Google doit encore s'expliquer sur Street View en Espagne

17 août 2010 à 18h20
0
Après s'être expliqué auprès des autorités allemandes, françaises, irlandaises et même américaines, c'est au tour de l'Espagne de demander des comptes à Google. Le sujet est plutôt chaud puisqu'il s'agit de la collecte d'informations de réseaux WiFi sans autorisation.
00A0000002008672-photo-google-car.jpg

Une juge espagnole a convoqué le représentant de Google en Espagne au motif que les Google cars auraient capturé des données d'utilisateurs connectés à des réseaux Internet sans fil non protégés. La juge Raquel Fernandino se base sur une plainte de l'Association pour la prévention et l'étude de délits, d'abus et de négligences dans l'informatique et les communications avancées (Apedanica), sorte de Cnil locale.

Toujours est-il que cette magistrate s'est déclarée compétente pour traiter de ce cas et tenter de comprendre si cette collecte était intentionnelle ou non de la part de Google (ce qu'affirme la firme invoquant un accident). De son côté, l'Apedanica se base sur les informations de l'ONG Privacy international.

Reste également à connaître quelle attitude va adopter Google. Il paraît difficile de penser que la solution traditionnelle de Google, à savoir de faire effacer par une société tierce les disques durs visés, soit acceptée par la justice espagnole...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
scroll top