Le Sénat vote l'application de la taxe GAFA sur les géants du numérique

Yvonne Gangloff Contributrice
22 mai 2019 à 21h31
0
shutterstock_1282371406.jpg
© Shutterstock

La taxe GAFA a été votée à main levée dans la nuit du 21 au 22 mai par le Sénat, alors qu'elle avait déjà été adoptée à l'Assemblée nationale en avril dernier.

La taxe GAFA vise à imposer les géants du numérique qui échappaient en partie aux impôts en France.

La fin des privilèges fiscaux des multinationales

Initialement, la taxe GAFA émanait d'un projet franco-allemand. Elle s'est rapidement transformée en volonté européenne de taxer les grands groupes payant peu d'impôts en Europe.

Mais trois pays nordiques (la Suède, la Finlande et le Danemark) ont pris position contre cette taxation dans un communiqué commun, car « une taxe sur les services numériques d'écarterait des principes fondamentaux de l'impôt en ne s'appliquant qu'au chiffre d'affaires, sans prendre en compte le fait de savoir si le contribuable réalise un bénéfice ou non ». L'Irlande, de son côté a aussi montré de la résistance face à ce projet. Probablement parce qu'elle accueille un campus Apple qui fait vivre des emplois locaux. Notons aussi que l'activité des multinationales présentes dans le pays rapporte 10% de son PIB.

Face à ces réticences qui ont rendu le projet européen caduc, le gouvernement français s'est replié sur une loi nationale en espérant une réglementation de l'OCDE.

Des géants comme Apple ou Facebook vont passer à la caisse

Si pour l'heure, ils ne paient que peu d'impôts en France, 30 groupes pourraient payer à la France environ 400 millions d'euros d'impôts dès cette année.

Les entreprises visées sont celles qui ont un chiffre d'affaires basé sur leurs activités numériques d'au moins 750 millions d'euros dans le monde et de plus de 25 millions d'euros en France. L'idée est de leurs imposer une taxe de 3% sur leur chiffre d'affaires réalisé en France.

Sur la trentaine d'entreprises visées, beaucoup sont américaines, comme Airbnb, Instagram ou Amazon. Une seule entreprise française figure dans la liste : Criteo, spécialisée dans le reciblage publicitaire personnalisé sur internet. D'autres entreprises d'origine française sont concernées, mais elles ont été rachetées et appartiennent aujourd'hui à des groupes étrangers.

Une taxe temporaire

Pour le ministre de l'Économie, cette taxe est une solution qui doit faire avancer les négociations engagées avec l'OCDE. Ainsi, dès lors qu'un consensus existera au niveau de l'OCDE, le ministre de l'Économie a pris l'engagement de retirer la taxe GAFA.

Le caractère « temporaire » de la taxe est d'ores et déjà inscrit dans la loi, sa disparition étant prévue le 1er janvier 2022. Cette imposition devrait rapporter 400 millions d'euros pour les bénéfices 2019, 450 millions pour 2020 et 650 millions en 2021

Source : L'Express
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top