Facebook Credits : des avocats appellent aux poursuites pour antitrust

28 février 2012 à 08h45
0
Et si Facebook violait les lois américaines sur la concurrence en imposant aux développeurs l'utilisation de sa monnaie virtuelle, le Facebook Credit ? Telle est l'hypothèse soutenue par deux cabinets d'avocats, qui appellent à la mise en place de poursuites judiciaires.

« La décision de forcer les développeurs de jeux à utiliser les Facebook Credits et seulement les Facebook Credits comme monnaie virtuelle à l'intérieur de leurs jeux place probablement Facebook du mauvais côté des lois antitrust fédérales », estiment les cabinets d'avocats Newman Du Wors et Strange & Carpenter. Pour défendre cette idée (et incidemment inciter les éventuels mécontents à faire appel à leurs services...), ils ont inauguré cette semaine un site de campagne, stopfacebookcredits.com, visant à dénoncer l'hégémonie de Facebook sur le terrain des monnaies virtuelles.

04990228-photo-stop-facebook-credits.jpg

Depuis l'été 2011, Facebook impose en effet aux développeurs d'applications (jeux sociaux par exemple) qui souhaitent vendre certains biens ou services virtuels d'utiliser sa propre monnaie, le Facebook Credit. Cette décision a, pour les avocats, deux conséquences immédiates. La première est qu'elle prive les développeurs de la possibilité de faire appel à un autre prestataire, dont les conditions tarifaires pourraient se révéler plus intéressantes que celles pratiquées par Facebook. La seconde, qui découle de la précédente, est qu'elle permet au réseau social de s'arroger 30% de toutes les transactions réalisées à l'aide de ses Credits.

Selon eux, la démarche viserait clairement à évincer la concurrence, et tomberait surtout sous le coup de la loi américaine contre les abus de position dominante, en relevant de la vente liée. Sur leur site, ils arguent ainsi des efforts de Facebook qui profiterait « de sa position de plateforme dominante en matière de jeu social pour devenir le fournisseur dominant de monnaie virtuelle sur le marché ».



Facebook n'a pour l'instant pas réagi à ces accusations. En juillet dernier, il justifiait toutefois de la sorte le fait d'imposer ses Credits comme la monnaie virtuelle unique en vigueur sur son réseau : « les Facebook Credits sont une monnaie virtuelle qui constitue une part intégrante de la plateforme Facebook. Ils offrent une expérience cohérente à quiconque veut acheter, gagner ou dépenser une monnaie virtuelle au travers des jeux sur Facebook. Nous voulons également aider les développeurs à dégager des revenus et se concentrer sur la création de jeux. Cela ne fonctionne que si tout le monde prend en charge la même devise virtuelle ».

Alexandre Laurent

Alex, responsable des rédactions. Venu au hardware par goût pour les composants qui fument quand on les maltraite, passé depuis par tout ce qu'on peut de près ou de loin ranger dans la case high-tech,...

Lire d'autres articles

Alex, responsable des rédactions. Venu au hardware par goût pour les composants qui fument quand on les maltraite, passé depuis par tout ce qu'on peut de près ou de loin ranger dans la case high-tech, que ça concerne le grand public, l'entreprise, l'informatique ou Internet. Milite pour la réhabilitation de Après que + indicatif à l'écrit comme à l'oral, grand amateur de loutres devant l'éternel, littéraire pour cause de vocation scientifique contrariée, fan de RTS qui le lui rendent bien mal.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page