Google Me, futur concurrent de Facebook ?

28 juin 2010 à 14h53
0
00FA000003332044-photo-tweet-kevin-rose.jpg
Il suffit qu'un célèbre utilisateur de Twitter - en l'occurrence Kevin Rose, le fondateur de Digg - poste un tweet culotté pour que le buzz enfle. Kevin Rose a en effet annoncé une « rumeur de taille » sur son compte samedi dernier : selon une « source très crédible », Google serait en train de préparer un concurrent à Facebook.

Ce dernier serait baptisé Google Me, et serait, selon SFWeekly, une évolution du profil Google, un service de partage de ressources entre amis : SFWeekly s'appuie sur une théorie du co-fondateur de Synaptic Web, Chris Saad, et rappelle que Rick Klau, le développeur de Google Buzz, a récemment été appelé à la rescousse pour remettre les profils au goût du jour.

A l'heure actuelle, Google n'a donné aucune information concernant cette rumeur de 140 caractères. Si elle s'avérait exacte, cela signifierait le retour de la firme de Moutain View dans le monde des réseaux sociaux, qui a déjà tenté l'expérience avec Orkut, lancé en janvier 2004. Le service est aujourd'hui très populaire dans certains pays, comme le Brésil et l'Inde, mais n'a jamais pu rattraper Facebook en termes de nombre d'utilisateurs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top