Box TGV : Internet et services à la demande sur les rails le 1er décembre

26 novembre 2010 à 17h03
0
La SNCF a aujourd'hui annoncé à l'occasion d'un voyage inaugural le lancement imminent de « Box TGV », une nouvelle offre de service à bord. Déployé à partir du 1er décembre sur l'ensemble des 52 rames de la flotte TGV Est, ce service promet une offre multimédia mais aussi et surtout une connexion à Internet fiable à 320 km/h. 

03781648-photo-logo-box-tgv.jpg

0140000003781876-photo-sp-cial-box-tgv.jpg

Accédez à Internet à 320 km/h, mais pas seulement

À partir d'un portail « Box TGV » accessible depuis un ordinateur portable ou d'une déclinaison mobile, on accède à quelques services gratuits mais aussi et surtout à de multiples services payants.

00F0000003781664-photo-portail-box-tgv.jpg

À commencer par la connexion à Internet, qui est facturée 4,99 euros de l'heure ou 9,99 euros pour la durée totale du voyage.

L'« Happy Store » offre quant à lui une sélection de divertissements à destination des adultes et des enfants. On y retrouve notamment une sélection de 10 films à la demande, dont une moitié issue des sorties du mois, pour 4,99 euros chacun, et une autre moitié autour d'une thématique mensuelle, pour 3,99 euros. Des concerts de musique actuelle et classique facturés 4,99 euros sont également proposés.

00A0000003781692-photo-box-tgv-les-films.jpg
00A0000003781694-photo-box-tgv-les-concerts.jpg

La rubrique « Coach Express » compile une sélection de cours dans des domaines variés tels que l'informatique, la cuisine ou les langues, pour des tarifs s'échelonnant de 1,49 à 3,29 euros.

Des jeux, des coloriages, des dessins animés et des programmes éducatifs constituent par ailleurs trois « Kidbox » destinées à autant de tranches d'âges d'enfants : moins de 6 ans, de 6 à 9 ans et de 9 à 12 ans, à 5,49 euros l'unité.

Le « Kiosque » offre un accès gratuit à l'actualité par le biais des sites Internet Le Monde.fr, Le Post et L'équipe.fr, ou aux journaux de France 24 et de RFI. On y achète aussi le quotidien Le Monde pour 2 euros, et cinq documentaires thématiques pour 2,99 euros chacun.

00A0000003781730-photo-box-tgv-coach-perso.jpg
00A0000003781734-photo-box-tgv-kidbox.jpg
00A0000003781732-photo-box-tgv-le-monde.jpg

L'« information SNCF en direct » présente enfin gratuitement et en temps réel l'avancée du trajet, la vitesse instantanée du train et l'heure d'arrivée tenant compte des retards éventuels, ainsi que des informations pratiques sur la gare d'arrivée. Un guide touristique est également proposé pour chacune des 47 villes desservies, pour 0,49 à 0,79 euros, tandis qu'une carte de localisation interactive « Travelmap » est proposée pour 1,49 euros.

00A0000003781806-photo-box-tgv-city-guide.jpg
00A0000003781808-photo-box-tgv-travelmap.jpg

Chacun de ces services est payable à l'acte ou par le biais d'un portefeuille virtuel, qu'on alimente au moyen d'une carte bleue ou d'une carte prépayée de 5 ou 10 euros, vendue en voiture bar et dans les magasins Relay de certaines gares du réseau TGV Est.

00F0000003782034-photo-cartes-pr-pay-es-box-tgv.jpg

Du CPL à 25 000 V ? Non, du satellite !

Sur le plan technique, chacune des 52 rames embarque une infrastructure spécifique d'une valeur de 350 000 euros. Celle-ci comporte naturellement une connexion à Internet et un réseau Wi-Fi, mais aussi des serveurs embarqués destinés à alléger les besoins en bande passante.

La connexion à Internet emprunte une liaison satellite offrant un débit descendant de 2 Mbps et montant de 512 Kbps. Les tunnels restent donc d'éternelles zones blanches, tout comme avec une liaison GSM, à moins que des câbles rayonnant n'aient été installés par les exploitants des tunnels. Une liaison GSM (3G) est d'ailleurs implémentée, mais elle n'est pas utilisée sur la ligne Est. Une liaison Wi-Fi prend enfin le relai en gare.

0140000003781598-photo-antenne-satellite-box-tgv.jpg

La desserte locale est quant à elle assurée par un réseau Wi-Fi, avec deux points d'accès par voiture.

La majorité des services proposés par le portail « Box TGV » sont donc stockés sur les serveurs embarqués, sur lesquels ils sont répliqués à intervalle plus ou moins régulier. L'actualité est par exemple mise à jour toutes les 15 minutes, tandis que les contenus plus lourds (toutes les vidéos) ne sont mis à jour qu'en dehors des trajets commerciaux. Les échanges restent ainsi au maximum en circuit fermé.

L'équipement est dimensionné pour supporter la charge de 20 % des voyageurs présents à bord, un scénario optimiste d'après les représentants de la SNCF. Vraisemblablement en raison du fort engouement des voyageurs de l'avant-première, le fonctionnement du service s'est révélé pour le moins erratique la majeure partie du temps. Il est donc malheureusement impossible de livrer un ressenti. Tout juste sait-on qu'un service gourmand comme YouTube n'est — pour l'heure — pas bloqué, et qu'aucun filtrage n'est exercé sur tel ou tel protocole. En théorie, il devrait donc être possible d'utiliser Deezer ou Spotify, de passer un appel en voix sur IP (VoIP), de télécharger en peer to peer ou encore de se connecter par VPN au réseau de son entreprise. En pratique, les 2 Mbps partagés sur toute la rame et les temps de réponses du satellite calmeront vraisemblablement les ardeurs des voyageurs trop gourmands.

« Box TGV » fera quoi qu'il en soit l'objet d'un premier bilan à l'automne 2011, avant d'être éventuellement étendu à d'autres lignes de TGV.

0000014003782032-photo-antenne-satellite-box-tgv.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Trump suspend les sanctions Obama quant à la consommation des véhicules automobiles
scroll top