Google révèle la vulnérabilité des questions de securité

Assortir son traditionnel mot de passe par une question secrète ne sécurise plus aussi bien qu'avant un compte en ligne : un constat réalisé par Google, qui pointe du doigt les réseaux sociaux.

Lorsqu'on oublie son mot de passe, il est fréquent de devoir répondre à une question de sécurité choisie par nous-même pour débloquer un compte en ligne. Une démarche visant à s'assurer que la personne qui veut accéder au compte en est bien le propriétaire légitime, censé être le seul à pouvoir répondre à ladite question. Mais une étude publiée par Google montre que la réalité n'est pas aussi simple aujourd'hui.

04812470-photo-logo-google.jpg

Dans l'étude publiée cette semaine, les chercheurs de Google dressent plusieurs constats. Le premier, c'est que la réponse à la question secrète est souvent oubliée : ce serait le cas pour 40% des utilisateurs anglophones, qui se rabattraient à 80% sur une méthode de récupération par SMS.

La solution est donc, souvent, de mettre des questions aux réponses très simples, et faciles à retenir. Mais Google souligne que ce sont également les réponses les moins sécurisées. La raison : les informations divulguées sur les réseaux sociaux permettent souvent d'y répondre. De fait, les démarches d'ingénierie sociale des pirates sont facilitées par le fait que les internautes donnent souvent les clés de déblocage de leurs comptes sans en avoir conscience sur Facebook et ailleurs.

« Quel est votre plat préféré ? »

Les expériences réalisées par Google mettent en lumière la simplicité de certaines questions. Un attaquant parvient, dans 20 % des cas, à trouver du premier coup la réponse à la question « Quel est votre plat préféré ? », soit en tapant une réponse au hasard, soit en cherchant des infos sur les réseaux sociaux.

L'une des solutions envisagées pour renforcer la sécurité via l'usage de questions est de multiplier ces dernières. En posant deux questions au lieu d'une seule, il est possible de faire baisser drastiquement le risque d'être piraté par ce biais. La contrepartie, c'est que la démarche est contraignante pour l'utilisateur qui doit retenir deux réponses au lieu d'une.

Google conclut en expliquant que le réel problème ne se trouve pas dans le système de questions/réponses, mais dans l'utilisation qu'en fait l'internaute. La solution : utiliser à la fois une question et d'autres solutions complémentaires, comme l'envoi d'un code par SMS, pour renforcer la sécurité et ne pas uniquement compter sur sa mémoire.

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

FLoC, de Google, le traçage sans cookies : cohortes et protection des utilisateurs, nos explications
Détruire un satellite : l'art de la dissuasion militaire en orbite
Test Xgimi Horizon Pro : un vidéoprojecteur 4K polyvalent offrant une belle image
Airbnb et néo-nomadisme : 24% des réservations sont maintenant de plus de 4 semaines
Android 12 : la nouvelle interface se dévoile avant la Google I/O
Ethereum : tour d'horizon et chiffres clés sur l'écosystème de la deuxième cryptomonnaie mondiale
L'Italie condamne Google à une amende de 102 millions d'euros pour abus de position dominante
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : quelles sont les nouveautés de la SVoD en mai 2021 ?
Chute de prix sur les Apple AirPods Pro chez Amazon 🔥
La Nuit des temps : le mythe du traducteur universel automatique
Haut de page