Google enregistre 4000 attaques gouvernementales par mois

12 juillet 2016 à 09h56
0
Google a officiellement annoncé que tous les mois la société doit faire face en moyenne à 4000 attaques gouvernementales.

A l'occasion de la conférence Fortune qui se déroule actuellement à Aspen dans le Colorado, Diane Greene, vice-présidents de Google et membre du conseil de direction de la maison mère Alphabet, s'est exprimée au sujet de la sécurité. Dans l'une de ses dernières dépêches, Reuters rapporte qu'elle a annoncé ce chiffre de 4000 tentatives d'intrusions gouvernementales.


Comme plusieurs sociétés, Google alerte les internautes lorsque leur compte est suspecté d'être la cible d'une organisation gouvernementale. En octobre dernier, Facebook avait annoncé vouloir faire de même. Microsoft et Twitter se sont ralliés à la cause deux mois plus tard.

Par le passé, Google avait affirmé avoir déployé des dizaines de milliers d'avertissements aux internautes, lesquels prennent généralement le temps de renforcer la sécurité de leur compte par la suite, par exemple en activant l'authentification par deux facteurs.


035C000008221240-photo-google-hq-ban.jpg


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
scroll top