Rue du Commerce : une campagne marketing sexiste qui fait parler d'elle

01 juin 2018 à 15h36
0
Pour faire parler de lui, le site marchand Rue du Commerce a choisi une stratégie aussi efficace que discutable : jouer la carte du sexisme bien macho. Une opération réussie ?

« Attention : site interdit aux femmes ! Le site Rue du Commerce a été repensé pour les hommes. » Voici le message que les visiteurs du site marchand voient apparaître depuis mardi sur sa première page. Un disclaimer provocant qui ne laisse pas indifférent. L'habillage du site change en fonction du choix « Je suis un homme » ou « Je suis une femme » mais, dans les deux cas, le cybermarchand se présente comme « 100% mâle » et « 100% testostérone », en mettant en avant des produits présentés comme typiquement masculins - perceuse, scooter, rasoir électrique...

Entre humour et machisme

La palme de cette opération revient probablement à la « page interdite » qui nécessite le mot de passe « chaleur » pour s'ouvrir : on tombe alors sur une succession de poncifs liés aux relations homme/femme : les messieurs y découvrirons des conseils sur comment se faire pardonner un achat typiquement masculin, ou encore une sélection de lingerie fine pour leur compagne dans la rubrique « travaux pratiques ». Ambiance.

0320000007731631-photo-rue-du-commerce-page-interdite.jpg

Sur les réseaux sociaux, la démarche choque ou amuse, mais elle ne laisse clairement pas indifférent. Une grande majorité des réactions s'avèrent scandalisées face à l'opération marketing provocante du commerçant.






De son côté, l'équipe de Rue du Commerce explique sur Twitter « assumer » sa campagne : « Chez RDC, nous sommes près de 50% de femmes ! Nous assumons, et nous provoquons avec humour » peut-on lire sur le compte du commerçant. Ce dernier republie massivement les messages qui prennent l'opération sur le ton humoristique.









Il n'y a pas de mauvaise publicité ?

Bon ou mauvais buzz, les avis sont partagés concernant la campagne de Rue du Commerce. Ce matin, le commerçant recommandait à une étudiante d'attendre avant de faire de la situation une étude de cas, laissant entendre que des rebondissements étaient à venir.


L'objectif du commerçant était clairement de provoquer des réactions et, de ce point de vue, personne ne peut nier que l'opération est réussie. Néanmoins, cette provocation, qui n'est peut-être pas finie, n'a pas tardé à entraîner des réactions radicales : mardi soir, le site Madmoizelle appelait son lectorat à alerter massivement l'Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité « Histoire de bien rappeler aux entreprises que si, il y a bien de la mauvaise publicité . » Un mouvement qui a été suivi à en croire Stéphane Martin, directeur général de l'ARPP.


Si Rue du Commerce a encore un atout dans sa manche, il serait sans doute de bon aloi de le poser sur la table sous peu. Il n'est cependant pas certain que cela suffise à effacer la mauvaise image que vient de se forger le site auprès d'une partie des internautes français.

0320000007731629-photo-rue-du-commerce-bad-buzz.jpg



/br>
Mise à jour du 6 novembre : Comme Rue du Commerce l'avait laissé entendre, sa campagne polémique a connu une évolution qui propose désormais une version « pour hommes » et une autre « pour femmes » La version dédiée aux femmes ne manque pas de cumuler, elle aussi, les clichés.

0320000007737633-photo-rue-du-commerce.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Vie privée : Dropbox répond aux accusations d'Edward Snowden
Voici la carte d'identité électronique selon Morpho et MobyFace
Google Drive : une nouvelle extension permet d'ouvrir les applications locales
En version 9, Opera Mini sur iOS optimise la vidéo en streaming
SFR casse les prix, avec un forfait 5 Go en 4G à 10 euros par mois
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Netflix perdra Starz fin février 2012
Haut de page