Google : les demandes d'informations sur les utilisateurs ont doublé en trois ans

14 novembre 2013 à 16h41
0
A l'occasion de la mise en ligne de son nouveau rapport de transparence concernant les requêtes gouvernementales, Google met en avant un constat inquiétant : il y a deux fois plus de demandes concernant les internautes qu'il y a 3 ans.

00FA000006838590-photo-google-rapport-transparence.jpg
Google a commencé à publier des informations concernant les requêtes des gouvernements du monde entier sur ses services en 2010. Depuis, 8 rapports de transparence ont été publiés, mettant en avant des demandes de suppression de contenu et de renseignements sur les utilisateurs de plus en plus importante. « Depuis que nous avons commencé à partager nos chiffres avec vous en 2010, les requêtes gouvernementales pour obtenir des informations d'utilisateurs ont augmenté de plus de 100% » explique l'entreprise sur son blog.

Infographie à l'appui, Google met en avant l'évolution des chiffres des requêtes, en soulignant celle des demandes du gouvernement américain : de juillet à décembre 2009, sur 12 539 demandes d'informations sur les utilisateurs, 3 580 étaient d'origine américaine. De janvier à juin 2013, sur 25 879 demandes, 10 918 venaient des Etats-Unis, soit presque le triple d'il y a trois ans.

De façon générale, les Etats-Unis sont les plus grands demandeurs d'informations : ils dominent le « Top 10 », dans lequel la France est quatrième dernière l'Allemagne, l'Inde et donc les USA. 83% des demandes d'informations déposées par le gouvernement américain ont été acceptées par Google, qui a fourni tout ou une partie des données demandées, entre janvier et juin 2013. Ce pourcentage s'élève à 49% pour la France.

Google n'impute cependant pas cette augmentation aux seuls Etats-Unis, et explique qu'elle est également liée à « d'autres gouvernements qui ont fait des demandes comme jamais auparavant ». La firme souligne par ailleurs que le rapport n'est pas complet car il ne compte que les demandes qu'elle est « autorisée à publier » : une déclaration qui fait allusion à un jugement rendu dans le cadre de la Foreign Intelligence Surveillance Act en septembre dernier, qui empêche l'entreprise de divulguer certaines informations liées à des requêtes gouvernementales.

Face à cette situation, Google ne compte pas se laisser faire. « Le gouvernement américain affirme que nous ne pouvons pas partager des informations sur les demandes que nous recevons (le cas échéant) en vertu de la Foreign Intelligence Surveillance Act. Mais vous méritez de savoir » écrit l'entreprise, qui s'est lancée dans des démarches pour avoir le droit d'étoffer son rapport, pour « faire pression pour une plus grande transparence à travers le monde. »
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top