Google Maps augmente ses tarifs en catimini

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
09 mai 2018 à 09h15
1
Saviez-vous que l'utilisation de Google Maps était payante pour les développeurs ? Chaque « appel » de l'API Google Maps a un coût pour les entreprises qui les utilisent. Pour l'heure, l'affichage du logiciel de cartographie se heurte à une barrière tarifaire quasi imperceptible pour les petites structures. Une barrière qui s'apprête à devenir une véritable muraille au vu des nouveaux tarifs que souhaite pratiquer le géant du Web.

Google Maps est devenu un véritable réflexe pour nos déplacements. Trouver un itinéraire, planifier une visite, consulter des horaires d'ouverture ou les informations de contact d'une entreprise... Quantité d'informations utiles sont affichées dans l'application. Mais si la consultation de ces données est gratuite pour l'utilisateur, la présence de cartes Google Maps sur un site a un coût pour les organisations.

Dans un long billet publié sur Medium, Christian Quest, porte-parole d'OpenStreetMap France, dénonce les changements à venir au niveau de la grille tarifaire du service, et pointe du doigt l'important dumping auquel semble se livrer Google.

google maps


Une hausse des prix de 1400% dès le 11 juin

Actuellement (et depuis 2015), une société dispose d'un affichage gratuit de ses « cartes » dans la limite de 25 000 par jour. 1 000 appels de l'API supplémentaires se monnaient 0,50 dollars. Un tarif raisonnable, qui est loin d'impacter tous les utilisateurs du service.

Mais selon les informations relayées par Christian Quest, à compter du 11 juin 2018, les tarifs vont subir une hausse de 1 400%. Pire, les conditions d'application de cette grille tarifaire se voient remaniées en profondeur, s'assurant d'y assujettir un maximum d'entreprises.

D'ici un mois, quiconque dépassera les 28 000 affichages mensuels (et non plus 25 000 journaliers, comme jusqu'à présent) devra mettre la main au portefeuille pour continuer d'afficher des cartes sur sur son site. Et on sera désormais loin des 50 centimes, puisque le prix à payer pour 1 000 affichages supplémentaires passera à 7 dollars.

Google, dealer de données

Christian Quest n'hésite pas à comparer Google à un dealer de crack, qui offre les premières doses, mais fait grimper les prix lorsque le client est devenu accro. « Les doses gratuites seront donc réduites de 96%... et celles payantes vont augmenter de 1 400%...rien que ça ! », ajoute l'auteur dans son billet.

Un dumping extrêmement agressif qui pourrait avoir d'énormes conséquences pour des sociétés entrant dans les nouvelles cases dessinées par Google. Si les multinationales ne devraient guère souffrir outre mesure de cette dépense imprévue, il n'en est rien pour des milliers de start-ups qui doivent prévoir la moindre dépense pour rester sur les rails.

La brutalité du changement annoncé par le géant fait frémir, et remet en question notre rapport à la gratuité, que nous avons fâcheusement tendance à prendre pour acquise.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
0
MMX14
Les développeurs n’auront pas de mal à remplacer Google Maps par OpenStreeMap et la bibliothèque javascript Leaflet. Tous les deux gratuits.<br /> Il suffit de chercher Leaflet dans un moteur de recherche. Il y a des exemples pour afficher plusieurs points sur une carte ou pour tracer un trajet.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Google I/O : Google Assistant passera vos coups de fil... mais pas que
 Android P : Google dévoile des fonctionnalités et lance la bêta
Apple bloquera le port Lightning après 7 jours sans déverouillage
Et maintenant, Gmail écrit lui-même vos mails
Refonte de Google News : qu'est-ce qui va changer ?
Des spécifications sur la Nvidia GeForce GTX 1180 ont fuité
Une IA qui détecte les arrêts cardiaques va être testée en Europe
Bon plan : Xbox One X 1To, 2e manette, MonsterHunterWorld & DragonBallFight
Fitbit déploie de nouvelles fonctionnalités dédiées aux femmes
L'audiovisuel public européen se ligue contre Netflix et crée l'Alliance
Haut de page