Critique Stigma : un voyage initiatique et écologique

20 février 2022 à 11h23
0
Stigma Quentin Rigaud © © Casterman
© Casterman

Stigma est un projet de longue haleine : né il y a près de six dans la tête de son auteur Quentin Rigaud, l'album vient enfin de débarquer chez Casterman. Un joli pavé de 736 pages sur l’urgence écologique, l’amitié et bien plus encore…

Stigma
  • Vous voulez découvrir des personnages singuliers et attachants
  • Vous aimez les œuvres intelligentes et engagées
  • Un tas de paysages bariolés, ça vous fait voyager
  • Vous ne supportez pas les longueurs dans les intrigues
  • En BD, vous ne jurez que par un dessin toujours parfait

Stigma (2022)

Quentin Rigaud

Stigma, c'est l'histoire d’une équipe pas banale : Frona est humaine, amputée du bras droit et de la moitié du bras gauche ; Atta est extraterrestre, à l’apparence de fourmi géante ; et Senso est un robot flottant au bras extensibles. Ensemble, ils parcourent la galaxie à la recherche de ressources pour le « Centre ». Lors d’une mission sur une planète inhabitée, ils sont témoins d’une étrange attaque de spores mortelles. Une fois sauvée de ce bourbier, l'équipe se pose en catastrophe sur Orchinae… mais le dangereux nuage de spores n’est que le début des problèmes.

Fiche technique Stigma

Informations

Titre original
Stigma
Type
Bande Dessinée
Auteur
Quentin Rigaud
Editeur
Casterman
Genre littéraire
Science-Fiction
Nombre de pages
736
ISBN-10
2203225807
ISBN-13
978-2203225800

« Pour une fois qu’on nous envoie sur une planète déserte, tu devrais profiter de ne pas avoir à surveiller le vaisseau ! »

Dès les premières pages de Stigma, on est interpelés par ce groupe de personnages hors du commun. Frona, d'abord, qui malgré l'ingéniosité de la prothèse remplaçant son membre manquant se retrouve souvent en difficulté à cause de son « bras de secours ». Héroïne atypique s'il en est, elle apporte un vent de fraîcheur en se détachant des personnages stéréotypés de nombre de BD.

Stigma image1 © Rigaud / Casterman
© Casterman

Si Senso et Atta sont moins développés, ils apportent tout de même de la légèreté à l’histoire. Et il y en a besoin : abordant des thématiques sombres et des enjeux complexes, Stigma pourrait, sans ça, devenir une œuvre déprimante. Mais ces deux-là se comportent un peu comme des ados : ils se disputent, se passionnent pour les jeux de cartes à collectionner… et cette variété de tons contribue à la richesse de la BD.

« Des spores mortelles se propagent sur la planète ! »

700 pages, c’est beaucoup, mais c’est l’occasion pour l’auteur de prendre le temps de développer son intrigue. Au départ on croit suivre l’histoire d’un groupe voyageant de planète en planète à la recherche d'herbes et de champignons. Au fil des pages, on réalise que toute l'aventure se déroulera sur Orchinae et que les spores sont un enjeu profondément politique.

Stigma c’est donc à la fois un récit d’aventures et de mystères, dans lequel on ne s’ennuie jamais. D’autant plus que le récit est chapitré, un choix salvateur qui permet au lecteur de faire des pauses dans un récit particulièrement dense.

Stigma Quentin Rigaud © © Casterman
© Casterman

« Tu penses que ceux qui ont attaqué sur Amanite auraient propagé une épidémie… »

Bien sûr le scénario n'est pas sans rappeler le monde réel et les crises actuelles, puisqu’une épidémie mortelle se propage sur Orchinae. Aussi il convient de rappeler que l’auteur travaille sur cette bande dessinée depuis 2016. Par ailleurs, Stigma se veut d'abord être une réflexion l’écologie et ses enjeux politiques. Point de grands méchants ici, mais surtout des individus qui considèrent différemment l’urgence et les solutions envisageables.

Certes l’œuvre est aussi inscrite dans les événements de ces dernières années et la catastrophe sanitaire que nous continuons de subir, mais de fait, la pandémie et l’urgence écologique sont de toute façon intrinsèquement liées.

« C’est une énorme cité bâtie sur une ancienne mine de calcaire nacré. »

L'autre singularité de Stigma, c’est bien sûr le style graphique de l’auteur. En 700 pages, les personnages ont le temps d’explorer une planète aride, des cités atypiques, des déserts immenses, des forêts souterraines, des villes cachées… autant d’occasions pour Quentin Rigaud d’imaginer de nouveaux paysages, leur végétation, leurs peuples et leur palette de couleurs.

Stigma image2 © Rigaud / Casterman
© Casterman

L'auteur nous propose une vision de la science fiction décalée des clichés passés : les vaisseaux ne sont pas des monstres de métal, ils sont organiques, dans des couleurs chaudes, tout en rondeurs. Même chose pour les personnages divers et bariolés. Par le trait et la manière de les présenter, Quentin Rigaud suggère en outre que tous, aussi secondaires soient-ils, ont un passé et une histoire à explorer.

« Il nous reste donc 20 jours pour trouver une solution… »

Sacré performance que Stigma pour un premier album. Même si certains passages sont un peu longuets, l’intrigue est bien construite et son dénouement est particulièrement émouvant. L'œuvre reste à lire en plusieurs fois pour vraiment savourer la diversité des mondes que notre équipe de choc découvrira au fil de son voyage.

Stigma

7

Stigma, c’est une bande dessinée de science-fiction loin des clichés. En compagnie de personnages aussi divers qu’attachants, Quentin Rigaud vous emmène découvrir ce qui se cache derrière la mystérieuse pandémie qui s’abat sur Orchinae, et le sombre dessein des responsables de cette tragédie…

Les plus

  • Vous voulez découvrir des personnages singuliers et attachants
  • Vous aimez les œuvres intelligentes et engagées
  • Un tas de paysages bariolés, ça vous fait voyager

Les moins

  • Vous ne supportez pas les longueurs dans les intrigues
  • En BD, vous ne jurez que par un dessin toujours parfait

Stigma couverture © Rigaud / Casterman

Stigma est édité chez Casterman.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page