Une ado de 14 ans imagine un système de commentaires anti-harcèlement

01 juin 2018 à 15h36
0
La Google Science Fair 2014 met en lumière Rethink, un projet de système de validation de commentaires visant à prévenir le cyber-harcèlement en mettant l'agresseur potentiel face à son propre message. Ce système est proposé par une adolescente de 14 ans, et se destine surtout aux jeunes internautes.

00C8000004798544-photo-trollface.jpg
Dans ce contexte, Rethink peut être traduit par « réfléchissez-y à deux fois » : le projet de Trisha Prabhu, une adolescente de 14 ans qui participe à la Google Science Fair 2014, propose aux internautes de se confronter aux messages qu'ils écrivent avant de les publier. L'objectif visé : cibler les agresseurs virtuels et autres trolls du Web pour les faire réfléchir aux commentaires potentiellement blessants qu'ils s'apprêtent à publier.

L'adolescente, qui se présente comme « fascinée par les sciences du comportement et en particulier par la psychologie, la psychobiologie, et les sciences cognitives », n'en est pas à son coup d'essai. L'année dernière, elle s'était déjà distinguée lors d'une foire à la science de son collège en présentant un logiciel visant à limiter la distraction des automobilistes au volant. Par la suite, elle a décidé de prendre part au concours de Google en s'intéressant à la question du harcèlement en ligne. « En utilisant mes compétences scientifiques et technologiques, je suis déterminée à trouver une solution efficace à long terme qui permettrait de lutter contre le cyber-harcèlement » explique-t-elle.

« Des recherches montrent que les adolescents qui publient un message haineux ne réalisent pas toujours les conséquences de leurs actions, étant donné que le cortex préfrontal, la partie du cerveau qui contrôle le raisonnement et la prise de décision, n'est pas complètement développé avant l'âge de 25 ans » ajoute-t-elle. L'une des solutions, pour elle, est donc de les confronter à leur message, pour entraîner une prise de conscience. « Si les adolescents disposaient d'un mécanisme d'alerte leur suggérant d'y penser à deux fois avant d'envoyer volontairement un message d'insultes sur les réseaux sociaux, le nombre de messages haineux que les jeunes publieraient délibérément serait moins élevé que celui envoyé par des ados n'ayant pas de mécanisme d'alerte. »

L'adolescente a, dans cette optique, développé un prototype nommé Rethink, qui a été testé auprès de 300 adolescents de 12 à 18 ans. L'expérience a été divisée en deux parties : 750 essais de publication ont été réalisés avec un système traditionnel, et 750 autres avec Rethink. Dans le premier cas, les adolescents étaient prêts à publier des messages blessants dans 504 essais, soit 67,2% : comme il n'y avait aucun contrôle, les messages ont donc été postés sur les réseaux sociaux. Durant l'expérience avec Rethink, 533 messages sont ressortis comme blessants sur 750 (71,07%), mais, suite à la relecture de ces commentaires, 498 des 533 messages n'ont finalement pas été publiés par les adolescents, soit 93,43%. « Cela réduit la volonté générale à poster des messages blessants à hauteur de 4,67% avec Rethink, alors que sans, 71,07% auraient été postés. »

Trisha Prabhu estime avoir prouvé l'efficacité de sa proposition, et espère désormais qu'elle intéressera les réseaux sociaux. « Mon idée est de créer un système évolutif qui fonctionnerait avec les applications et services existant déjà, et s'adapterait aux nouvelles plateformes disponibles à l'avenir. Ma conception comprend un système de filtrage contextuel sophistiqué, capable de détecter les messages dits nuisibles » détaille l'adolescente, qui a de la suite dans les idées.

Le projet Rethink a piqué l'intérêt de Google, puisqu'il compte parmi les 15 finalistes de la Science Fair 2014. Le projet gagnant sera annoncé en septembre prochain : parmi les dotations, on trouve un chèque de 50 000 dollars et une visite du port spatial de Virgin Galactic.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : baisse du Bitcoin après une mise en garde officielle des autorités américaines
Nvidia en dit un peu plus sur Denver, la version 64 bits de Tegra K1
Steam : une offre de films, séries TV et musique prochainement ?
IBM rachète Lighthouse pour gérer la sécurité des identités
Samsung : vers une réorientation de Tizen dans les pays émergents ?
Un service pour savoir quel hôtel offre le meilleur Wifi
Google teste la promotion des sites de streaming musical
Ne cherchez plus Memup, la société française a été liquidée
Acer Chromebook 13 : Tegra K1 à partir de 299 euros
Sosh : les appels vers les USA, les DOM et l'Europe gratuits via Libon
Haut de page