considère cette pratique « hors charte » et ne manque pas de sévir : il y a seulement quelques jours, le studio a ainsi fermé environ 100 000 comptes qu'il accusait d'utiliser ces fameux bots, sur les serveurs JcJ cette fois.

Dans un registre plus directement lié à la triche pure et simple, ce sont les auteurs de H1Z1 qui ont été contraints de prendre des mesures draconiennes. Si le jeu est un succès, la triche y est un véritable fléau et les développeurs ont donc décidé de frapper fort la semaine dernière en bannissant pas moins de 24 837 comptes... Le but est évidemment de décourager les tricheurs.


03E8000008045268-photo-bannissement.jpg


On ne badine pas avec les campagnes marketing

Autrefois rarissimes, mais aujourd'hui plus fréquents, des bannissements peuvent avoir lieu pour punir des joueurs n'ayant pas respecté certaines clauses de non-divulgation. Bien connues des journalistes, ces clauses sont là pour cadenasser la communication autour d'un jeu, d'un événement et les contrevenants sont immédiatement sanctionnés.

Microsoft a ainsi décidé de bannir certains utilisateurs suite à la diffusion de vidéos liées à Gears of War : Ultimate Edition, un projet que l'éditeur n'a pas encore confirmé officiellement et qui pourrait être l'une des têtes d'affiche du prochain E3. Certains auraient enregistré leurs sessions de jeu pour les diffuser sur Internet, mettant à mal la communication de Microsoft.

Dans un premier temps, il avait été dit que le promoteur de la Xbox One avait tout simplement mis hors-service les consoles des joueurs incriminés. En réalité, il semble que lesdites machines soient encore fonctionnelles localement, mais qu'elles ne peuvent plus accéder au Xbox LIVE.

Autrefois, le bannissement était donc surtout un moyen de répondre aux préoccupations des joueurs : on interdisait à des tricheurs de semer la zizanie. Aujourd'hui, la gêne peut être à un autre niveau et dans cette fuite Gears of War, ce sont surtout les professionnels de la communication qui ont vu leurs plans bouleversés.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
SpaceX : plutôt 42 000 satellites pour Starlink ?
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top