7000 paroles de chansons accessibles en ligne via Voila.fr

13 juillet 2010 à 12h18
0
Orange a mis en ligne mardi les paroles de plus de 7.000 chansons francophones suite à la signature d'un accord avec la Chambre Syndicale de l'Edition Musicale (CSDEM). L'opérateur se félicite de cette opération, grâce à laquelle il dispose, selon ses propres termes, du « premier service légal de consultation de paroles de chansons en France ». Pour l'instant proposé par l'intermédiaire du site Voila.fr, il intègrera à la rentrée les pages musique du portail de l'opérateur.

Si de nombreux sites référencent aujourd'hui des paroles de chansons, les fameux lyrics, la pratique n'est pas forcément légale puisque les paroles de chanson sont soumises au droit d'auteur au même titre que les morceaux dont elles sont extraites. En 2005, la CSDEM s'était d'ailleurs lancée dans une vaste campagne de lutte contre les sites exploitant de façon indue les paroles de chansons et avait réussi à obtenir la fermeture de plusieurs d'entre eux.

« Cet accord historique est une merveilleuse occasion pour les éditeurs de musique de faire la preuve de leur profond engagement au service des œuvres qu'ils éditent et de se féliciter de la mise en place par les ayants droit eux-mêmes et pour la première fois dans le monde d'une offre légale de paroles de chansons », se réjouit Nelly Quérol, présidente de la CSDEM, dans un communiqué.

0190000003371672-photo-site-paroles-de-chanson-orange-voila.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le site France.fr va s'ouvrir
Mars en 3D : des images de Microsoft et de la NASA
VMware emprunte aux modèles cloud pour réduire ses prix
Vidéo : un avant-goût du BlackBerry OS 6.0
Q330, Q530 : ordinateurs portables de l'été chez Samsung
Besson avance sur son projet de film 2.0
Trois mois plus tard, Nokia revend MetaCarta
Antenne iPhone 4 : la controverse prend de l'ampleur
Un New Yorkais revendique 84% de Facebook
Les négociations de l'ACTA resteront secrètes
Haut de page