Le Sénat vote l'application de la taxe GAFA sur les géants du numérique

le 22 mai 2019 à 21h31
0
shutterstock_1282371406.jpg
© Shutterstock

La taxe GAFA a été votée à main levée dans la nuit du 21 au 22 mai par le Sénat, alors qu'elle avait déjà été adoptée à l'Assemblée nationale en avril dernier.

La taxe GAFA vise à imposer les géants du numérique qui échappaient en partie aux impôts en France.

La fin des privilèges fiscaux des multinationales


Initialement, la taxe GAFA émanait d'un projet franco-allemand. Elle s'est rapidement transformée en volonté européenne de taxer les grands groupes payant peu d'impôts en Europe.

Mais trois pays nordiques (la Suède, la Finlande et le Danemark) ont pris position contre cette taxation dans un communiqué commun, car « une taxe sur les services numériques d'écarterait des principes fondamentaux de l'impôt en ne s'appliquant qu'au chiffre d'affaires, sans prendre en compte le fait de savoir si le contribuable réalise un bénéfice ou non ». L'Irlande, de son côté a aussi montré de la résistance face à ce projet. Probablement parce qu'elle accueille un campus Apple qui fait vivre des emplois locaux. Notons aussi que l'activité des multinationales présentes dans le pays rapporte 10% de son PIB.

Face à ces réticences qui ont rendu le projet européen caduc, le gouvernement français s'est replié sur une loi nationale en espérant une réglementation de l'OCDE.

Des géants comme Apple ou Facebook vont passer à la caisse


Si pour l'heure, ils ne paient que peu d'impôts en France, 30 groupes pourraient payer à la France environ 400 millions d'euros d'impôts dès cette année.

Les entreprises visées sont celles qui ont un chiffre d'affaires basé sur leurs activités numériques d'au moins 750 millions d'euros dans le monde et de plus de 25 millions d'euros en France. L'idée est de leurs imposer une taxe de 3% sur leur chiffre d'affaires réalisé en France.

Sur la trentaine d'entreprises visées, beaucoup sont américaines, comme Airbnb, Instagram ou Amazon. Une seule entreprise française figure dans la liste : Criteo, spécialisée dans le reciblage publicitaire personnalisé sur internet. D'autres entreprises d'origine française sont concernées, mais elles ont été rachetées et appartiennent aujourd'hui à des groupes étrangers.

Une taxe temporaire


Pour le ministre de l'Économie, cette taxe est une solution qui doit faire avancer les négociations engagées avec l'OCDE. Ainsi, dès lors qu'un consensus existera au niveau de l'OCDE, le ministre de l'Économie a pris l'engagement de retirer la taxe GAFA.

Le caractère « temporaire » de la taxe est d'ores et déjà inscrit dans la loi, sa disparition étant prévue le 1er janvier 2022. Cette imposition devrait rapporter 400 millions d'euros pour les bénéfices 2019, 450 millions pour 2020 et 650 millions en 2021

Source : L'Express
Mots-clés :
GAFAM
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Comparatif 2019 : Quel est le meilleur support mural pour votre téléviseur ?
Game Builder : l'outil de Google qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres jeux
LEGO lance une collection Jurassic Park : Le Carnage du T.Rex
MSI et BlueStacks : les jeux Android portés en 240 FPS sur PC
Le nouveau Play Store et son Material Theme est en cours de déploiement
Tesla pourrait lancer un concurrent à Uber avant le déploiement de Robotaxi
Le Pixel 4 sortirait au mois d'octobre (selon une fuite de Verizon)
L'Université de Cambridge veut éviter les embouteillages à l'aide de Raspberry Pi
Amazon annonce une Echo Dot Kids Edition plus... colorée
Les créateurs d'Apex Legends dubitatifs concernant le cloud gaming et le jeu vidéo compétitif
scroll top