Le premier "camcorder" filmait illégalement en... 1922

22 août 2011 à 16h02
0
Le fait d'enregistrer illégalement une copie d'un film ou d'un événement en le filmant avec une caméra n'est pas nouveau. Dès 1922, un certain John William Cotter s'est fait connaître pour avoir filmé un match de football anglais en dépit des mesures « anti-piratage » de l'époque.

00FA000004520022-photo-cotter-piracy-hammer.jpg
Le « camcording » est le fait de filmer illégalement un film ou un événement dont les droits de diffusion ont été limités. Cette copie (à la qualité relative et souvent inégale) est donc, en principe, interdite lorsqu'elle est réalisée dans un endroit ouvert au public. Si cette pratique est plutôt connue, on découvre néanmoins qu'elle date depuis les débuts des caméras « portatives ».

Le site torrentfreak relate l'histoire de ce premier camcorder. En 1922, la société Topical Budget avait acquis les droits afin de filmer la finale de la F.A Cup, un match de football anglais opposant Bolton à West Ham. A l'époque, le concurrent Pathé souhaitait également filmer la rencontre mais n'avait signé aucun accord avec les responsables sportifs britanniques. Les équipes de Pathé ont donc fait le choix de « feinter » leurs opposants avec quelques procédés ingénieux.

John William Cotter avait eu l'idée de cacher sa caméra en fabriquant un marteau sur mesure (le marteau étant l'emblème de l'équipe de West Ham). Profitant du fait que l'ensemble des regards étaient tournés vers le terrain, il a ainsi été capable de filmer l'ensemble du match à l'insu de l'équipe de tournage concurrente.

Autre technique pour filmer sans autorisation, Pathé avait également prévu de louer un avion afin de prendre des photos du match. Malheureusement, Topical Budget avait prévu cette éventualité et avait inscrit son logo sur une partie de la pelouse. Par cette technique, la société mettait alors en place l'une des premières empreintes destinées à protéger un contenu.

Bien que ce procédé pour filmer sans autorisation soit actuellement illégal et largement combattu par les professionnels du secteur cinématographique, cette histoire montre que les idées originales visant à contourner la légalité ont toujours existé. Enfin, la morale retiendra que près d'un siècle après ce tournage sauvage, l'enregistrement officiel aurait semble-t-il été perdu. Seule la copie pirate aurait donc survécu aux affres du temps...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top