La France et l'Inde partenaires dans le développement de la filière hydrogène

Benoît Théry Contributeur
02 septembre 2019 à 07h39
0
CEA Liten logo
Logo du CEA Liten

La France et le National Institute of Solar Energy (NISE) indien s'apprête à s'engager plus loin dans le secteur des énergies renouvelables. Le nouvel accord signé le 22 août concerne le milieu de l'énergie, et plus précisément celui de l'hydrogène et des piles à combustible. Le CEA-Liten et le NISE indien poursuivent ainsi des objectifs engagés en mars.

On trouve dans cet accord, la production d'hydrogène par électrolyse, l'amélioration de son stockage ainsi que son application dans les transports.

Deux pays, deux acteurs

L'accord rassemble ainsi deux grands acteurs de la filière. Le premier est le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). C'est un organisme public spécialisé dans l'industrie technologique, intervenant notamment dans les domaines du nucléaire, dans la défense et dans la recherche dite fondamentale (les sciences de la matière, notamment). Le CEA compte neuf centres, mais c'est l'un d'eux en particulier, le Liten, qui est engagé dans la filière hydrogène. Basé à Grenoble et Chambéry, le Liten, pour « Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles et les nanomatériaux », se présente comme « le premier institut européen entièrement dédié à la transition énergétique ».

De l'autre côté de la planète, il y a le NISE, le « National Institute of Solar Energy ». Il est lui aussi un organisme dépendant du gouvernement, rattaché au ministère indien des énergies nouvelles et renouvelables (MNRE). Son objectif est de tester des méthodes de production d'énergies renouvelables susceptibles d'être, par la suite, déployées en Inde.

Le contenu de l'accord

L'accord a été signé en marge de l'entretien à Biarritz entre le Président français Emmanuel Macron et le Premier Ministre indien, Narendra Modi. Selon le communiqué de presse, le texte « souhaite étendre le champ de la coopération entre le NISE et le CEA-Liten » : il est question d'assurer un maximum d'étapes dans la filière hydrogène, de la production aux applications dans les transports en passant par le stockage.

Cette extension de la coopération est une étape nécessaire pour satisfaire la feuille de route émise en mars 2019, qui précisait concrètement les objectifs à atteindre. Cette feuille de route prévoit une décarbonation de 10% la production d'hydrogène industriel d'ici 2023. Elle stipule aussi un développement de solutions zéro émission pour les transports de tous horizons (routiers, ferrés, fluviaux...) et la préparation d'une seconde génération de production d'hydrogène par électrolyse à destination des industries.

Enfin, cette feuille de route comprend le développement de projets de démonstrateurs ayant pour but de décarboner les réseaux énergétiques des zones non interconnectées (ZNI, soient les zones qui ne sont pas reliées au réseau continental - le réseau électrique de Guyane ou de Mayotte, par exemple).

Le texte fait aussi écho à un mémorandum publié en mars 2018 relatif aux technologies du photovoltaïque. Cette autre filière des énergies renouvelables devrait également être travaillée par les deux organismes.

Source : CEA
12 réponses
7 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top