Yahoo! rachète et ferme Sparq, spécialiste du marketing mobile

22 janvier 2014 à 10h52
0
Yahoo! renforce ses équipes de marketing dédiées au secteur du mobile et vient de finaliser le rachat de la jeune pousse Sparq.

Après l'acquisition d'Aviate, proposant un écran d'accueil personnalisé pour Android, Yahoo! s'empare de la startup Sparq, une plateforme marketing tentant d'inviter les mobinautes à consommer du contenu depuis leurs smartphones.

012C000006807233-photo-le-logo-de-yahoo.jpg


Fondée à Seattle en 2010, Sparq propose une solution visant à transformer l'utilisateur en véritable consommateur en facilitant l'achat et le partage des produits et services de sociétés tierces. En théorie, l'outil permet ainsi de fidéliser l'utilisateur à une marque particulière en passant d'une application mobile à une autre.

Pour Yahoo!, dont la stratégie et le vecteur de croissance sont axés sur le mobile, il s'agit alors de monétiser sa base d'utilisateurs. La firme de Sunnyvale pourrait ainsi faire usage de cette technologie au sein de son propre réseau. En couplant Sparq à Aviate, la société dispose des outils nécessaires pour faire remonter ses services en permanence auprès des mobinautes sur Android. Le montant de cette acquisition n'a pas été communiqué.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

SSD : comment Toshiba va-t-il utiliser OCZ ?
Satisfaction de la clientèle : Apple se fait doubler par Samsung, Sony et Microsoft
Patrick Pailloux, le patron de l'ANSSI prend la direction technique de la DGSE
Facebook modifie son algorithme d'affichage : ce qui va changer pour les utilisateurs
Chrome : un ensemble de bugs permet d'exploiter le microphone à l'insu de l'internaute
Texas Instruments ne rassure pas et supprime 1100 postes
L'éditeur de Candy Crush Saga revendique les droits des termes
BlackBerry : une touche d'orgueil un peu risquée ?
Deux casinos de Las Vegas mais aussi eBay se mettent au Bitcoin
Bruxelles : l'amende de Google à 150 000€ n'était qu'une broutille
Haut de page