Live Japon: parts de marché, l'honneur est sauf

05 juillet 2014 à 06h25
01F4000007490677-photo-live-japon-05-07-2014.jpg


Comme tous les ans fin juin/début juillet, le groupe d'informations économiques Nikkei vient de publier une vaste étude très intéressante sur les sociétés qui contrôlent le plus de parts de marché mondial sur une sélection d'une cinquantaine de produits, dont beaucoup dans le domaine des technologies de l'information et de la communication ou du divertissement électronique. D'où il ressort que les Japonais dominent encore dans 11 cas sur 50 (et sont donc distancés dans 39 autres), derrière les Américains (18 cas) et l'Europe (8 cas). La Chine n'est pas très loin derrière (6 cas), à égalité avec la Corée du Sud qui perd un peu de terrain.

01F4000007490267-photo-live-japon-05-07-2014.jpg


Le Nikkei effectue plusieurs comparaisons et calculs qui montrent ainsi que par rapport à l'an passé, dans 5 cas sur 50 le numéro un mondial a changé. Il s'agit par exemple du chinois Lenovo qui est passé devant l'américain Hewlett Packard (HP) pour devenir le plus grand fabricant mondial de PC avec une part de marché de 17,1% (en hausse de 2,1 points), tandis que HP a perdu 0,1 point à 16%. HP a en revanche grillé son compatriote IBM sur le marché des serveurs. Il n'a perdu que 0,6 point à 26,6% des ventes mondiales alors que son rival en a cédé 4,7 pour tomber à 25,6%.

01C2000007490269-photo-live-japon-05-07-2014.jpg


Autre changement, Sony a pris la place de Nintendo à la tête du palmarès des plus importants vendeurs de consoles de jeu vidéo. Sony revendique désormais, grâce aux solides achats de la PlayStation 4 (PS4) une part de marché mondiale de 40,1% , contre environ 36% pour Nintendo, le reste allant à Microsoft. La PS4 s'est écoulée à plus de 7 millions d'exemplaires dans le monde en 5 mois, alors que la Wii U de Nintendo n'a trouvé que 5 millions de preneurs en un an. (Les deux autres importants relevés par le Nikkei ne concernent pas les technologies IT mais les éoliennes et le transport de pétrole brut).
Dans les premiers de l'an passé, 24 ont encore augmenté leurs parts de marché, souligne le Nikkei qui précise en outre que dans 28 cas plus de la moitié des parts de marché mondiale sont contrôlées par seulement 3 entreprises. C'est ainsi dans le domaine des consoles vidéo (Sony, Nintendo, Microsoft) mais aussi pour les camescopes

01C2000007490271-photo-live-japon-05-07-2014.jpg


Le Nikkei souligne aussi l'importance des opérations de fusion et acquisition dans l'accroissement des parts de marché. Il cite en exemple IBM qui est devenu un important acteur de la sécurité informatique par le rachat d'une société israëlienne, Trusteer, ou bien encore Micron Technology qui s'est élevé au rang de deuxième fabricant mondial de mémoires DRAM en absorbant le japonais Elpida.
Si les Japonais se font battre sur les PC, sur les appareils électroménagers et sur les smartphones, ils restent très forts concernant les composants. Ainsi Sony est-il toujours numéro un mondial des capteurs d'images CMOS qu'il utilise non seulement pour ses propres produits (appareils photo, camescopes, smartphones) mais vend aussi à nombre d'autres, dont Apple pour les iPhone et iPad. Sony écrase d'ailleurs aussi tout le monde sur le marché des camescopes avec une part de 49,5% des ventes mondiales, devant son compatriote et éternel rival Panasonic (18,5%).

01C2000007490273-photo-live-japon-05-07-2014.jpg

Sur le volet des écrans de petites et moyennes dimensions, c'est Japan Display qui caracole en tête avec 16,2% du marché mondial. Cette société est peu connue du grand public, mais c'est elle aussi qui, au côté de Sharp, fournit les écrans des iPhone et iPad de dernières générations. Sharp est d'ailleurs deuxième mondial avec 15,1% du marché des écrans de smartphones et tablettes. Japan Display résulte de la fusion des activités de petits et moyens écrans de Sony, Toshiba et Hitachi, le tout sous l'égide d'un fonds public qui a voulu sauver cette activité nippone en regroupant les forces de trois gros groupes.

01C2000007490275-photo-live-japon-05-07-2014.jpg

Grâce à Renesas Electronics, les Japonais sont aussi devant tout le monde concernant les micro-contrôleurs, des puces que l'on trouve en grand nombre dans les appareils électroniques et automobiles (un secteur d'ailleurs dominé par Toyota devant l'américain General Motors). Et Nichiya, qui a mis au point les diodes électroluminescentes (LED) blanches, reste numéro un dans ce domaine, de même que Toray dans celui des fibres de carbone. Dans les produits finis où les Japonais mènent le bal, le plus bel exemple est sans doute celui des appareils photo numériques. Les deux nippons Canon et Nikon totalisent à eux seuls 48,3% du marché mondial et carrément près de 78% sur le volet des modèles à visée reflex (avec ou sans miroirs). A noter aussi qu'avec 16,4% de parts de marché, le japonais Fanuc reste le plus important fournisseur mondial de robots industriels devant le suisse ABB (14,5%) et d'autres japonais.

01C2000007490277-photo-live-japon-05-07-2014.jpg

Pour terminer, sachez que le Nikkei n'omet pas de saluer les performances du sud-coréen Samsung qui est quand même numéro un mondial des smartphones, des téléviseurs à écran à cristaux liquides (LCD), des mémoires flash NAND (devant le japonais Toshiba), des mémoires DRAM et des batteries lithium-ion. Quant à LG il domine le marché des dalles LCD de grandes dimensions.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La France va créer son commandement militaire de l'espace
La gamme Intel
Une
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
scroll top