Le système de positionnement par satellite russe Glonass prendra du retard

01 juin 2018 à 15h36
0
Le crash ce mardi d'un lanceur transportant 3 satellites destinés au système de positionnement russe Glonass devrait ralentir le programme. La Russie devra également éponger environ 140 millions d'euros de préjudice.

00FA000006098566-photo-proton-glonass.jpg
Afin de passer outre le système américain du GPS (Global Positioning System) , plusieurs Etats ou groupements ont mis en place leur propre architecture de positionnement par satellite. L'Europe a ainsi parié sur Galileo, la Chine sur Beidou et la Russie sur Glonass. Hérité de la période soviétique, ce dernier programme a été relancé en 2000 et des lanceurs ont mis en orbite plusieurs nouveaux satellites.

Dans ce cadre, l'envoi de 4 satellites pour ce système de positionnement avait été décidé en début d'année. Trois d'entre eux devaient être lancés via une fusée russe Proton-M. Malheureusement, après un décollage compliqué, le lanceur a largement dévié de sa trajectoire pour exploser quelques secondes plus tard, emportant avec lui son précieux chargement.

Suite à cet échec, un expert du domaine spatial a indiqué à l'agence Ria-Novosti que les conséquences seraient importantes pour l'agence russe Roskosmos mais également pour le développement du système de positionnement par satellite Glonass. Il précise ainsi que : « Cet échec va freiner la mise en œuvre du programme fédéral Glonass. Tous ces satellites auraient dû compléter notre groupement orbital. Le déploiement de notre groupement est achevé et ce dernier garantit actuellement un signal stable pratiquement partout dans le monde. Cela dit, pour que le système fonctionne normalement, il faut toujours une réserve orbitale dans le cas où un satellite tomberait hors service ou nécessiterait des opérations de maintenance ».

Le prochain lancement de satellites pourrait devoir atteindre une année, à moins que la Russie ne fasse appel à un lanceur étranger, notamment européen avec Ariane. Un choix cela dit peu plausible au vu de la nature stratégique des satellites mis en orbite. De même, la Russie peut recourir à d'autres fusées comme les Soyouz, les Rokot ou encore les Start.

Par contre, ces crashs auront un coût, l'agence cite le montant de 140 millions d'euros. Une perte qui pourrait se répercuter sur la facture finale de Glonass estimée à plus de 8 milliards d'euros pour une finalisation complète aux alentours de 2020.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
On Refait le Mac : premières impressions sur l'iPhone 6
Infos US de la nuit : incertitudes sur la date de lancement de l'iPhone 6
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Netflix perdra Starz fin février 2012
Test Internet Explorer 8 : le dernier IE avant la refonte
Test Internet Explorer 9 : un navigateur en net progrès
Haut de page