Une filiale de Bull aurait surveillé le trafic Internet en Libye (màj)

01 septembre 2011 à 10h46
0
Selon la presse américaine, plusieurs sociétés privées, notamment françaises, auraient passé contrat avec les autorités libyennes. Ce serait notamment le cas d'Amesys, une filiale de Bull qui aurait équipé un centre de surveillance informatique du régime de Mouammar Kadhafi.

00FA000004485004-photo-logo-bull.jpg
A en croire un article du Wall Street Journal, la société française Amesys équipait depuis 2009 un centre de surveillance informatique du régime de Kadhafi. Cette filiale de Bull aurait donc mis à la disposition du régime ses services basés sur la technologie « Eagle Core », un système qui permet de traquer des conversations sur messagerie instantanée mais également de détecter certains e-mails privés.

Sur sa fiche descriptive repérée par reflets.info, cette technologie se présente comme un « système stratégique qui répond au besoin d'interception et de surveillance à l'échelle d'un pays. La base de données centrale est capable d'agréger des informations provenant de différents types de capteurs et peut aussi être connectée à des bases de données extérieures afin de pouvoir recouper les informations ». Concrètement, le système promet donc de pouvoir surveiller non seulement les adresses IP mais également les connexions satellites, GSM et même certaines micro-ondes (entre 0,5 et 40 GHz).

De leur côté, la société Bull ni Amesys n'ont commenté cette information. Elles ne confirment donc pas avoir passé contrat avec le régime libyen. Pour rappel, l'Etat détient 5 % de participation au sein du capital du groupe informatique Bull par l'intermédiaire du Fonds stratégique d'investissement, une filiale de la Caisse des dépôts. Il est ainsi le troisième actionnaire de la société derrière la holding Crescendo et France Télécom.

Mise à jour : Après les révélations du Wall Street Journal, c'est au tour du Figaro.fr de dévoiler une des facettes de la coopération entre la filiale de Bull et le régime libyen. Le quotidien cite (sous couvert d'anonymat) un militaire français chargé de la formation des services de renseignement de Kadhafi. Il précise avoir « mis en route le système d'écoute libyen fin juillet 2008. Les cadres de Bull étaient très attachés à cette mission qui avait été facturée environs 10 millions d'euros ».

Il ajoute également : « Nous avons mis tout le pays sur écoute. On faisait du massif : on interceptait toutes les données passant sur Internet : mails, chats, navigations Internet et conversation sur IP [..] Nous leur avons appris comment trouver des cibles dans le flow massif du pays et nous avons travaillé sur des cas d'école : par exemple, comment placer une université sous interception et trouver des individus suspects en fonction de mots clefs ».

Suite à diverses surcharges, le système n'aurait ensuite été pleinement opérationnel que début 2010.

Version initiale publiée le 30/08/2011 à 16h06
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Un démantèlement des GAFA ?
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top