Justice : un internaute relaxé après avoir piraté la Banque de France par accident (màj)

21 septembre 2012 à 15h46
0
Mise à jour : dans un communiqué publié vendredi matin, la Banque de France a démenti le piratage de l'un de ses serveurs : « Il n'y a jamais eu d'intrusion dans le système informatique de la Banque de France, mais dans celui du centre d'appel hébergé chez un prestataire qui réceptionne les appels du public et les transmets vers les agents de la banque pour traitement » a expliqué un porte-parole à l'AFP. « Ce centre d'appels ne donne aucun accès aux données relatives au surendettement » et permet seulement « aux particuliers d'obtenir des réponses sur toutes les questions qui peuvent se poser sur le droit au compte et le surendettement ». C'est donc la plateforme d'appels Satelis, et non la Banque de France, qui avait détecté l'intrusion et fermé le service durant 48 heures.

Publication initiale : le 20 septembre 2012 à 18h21.

Un internaute résidant à Fougère (Ille-et-Vilaine) s'est vu relaxé mercredi par le tribunal correctionnel de Rennes, où il était jugé pour avoir piraté un serveur de la Banque de France. Une manœuvre réalisée de manière totalement fortuite, en entrant par hasard un mot de passe très simple : 123456.

00FA000001952836-photo-piratage.jpg
Les faits remontent à 2008 : cet internaute breton, titulaire du RSA et vivant « replié sur lui-même », avait alors trouvé une combine pour téléphoner gratuitement par l'intermédiaire du logiciel Skype. En passant le temps à appeler des numéros au hasard, il finit par tomber sur une ligne de la Banque de France. « Quand on lui a demandé le code d'accès, il a rentré 1 2 3 4 5 6 et c'était le bon » a expliqué à l'AFP l'avocate de l'internaute, Maître Hélène Laudic-Baron.

Même s'il a raccroché sans savoir qu'il venait d'accéder à un serveur sensible de la Banque de France, l'internaute a entraîné le blocage du service de surendettement de cette dernière pendant 48 heures, en raison de la détection d'une intrusion. Une enquête de deux ans aux proportions que l'avocate juge « hallucinantes » a ensuite eu lieu, notamment pour récupérer les coordonnées du pirate malgré lui auprès de Skype. « Le problème est que cette société a son siège au Luxembourg et il a fallu la délivrance de commissions rogatoires internationales pour retrouver sa trace » explique Me Laudic-Baron.

La police a fini par remonter jusqu'à l'homme de 37 ans en 2010, et a finalement découvert le fin mot de l'histoire. A noter que le code 6 5 4 3 2 1 fonctionnait également pour accéder au serveur du service de la BDF.

Poursuivi pour introduction frauduleuse et entrave au fonctionnement du service, l'internaute a finalement été relaxé alors que le ministère public avait requis des travaux d'intérêt général. De son côté, la Banque de France a annoncé avoir renforcé sa sécurité, ce qui, a première vue, n'était pas très difficile.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top