Freebox mini 4K vs Bbox Miami, le match des box Android

Free a annoncé hier sa nouvelle box, la Freebox mini 4K, qui doit remplacer les Freebox Crystal pour assurer l'offre d'entrée de gamme de l'opérateur. Une box fonctionnant grâce à Android, comme la Bbox Miami.

Free avait annoncé une « surprise » lundi matin aux rédactions : ce fut effectivement le cas. Car à peu près personne n'avait senti venir l'arrivée d'une box Android chez Free. Pourtant, c'est bel et bien un boîtier fonctionnant grâce à l'OS de Google qu'a présenté ce matin Xavier Niel.

Avec un tarif à 29,99 euros et une box sous Android TV, la Freebox mini 4K se positionne directement face à la Bbox Miami de Bouygues Telecom. Pour ce faire, Free a épuré son offre Revolution.

01F4000007946043-photo-freebox-mini-4k.jpg


Freebox mini 4K, une mini-Revolution

Face à la récente Bbox Miami, la Freebox Crystal ne tenait plus vraiment la route. Il fallait donc à Free renouveler son offre. L'opérateur a donc pris sa Revolution, et l'a transformée pour en faire une offre plus abordable et faire face à celle de Bouygues Telecom.

On retrouve donc deux boîtiers qui, dans l'esprit, ressemblent aux Server et au Player de l'offre Revolution. C'est d'ailleurs ces mêmes dénominations qui sont retenues ici. L'écran OLED tactile sur le Server est reconduit, et la connectique des deux boîtiers est similaire à celle de la Revolution.

Mais le design by Stark est absent de cette Freebox mini 4K, dont le boîtier Player est bien plus petit que celui de la Revolution.

Et ce n'est pas l'économie de place qui est la plus importante : en privant sa Freboox mini 4K de lecteur Blu-ray, de disque dur, des boîtiers CPL ou des manettes de jeu, Free avance que le matériel contenu dans la Freebox mini 4K coûte 300 euros de moins que celui de la Revolution, malgré la présence d'un module femtocell.

Free réalise d'autres économies et supprimant les appels vers mobiles, ou encore en esquivant la redevance pour copie privée, puisque la Freebox mini 4K ne possède pas de disque dur.

L'opérateur parvient ainsi à proposer un tarif inférieur de près de 8 euros par rapport à l'offre Revolution (29,99 euros contre 37,98), tout en incluant la mise à disposition de la boucle locale et la partie TV. Finalement, Free revient à des prestations qui sont semblables à celles d'il y a quelques années. Et se positionne face à la Bbox Miami.

La Freebox mini 4K face à la Bbox Miami de Bouygues

Pour comparer ces deux offres, il convient de parler fonctionnalités, composants, hardware. Mais il faut aussi évoquer les tarifs, les frais de résiliation ou de mise à disposition du matériel. Voici donc un tableau récapitulant les différences entre ces deux offres.

07948987-photo-presse-papiers-2.jpg

Si la Freebox mini 4K est plus attrayante du point de vue du hardware, notamment via l'intégration du module femtocell ou la prise en charge de la fibre, elle perd le match du tarif. Rappelons toutefois que les 25,99 euros demandés par Bouygues pour sa Miami concernent uniquement les abonnés raccordés au réseau en propre de l'opérateur, soit environ 12 millions de foyers. Pour les autres, les tarifs est plus élevé de 8 euros.

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

PlayStation : un changement de stratégie préjudiciable pour l'avenir de la PS5 ?
Test OnePlus Watch : une première montre connectée abordable et endurante
Les Apple AirPods Pro à prix choc chez Amazon ce weekend !
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : quelles sont les nouveautés de la SVoD en mai 2021 ?
Nouveau shitcoin en vue ? Carole Baskin, la défenseuse des grands félins, lance sa crypto CAT
Le Mac mini avec puce M1 est en promotion avec un SSD de 256 Go ou 512 Go
Carte mémoire microSDXC SanDisk Extreme 512 Go à -50% !
Test du Xiaomi Mi 11 Ultra : le meilleur photophone du monde manque d’endurance
Telegram intègre directement un service de trading crypto (mais pour une seule cryptomonnaie)
Le premier transistor recyclable est là ! Vers une solution pour les déchets électroniques ?
Haut de page