Quand Facebook "manipule" les émotions à des fins de recherche

le 30 juin 2014 à 09:40
 0
Émois sur la Toile : une étude révèle que Facebook aurait intentionnellement modifié le flux d'actualité de certains utilisateurs de son réseau pour mesurer leur réponse à des messages connotés sur le plan émotionnel. Le réseau social se défend de tout volonté de manipulation.

00B4000005483715-photo-facebook-logo.jpg
L'omniprésent Facebook aurait-il le pouvoir d'influencer nos émotions ? La question fait débat depuis la découverte d'une étude scientifique mettant en lumière certaines expériences menées par les spécialistes de la donnée employés par le réseau social. Parue le 17 juin dernier dans le journal de l'Académie des Sciences américaine, cette étude commente les résultats d'une expérience menée par les ingénieurs de Facebook sur le flux d'actualité d'une fraction des adeptes du service.

Baptisée Experimental evidence of massive-scale emotional contagion through social networks, cette étude s'intéresse au principe de contagion émotionnelle : serai-je plus enclin à publier des messages gais si je suis exposé à des publications positives sur Facebook ? À l'inverse, un flux de publications tristes me conduira-t-il à moi aussi exprimer des sentiments négatifs ?

La réponse serait oui selon les auteurs. « Quand le nombre de messages positifs est réduit, les gens produisent moins de publications positives et plus de messages négatifs ; quand le volume de messages négatifs est réduit, le schéma inverse se produit. Ces résultats indiquent que les émotions exprimées par les autres sur Facebook influencent nos propres émotions, ce qui constitue une preuve expérimentale de la contagion à grande échelle par les réseaux sociaux », affirme ainsi le résumé de ces travaux de recherche.

Pour mener leurs recherches à bien, les ingénieurs expliquent avoir « manipulé » l'algorithme qui gère le news feed de Facebook de façon à ce qu'un échantillon des utilisateurs du service soient soumis à des messages plus ou moins chargés sur le plan émotionnel. Environ 690 000 internautes utilisant Facebook en anglais auraient servi de cobayes dans le cadre de cette expérience, à leur insu.

« Le résultat ? Oui, en vérité, les réseaux sociaux peuvent propager des sentiments positifs et négatifs. L'autre résultat : Facebook a intentionnellement rendu tristes des milliers de personnes », s'exclame Katy Waldman de Slate.com dans l'un des premiers articles à avoir mis en lumière cette étude.

Dans ses conditions d'utilisation, Facebook indique que les informations reçues par ses soins sont notamment susceptibles d'être utilisées à des fins de test ou de recherche. Bien que les modalités de ces recherches puissent sans doute être interrogées, la démarche serait donc légale, mais cela ne la rend pas forcément éthique pour autant.

Face à la controverse naissante, l'un des auteurs de l'étude a réagi dimanche soir par l'intermédiaire de Facebook. « Le but de nos recherches à Facebook est d'apprendre comment fournir un meilleur service. Pour avoir écrit et monté moi-même cette étude, je peux vous dire que notre but n'a jamais été de contrarier qui que ce soit. Je peux comprendre qu'elle ait inquiété certains, mes coauteurs et moi-même sommes navrés de la façon dont l'article a décri nos recherches et de l'anxiété qu'il a pu causer. Avec le recul, les bénéfices de cette recherche ne justifiaient peut-être pas toute cette anxiété ».

Le flux d'actualité de Facebook est pour mémoire régi par un algorithme qui choisit de faire remonter tout ou partie des contenus publiés par les contacts de l'utilisateur. Ici, le parti pris était de sélectionner les messages en fonction de leur charge émotive, déterminée par l'analyse des mots employés, dans le cadre d'une étude ponctuelle, mais cet algorithme sert de façon permanente d'autres fins, qu'il s'agisse de la recommandation, de l'optimisation de l'engagement des utilisateurs ou du ciblage publicitaire.

Pour aller plus loin

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Il a étonné autant qu’effrayé les badauds qui s’y sont confrontés : l’énorme Energizer Power Max P18K Pop se cherche un financement pour exister au-delà de sa preuve de concept.
16:14 | Smartphone
Windows Defender ATP devient Microsoft Defender ATP, et se paie en conséquence une sortie sur macOS pour aider les entreprises à renforcer leur sécurité informatique.
15:13 | Mac OS
Annoncée en janvier dernier, la refonte visuelle de Steam est en bonne voie, comme en témoignent les premiers visuels publiés par Valve à l’occasion de la GDC.
14:12 | Steam
Le fabricant chinois Niu lance en France le U-Pro, son scooter électrique connecté et poids plume taillé pour les citadins.
Le 25 mars prochain, la marque à la pomme dévoilera au monde entier son service de presse intitulé Apple News. Il permettra aux abonnés d'accéder instantanément et en illimité à un large catalogue de magazines et autres journaux des quatre coins du globe. Si l'initiative semble prometteuse, elle fait déjà grincer des dents les patrons de plusieurs grands groupes.
12:10 | Apple
Annoncée par Corsair en janvier à l’occasion du CES 2019 avec deux autres souris, les Harpoon et Ironclaw RGB, la M65 RGB Elite n’est ni plus ni moins qu’une Vengeance M60 revisitée au goût du jour profitant d’un capteur optique de nouvelle génération, d’une petite cure d’amaigrissement ainsi que d’un très léger relooking (mais surtout du RGB).
11:09 | Souris
Le navigateur Chrome va permettre dans les prochaines semaines d’accéder à des documents présents sur son espace de stockage personnel directement depuis le champ de recherche.
10:08 | Google drive
27 entreprises devraient être redevables de la taxe française des géants du numérique chère à Bruno Le Maire.
09:07 | GAFAM
Imaginé par l'autorité sanitaire américaine, le jeu vidéo One Leaves vise à exposer les dangers du tabac aux (jeunes) joueurs, et à les faire arrêter de fumer.
23/03 | Jeux vidéo
Avec bientôt cinq saisons au compteur, la série Peaky Blinders est devenu un véritable phénomène, et c'est donc sans surprise qu'on apprend qu'elle aura droit à son adaptation en jeu vidéo prochainement. S'il va falloir attendre encore un peu avant d'en apprendre plus sur le contenu du titre, nous savons déjà quels studios auront la lourde tâche de porter la licence sur consoles et PC.
La multiplication des plates-formes de téléchargement de jeux sur PC pose un certain nombre de problèmes. Parmi les plus épineux, la nécessité d’installer le lanceur spécifique à chaque plate-forme récolte la majorité des suffrages.
23/03 | Steam
Pour les amateurs de RPG occidentaux, BioWare est synonyme de souvenirs impérissables. Baldur’s Gate, Planescape Torment, Star Wars KOTOR, Mass Effect et tant d’autres sont parmi les figures tutélaires de ce genre. Ce qui n’a pourtant pas empêché le studio de connaître quelques revers ces dernières années. Entre la polémique entourant la fin de Mass Effect 3 et le semi-échec de Masse Effect Andromeda, le studio avait grand besoin de redorer son blason.
C'est lundi prochain que la marque à la pomme organisera sa keynote en direct du Steve Jobs Theater de Cupertino. Elle sera bien évidemment diffusée dans le monde entier, et les fans français de la firme dirigée par Tim Cook pourront se réunir dans la boutique des Champs-Elysées pour la suivre.
23/03 | Apple
Le groupe Volkswagen et Northvolt créent le consortium European Battery Union >> (EBU), pour participer au financement de la recherche, du développement et de la mise en œuvre industrielle des technologies de batteries.
scroll top