Live Japon: les faussaires n'ont qu'à bien se tenir

le 29 novembre 2014 à 19:30
 0
0226000007786743-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


La contrefaçon est une calamité mondiale que les nouvelles technologies doivent aider à combattre : tel est le point de vue des autorités nippones. Reste qu'on est encore loin d'avoir mis au point des outils imparables et abordables pour y parvenir. Pourtant, cela vaut le coup d'y mettre les moyens quand on sait que le préjudice mondial causé par les copies frauduleuses de produits commerciaux s'élève à quelque 80 000 milliards de yens par an (550 milliards d'euros) .
La firme nippone NEC s'est lancée dans cette bataille avec des moyens techniques nouveaux qui ont en sus le mérite d'offrir des solutions de traçabilité, de suivi de production, de gestion de stock, de contrôle de qualité ou encore de statistiques.

01F4000007783983-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


Grosso modo, une simple photographie en très gros plan d'une partie d'un objet suffit à l'authentifier, le qualifier, le suivre, le gérer. L'opération se fait avec un smartphone équipé d'une lentille macro. Le secret se trouve dans un algorithme et une base de données qui, selon NEC, “ouvrent la porte à des utilisations professionnelles multiples, pas seulement pour démêler le vrai du faux”.
"Un smartphone doté d'une lentille macro suffit pour voir ce que l'œil humain ne saurait différencier", a souligné un des chercheurs impliqués, Rui Ishiyama.

01F4000007783985-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


Le groupe, qui revendique une expérience d'un demi-siècle de recherche dans le domaine de la reconnaissance de caractères, puis des empreintes digitales et de la différenciation des visages, a non seulement cherché à répondre aux galères des entreprises victimes de contrefaçons, mais aussi à celles qui doivent gérer de très grandes quantités de produits identiques fabriqués en série.

01F4000007783987-photo-live-japon-29-11-2014.jpg

La nouvelle technologie présentée il y a quelques semaines permet d'identifier et authentifier un objet dont l'empreinte matérielle a été préalablement enregistrée dans une base de données. Cette empreinte est unique car la technologie de NEC va regarder très précisément les irrégularités du relief, fussent-elles minimes, à la surface d'une partie déterminée dudit échantillon. C'est valable pour de gros objets, comme pour des très petits tels des boulons.

01F4000007783997-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


“Même des produits façonnés sur les mêmes chaînes ou dans les mêmes moules présentent des différences, comme c'est le cas pour des enfants issus de mêmes parents”, assurent les ingénieurs de NEC.


01F4000007783989-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


"Dans le contexte actuel de fabrication en masse de pièces et d'utilisations multiples dans d'importantes séries de produits (véhicules, appareils divers, machines, etc.), il est important de pouvoir authentifier chacune d'elles et de reconnaître celles qui ont été signalées comme pouvant avoir un défaut", explique un responsable de NEC, Toshihiko Hiroaki.  NEC a pris pour exemple de démonstration in situ des machines à coudre qui sont parfois réparées avec des pièces falsifiées. Or, un mauvais boulon peut causer un accident. La technique de NEC permet de déceler la présence d'un composant qui n'est pas d'origine. Cela est valable aussi par exemple pour des pièces de voitures ou d'avions.


01F4000007783991-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


La technologie peut par exemple permettre à un garagiste qui voit revenir un véhicule de contrôler rapidement que les boulons et autres éléments sont bien ceux d'origine ou qu'il n'y a pas de pièce viciée signalée comme telle par le constructeur.  NEC est persuadé que sa technologie est moins contraignante, moins onéreuse et plus facilement applicable que les codes à barres ou les étiquettes d'identification électronique à radiofréquences (RFID). Le groupe indique avoir développé un dispositif capable de prendre l'empreinte de 1.000 boulons en une seconde (temps de transmission non compris) .

01F4000007783993-photo-live-japon-29-11-2014.jpg

Cela permet aussi, à la manière d'un code à barres de traçabilité, de retrouver tout l'historique et le parcours d'un produit dans un serveur dédié interrogé par le smartphone servant à prendre la photo. La détection d'un faux s'opère en constatant que l'empreinte de l'objet analysé n'est pas enregistrée dans la base de données du fabricant. Les services des douanes pourraient ainsi employer cette technologie, qui ne fonctionne qu'en photographiant une partie de l'objet précisément définie au préalable, pour trouver des contrefaçons, ou la police pour un objet volé.

01F4000007783995-photo-live-japon-29-11-2014.jpg


En gardant secret l'emplacement précis à photographier, les fabricants pourraient déjouer les tentatives de reproduction ou destruction de la partie prouvant que l'objet est une copie ou a été dérobé. Ces fonctions font actuellement l'objet de tests poussés avec divers partenaires et la technologie devrait être commercialement disponible pour les entreprises dans le courant de l'année prochaine.

01F4000007783999-photo-live-japon-29-11-2014.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les pincettes sont de circonstance, toutefois Bugatti pourrait ressusciter sa mythique « Royale » pour en faire la limousine électrique de demain… voire même d’après-demain.
À travers la mission Etalab, le gouvernement souhaite rendre accessible à tous la compréhension des algorithmes dans leur quotidien, leurs usages et leurs enjeux.
26/03 | Loi internet
Apple tenait hier un événement à Cupertino dévolu en grande partie à l’annonce de son service de SVoD. Parallèlement à la présentation de l’Apple TV+, qui devrait commencer à concurrencer Netflix cet automne, Apple a renommé son boîtier Apple TV entrée de gamme, qui profite lui aussi de cette dénomination un brin galvaudée.
26/03 | Boitier TV
Après plusieurs bêtas, Apple livre la version 12.2 de son système d’exploitation mobile. Sans bouleverser les habitudes de ses utilisateurs, cette mise à jour apporte quelques nouveautés d’interface bienvenues.
26/03 | iOS
Dans le cadre de l'événement >, qui aura lieu à Amsterdam le 2 avril prochain, Ford va dévoiler la nouvelle génération de véhicules hybrides, dont les nouvelles Fiesta et Focus EcoBoost Hybrid (mHEV).
Le groupe de médias reproche au site d’avoir partagé des astuces permettant de contourner le blocage des chaines Altice si jamais elles venaient à disparaitre du bouquet TV Free.
26/03 | Free
C’est un véritable manifeste que Larry Sanger s’est attaché à rédiger en début d’année. Publié sur son blog personnel, ce document liste les 17 mesures mise en oeuvre par le cofondateur de Wikipedia pour tenter de reprendre le contrôle de sa vie numérique. Un peu passé sous les radars, ce billet méritait bien que Clubic l’épluche pour en extraire la substantifique moelle. Sans grande surprise, les GAFAM en prennent pour leur grade.
L’Union européenne vient de mettre fin à la menace d’exclusion de l’équipementier chinois des réseaux 5G de la zone, mais prône sa surveillance.
26/03 | Huawei
Les nouveaux fleurons de Huawei sont à la fête aujourd’hui. Après une présentation officielle très alléchante, les plus impatients peuvent précommander dès maintenant les P30 et P30 Pro !
26/03 | Bon plan
Le président de Microsoft souhaite que les différents acteurs de la tech travaillent sur des outils de modération communs afin d’éviter la diffusion en direct de tueries de masse, comme récemment en Nouvelle-Zélande.
26/03 | Internet
Bethesda Softworks vient d'annoncer une nouvelle qui ravira les joueurs PC. En effet, les prochains titres de l'éditeur débarqueront également sur Steam à leur sortie en plus de Bethesda.net. Un des jeux majeurs de la firme, disponible depuis l'année dernière, aura également droit à un traitement similaire.
C’est Porte de Versailles, à Paris, que Huawei a aujourd’hui posé ses valises afin de présenter ses P30 et P30 Pro. Deux smartphones taillés pour la photographie, qui promettent monts et merveilles en matière de zoom... et sans perte de qualité.
Pewdiepie, ex plus gros YouTuber au monde, s’est récemment fait dépasser au jeu des abonnements par le label musical indien T-Series. Pour lui venir en aide, et lui permettre de regagner sa place de numéro un, des fans du vidéaste suédois ont eu recours à des Ransomwares pour le moins… inhabituels.
26/03 | Malware
C'est fait : le Parlement européen vient de statuer en faveur de la réforme sur le droit d’auteur, après deux ans d’âpres discussions et plusieurs révisions du texte.
scroll top