L'Internet par satellite sature et menace la généralisation du très haut débit

24 juillet 2015 à 12h13
0
Quatre ans après ses débuts, l'Internet par satellite grand public commence déjà à saturer, ce qui menace les ambitions d'une France entièrement éligible au très haut débit.

Destiné à combler la fracture numérique, l'Internet par satellite commence à saturer. Eutelsat, l'un des deux opérateurs du secteur en France, n'accueille plus de nouveaux clients dans 28 départements. Le plan France très haut débit, qui prévoit de connecter 100 % des logements au très haut débit en 2022, a du plomb dans l'aile.

0226000004308738-photo-satellite-ka-sat.jpg

L'opérateur de télécommunications Eutelsat a lancé l'Internet par satellite moderne en 2011, avec la mise en service d'un satellite de nouvelle génération exploitant une bande KA. Seulement quatre ans plus tard, ce satellite KA-SAT est arrivé à saturation dans 28 des 96 départements de la France métropolitaine, ou plus précisément sur deux des onze faisceaux qui couvrent le pays.
Aux dernières nouvelles, c'est-à-dire au 31 décembre 2014, ce satellite desservait 175 000 abonnés sur toute sa zone de couverture pan-européenne. Au lancement, Eutelsat pensait pouvoir accueillir un million d'abonnés en Europe et 300 000 en France. Visiblement, l'opérateur a considérablement revu ses ambitions à la baisse. Il faut dire qu'en quatre ans, la demande en termes de débits a augmenté. Or la capacité totale du satellite est restée et restera de 70 Gb/s.

Eutelsat pourrait accueillir de nouveaux abonnés, mais ils se partageraient ce débit. Ce serait insensible en heure creuse, mais il y aurait des ralentissements de plus en plus importants aux périodes d'affluence. « Nous n'allons pas sacrifier la qualité pour la quantité », a promis l'opérateur à Next Inpact. Il continue néanmoins à accueillir de nouveaux clients professionnels, qu'il priorise certainement au détriment des particuliers.

Pour augmenter sa capacité, Eutelsat envisage de « lancer de nouvelles ressources satellitaires », c'est-à-dire de lancer un second satellite. En attendant, les nouveaux clients peuvent se tourner vers des offres reposant sur le satellite KA d'Astra, lancé en septembre 2012, sur lequel il y a encore de la place.

035C000004308740-photo-carte-de-couverture-des-faisceaux-du-satellite-ka-sat.jpg

Contenus relatifs

Romain Heuillard

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma no...

Lire d'autres articles

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma nouvelle passion pour l'informatique. Depuis je me suis aussi passionné pour l'imagerie en général et pour la photo en particulier, mais je reste fan de sujets aussi obscurs que les procédés de fabrication de composants électroniques ou les microarchitectures de processeurs, que l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis enfin foncièrement anti-DRM et pro-standards ouverts.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page