Tooway : le satellite KA-SAT délivre Internet en zone blanche

31 mai 2011 à 17h06
0
Eutelsat a aujourd'hui annoncé le lancement commercial de la nouvelle génération de « Tooway ». Ce service d'accès à Internet par satellite a vocation a combler la fracture numérique en Europe, en apportant immédiatement à toutes les zones blanches une offre haut débit au rapport prix/performance honorable.

0140000004308742-photo-logo-tooway.jpg

Le lancement de la nouvelle offre « Tooway » coïncide en fait avec la mise en service opérationnelle d'un nouveau satellite, lancé en décembre dernier.

Un satellite dédié aux offres d'accès à Internet

« KA-SAT » a été conçu spécifiquement pour délivrer des accès à Internet individuels. Ce satellite multifaisceaux dispose pour ce faire de 4 antennes, émettant chacune sur une bande de fréquence et sur 20 faisceaux, ce qui multiplie la bande de fréquence d'autant.

0140000004308738-photo-satellite-ka-sat.jpg

On obtient ainsi 80 faisceaux de 250 km de diamètre chacun, puisque les faisceaux ne se chevauchant pas peuvent réutiliser les mêmes fréquences, pour un débit total de 70 Gbps et une couverture pan-européenne.

Des 30 millions de foyers européens dont la connexion est inférieure à 2 Mbps, dont 13 millions qui doivent se contenter d'un accès par modem RTC, « KA-SAT » peut en desservir plus d'1 million, dont 300 000 en France.

Un accès à Internet performant mais limité

L'offre « Tooway » est dorénavant déclinée auprès du grand public en quatre forfaits dont les performances rivalisent avec celles d'un accès ADSL. Si le débit en réception plafonne à 10 Mbps, celui en émission culmine à 4 Mbps, au-delà de ce que l'ADSL permet.

Les quotas sont en revanche maintenus, de 4 Go seulement sur une offre premier prix à environ 30 euros, à 25 Go sur une offre haut de gamme facturée environ 100 euros. Le temps de latence d'environ 700 ms, incompressible en raison de l'altitude de 36 000 km des satellites géostationnaires, impacte lui aussi certains usages, comme le jeu vidéo ou la téléphonie.

Les abonnés peuvent néanmoins recevoir la télévision depuis un satellite traditionnel de position orbitale adjacente, en installant une seconde tête conventionnelle sur le bras de la parabole.

L'Internet bidirectionnel par satellite requiert enfin un équipement coûteux : l'antenne parabolique d'environ 75 cm de diamètre, la tête émettrice et réceptrice TRIA et le modem sont facturés environ 400 euros. L'installation est à la portée des particuliers bricoleurs, à l'aide d'applications indiquant l'azimut en fonction de la position puis d'un avertisseur sonore retentissant quand le pointage de la parabole est satisfaisant.

0140000004308740-photo-carte-de-couverture-des-faisceaux-du-satellite-ka-sat.jpg

Souffrant encore de quelques restrictions et d'un coût potentiellement élevé, l'Internet par satellite incarne toutefois aujourd'hui le meilleur palliatif aux zones blanches, que l'ADSL ne rejoindra jamais faute de rentabilité. La nouvelle offre « Tooway » est commercialisée dès à présent par plusieurs fournisseurs d'accès à Internet tels que Alsatis, Connexion Verte, Numéo ou Sat2Way.

000000A004308734-photo-conf-rence-de-presse-eutelsat-tooway.jpg
000000A004308748-photo-conf-rence-de-presse-eutelsat-tooway.jpg
000000A004308736-photo-conf-rence-de-presse-eutelsat-tooway.jpg

Romain Heuillard

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma no...

Lire d'autres articles

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma nouvelle passion pour l'informatique. Depuis je me suis aussi passionné pour l'imagerie en général et pour la photo en particulier, mais je reste fan de sujets aussi obscurs que les procédés de fabrication de composants électroniques ou les microarchitectures de processeurs, que l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis enfin foncièrement anti-DRM et pro-standards ouverts.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page