Les Pays-Bas apportent leur soutien financier aux cyber-opposants

Le pays vient de provisionner la somme d'1 million d'euros afin de venir en aide aux blogueurs opérant sous des régimes d'oppression. La mesure a été soutenue par l'Union européenne.

00FA000004148692-photo-logo-reseau-rj45-logo.jpg
Le gouvernement des Pays-Bas précise qu'il va débloquer 1 million d'euros afin d'aider au développement d'outils permettant à certains cyber-opposants de pouvoir mieux se dissimuler aux yeux des autorités. Pour le ministre des Affaires étrangères du pays, Uri Rosenthal, la Syrie, l'Iran et le Zimbabwe sont clairement ciblés par la mesure.

Le gouvernement des Pays-Bas précise à l'agence AP qu'il prendra des mesures nécessaires afin de développer les réseaux en « maille » ou en « filet » (mesh). Cette topologie de réseaux signifie que l'ensemble des hôtes sont connectés entre eux sans véritable hiérarchie centrale. Cette méthode permet effectivement d'avancer plus facilement de manière masquée aux yeux des autorités qui filtrent les réseaux dans certains Etats non-démocratiques.

L'Union européenne a salué l'initiative. Neelie Kroes, la commissaire européenne chargée du numérique a expliqué qu'elle souhaitait que les institutions communautaires « aident au développement et à la distribution de ce type d'outils ». Un point sur lequel l'a rejointe Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine aux Affaires étrangères.

Récemment, les Etats-Unis ont même mis à exécution leur politique en annonçant le lancement d'une ambassade virtuelle en ligne destinée à être visitée par les internautes iraniens. Même si le site a été bloqué peu de temps après sa mise en ligne, cette initiative est le signe d'une prise en considération de l'importance des cyber-dissidents.

Pour rappel, la secrétaire d'Etat américaine avait expliqué en mai dernier que les Etats-Unis étaient prêts à aider les personnes qui souhaitent disposer d'une plus grande liberté dans l'utilisation du Web. A l'époque, la Maison-Blanche précisait que : « si vous voulez voir un monde où plus de pays ont accès à ces technologies, où les personnes peuvent les utiliser sans pour autant que cela nuise à leur vie privée, à leur sécurité ou à leur liberté d'expression, vous avez un partenaire aux Etats-Unis ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

AOL : retour sur les enjeux du portail historique
Ainovo Novo7 sous Android 4.0 : 100 dollars et certifiée Google
Hack PlayBook : un développeur installe l'Android Market sur la tablette
Antitrust : les Etats-Unis annoncent aussi une enquête sur le livre numérique
Radeon HD 7000M : AMD aussi fait du neuf avec du vieux
Insolite : il se fait tatouer 100.000 URL sur le corps, moyennant finance
Réduction du personnel en vue chez TomTom
La reconnaissance faciale fait son entrée sur Google+, mais demande la permission
uTorrent Plus : télécharger du contenu gratuit avec un client payant ? (màj)
Le Patch Tuesday de décembre comble la faille Duqu
Haut de page