YouTube : 1 milliard versé aux musiciens et des critiques

Par
Le 08 décembre 2016
 0
La première plateforme de visionnage de vidéos en ligne, le géant YouTube propriété de Google, est régulièrement sous le coup de critiques de la part des artistes, notamment des artistes musicaux, pour les royalties que la plateforme leur reverse et qui sont considérées trop basses.

Le dossier, toujours très chaud, n'a pas manqué d'être remis sur le devant de la scène par l'IFPI, la Fédération Internationale de l'Industrie Phonographique, le 6 décembre 2016, lorsque YouTube a annoncé le montant versé aux artistes pour 2016.

YouTube a versé 1 milliard de dollars aux chanteurs et musiciens


Dans un post sur son blog officiel, le géant de la vidéo en ligne s'est félicité des résultats de sa plateforme dans l'écoute musicale. Le site estime qu'il faut se féliciter d'une nouvelle augmentation des revenus en ligne de l'industrie musicale et avoir été l'un des acteurs majeurs de ce renouveau.

YouTube annonce qu'en publicité uniquement, sur l'ensemble de l'année et à l'ensemble des musiciens et chanteurs dont les productions sont présentes sur le site, le site a reversé 1 milliard de dollars aux ayants-droit. Une bonne nouvelle selon le site... Mais l'IFPI ne voit pas les choses de la même manière.

08481086-photo-youtube.jpg

Pas d'explication et des revenus inférieurs aux concurrents


Dans un communiqué de presse en réponse à l'annonce de YouTube, publié par l'IFPI le 7 décembre 2016, la Fédération juge que le montant payé par YouTube est très bas. L'IFPI considère que quelque 800 millions d'internautes utilisent YouTube dans le monde et que tous peuvent potentiellement écouter de la musique sur le site.

1 milliard de dollars en un an, ça ne représente qu'environ 1 dollar par utilisateur par an. L'IFPI prend Spotify, dont le business model est complètement différent de celui de YouTube, en exemple : le service a reversé 18 dollars par utilisateur en 2015, soit 2 milliards à lui tout seul.

Selon l'IFPI, YouTube ne protège pas assez les créateurs permettant aux utilisateurs de mettre en ligne toutes les musiques qu'ils veulent, ce à quoi YouTube répond qu'en cas de demande de suppression pour violation de droit d'auteur (DMCA), la plateforme agit rapidement. Les rapports entre l'industrie musicale et le géant de Google ne sont clairement pas près d'être plus cordiaux...



Télécharger :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Internet

scroll top