Instagram fait machine arrière : "Ce n'est pas dans nos intentions de vendre vos photos"

le 19 décembre 2012 à 08h01
0
Face à la vive polémique entourant le changement des conditions d'utilisation d'Instagram, et précisément la question de la revente potentielle des photos publiées, la plateforme a réagi. Kevin Systrom, son co-fondateur, a déclaré que les textes allaient être revus pour clarifier le fait qu'Instagram n'a pas l'intention de vendre les photos de ses utilisateurs.

00FA000005273794-photo-logo-instagram.jpg
« Ce n'est pas dans nos intentions de vendre vos photos. Nous allons travailler sur une mise à jour des termes pour nous assurer plus de clarté sur ce point » a expliqué Kevin Systrom, peu de temps après qu'une vive polémique n'éclate sur Internet. En effet, dans ses nouvelles conditions d'utilisation qui seront actives le 16 janvier prochain, Instagram explique que les utilisateurs du service doivent accepter « qu'une entreprise ou une autre entité nous paient pour afficher votre nom d'utilisateur, votre profil, vos photos (et leurs métadonnées associées) et/ou les actions que vous effectuez, dans le cadre de contenus payants ou sponsorisés, sans compensation pour vous. »

Selon Kevin Systrom, les termes utilisés dans ce texte ne sont pas appropriés, ou manquent de contexte. « Nous envisageons un avenir où les utilisateurs et les marques pourront promouvoir leurs photos et leurs comptes pour gagner plus d'adeptes et construire une démarche plus significative. Disons qu'une entreprise voudrait promouvoir son compte pour gagner plus d'adeptes : Instagram peut l'aider d'une certaine façon. Afin de l'aider à faire une promotion pertinente, il serait utile de voir quels sont les gens susceptibles de suivre ce compte également. En ce sens, une partie des données que vous produisez - comme les actions que vous réalisez (par exemple, les comptes que vous suivez) ou votre photo de profil - pourraient apparaître si vous suivez cette entreprise. »

Instagram a donc clairement des projets publicitaires pour rendre sa plateforme rentable, et si cette démarche englobe l'utilisation d'une partie des données des utilisateurs, il ne s'agit pas de vendre directement les photos de ses inscrits. « Nous allons supprimer les termes qui ont soulevé cette question » ajoute Systrom dans ses explications. « Notre objectif principal est d'éviter des choses comme les bannières publicitaires que vous voyez dans d'autres applications, et qui nuiraient à l'expérience utilisateur d'Instagram. »

En somme, la vive polémique n'aura pas duré longtemps et aura vite poussé le service à réagir. Pour autant, mieux vaut rester à l'affût concernant les changements qu'Instagram va opérer dans son nouveau règlement.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Internet
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Withings annonce Move Timeless Chic, une montre qui allie élégance, technologie et endurance
L'UE accuse la Russie de désinformation lors des élections
Incredibox : le jeu de beatbox musical français qui cartonne
Google Assistant : la mémorisation automatique du stationnement réactivée
Iliad, maison mère de Free, partenaire du projet de cryptomonnaire de Facebook
Salon du Bourget - L’avion électrique d’easyJet et de Wright Electric dans les airs dans 10 ans
L'application de bureau Twitter de nouveau disponible pour les utilisateurs de macOS
Une base de données laisse filer les informations professionnelles d'1,6 million de personnes
L'application Google teste l'affichage des signets pour ses résultats vidéo
Huawei s'attend à une
scroll top