Le système de positionnement par satellite russe Glonass prendra du retard

Le crash ce mardi d'un lanceur transportant 3 satellites destinés au système de positionnement russe Glonass devrait ralentir le programme. La Russie devra également éponger environ 140 millions d'euros de préjudice.

00FA000006098566-photo-proton-glonass.jpg
Afin de passer outre le système américain du GPS (Global Positioning System) , plusieurs Etats ou groupements ont mis en place leur propre architecture de positionnement par satellite. L'Europe a ainsi parié sur Galileo, la Chine sur Beidou et la Russie sur Glonass. Hérité de la période soviétique, ce dernier programme a été relancé en 2000 et des lanceurs ont mis en orbite plusieurs nouveaux satellites.

Dans ce cadre, l'envoi de 4 satellites pour ce système de positionnement avait été décidé en début d'année. Trois d'entre eux devaient être lancés via une fusée russe Proton-M. Malheureusement, après un décollage compliqué, le lanceur a largement dévié de sa trajectoire pour exploser quelques secondes plus tard, emportant avec lui son précieux chargement.

Suite à cet échec, un expert du domaine spatial a indiqué à l'agence Ria-Novosti que les conséquences seraient importantes pour l'agence russe Roskosmos mais également pour le développement du système de positionnement par satellite Glonass. Il précise ainsi que : « Cet échec va freiner la mise en œuvre du programme fédéral Glonass. Tous ces satellites auraient dû compléter notre groupement orbital. Le déploiement de notre groupement est achevé et ce dernier garantit actuellement un signal stable pratiquement partout dans le monde. Cela dit, pour que le système fonctionne normalement, il faut toujours une réserve orbitale dans le cas où un satellite tomberait hors service ou nécessiterait des opérations de maintenance ».

Le prochain lancement de satellites pourrait devoir atteindre une année, à moins que la Russie ne fasse appel à un lanceur étranger, notamment européen avec Ariane. Un choix cela dit peu plausible au vu de la nature stratégique des satellites mis en orbite. De même, la Russie peut recourir à d'autres fusées comme les Soyouz, les Rokot ou encore les Start.

Par contre, ces crashs auront un coût, l'agence cite le montant de 140 millions d'euros. Une perte qui pourrait se répercuter sur la facture finale de Glonass estimée à plus de 8 milliards d'euros pour une finalisation complète aux alentours de 2020.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Le forfait mobile Free passe de 70 à 90 Go pour seulement 9,99€ par mois
Windows 10X est reporté... indéfiniment
Quelle voiture électrique a la meilleure autonomie en 2021 ?
Samsung HW-Q900T : 300€ de réduction sur cette excellente barre de son
Notre sélection des meilleurs FPS solo, multijoueur et en coopération (2021)
Pour Luc Julia,
Bouygues renouvelle ses forfaits mobiles B&You avec des prix (vraiment) cassés 🔥
Les meilleures applications de sport pour garder la forme en toutes circonstances
Final Fantasy VII Remake Intergrade restera exclusif à la PS5 pendant au moins 6 mois
Avis Free Mobile : les forfaits Free sont-ils toujours le meilleur rapport qualité / prix du marché ?
Haut de page