Le gouvernement demande l'avis du CNN sur les activités contraires à la "sécurité publique"

15 juin 2011 à 17h54
0
Le Gouvernement vient de demander au CNN de se positionner sur un décret précisant les sanctions évoquées à l'article 18 de la LCEN pour ceux qui fournissent un service « contraire à la sécurité publique ». Un champ large à débroussailler. Le Conseil national du numérique a donc annoncé qu'il comptait se réunir afin de rendre son avis au sujet de ce nouveau projet de décret.

00FA000004360456-photo-cnn-logo.jpg
A ce jour, l'article 18 de la LCEN (loi de Confiance dans l'Economie numérique) énonce que des mesures restreignant l'exercice de l'activité d'une personne qui « assure à distance et par voie électronique la fourniture de biens ou de services » peuvent être prises. Par contre, aucun décret d'application ne vient définir clairement ces sanctions.

Concrètement, cet article signifie qu'une autorité administrative, et non un juge, dispose du pouvoir de sanctionner une activité sur des motifs qui seraient contraires à l'ordre public. Ainsi formulé, le texte s'avère plutôt large et le décret, évoqué initialement par PcInpact, doit donc établir les sanctions applicables.

Pour l'instant, seules quelques précisions sont contenues dans l'article 18. De telles restrictions peuvent être prononcées lorsque ladite activité présente « un risque sérieux et grave d'atteinte au maintien de l'ordre et de la sécurité publics, à la protection des mineurs, à la protection de la santé publique, à la préservation des intérêts de la défense nationale ou à la protection des personnes physiques qui sont des consommateurs ou des investisseurs ». Rien de plus.

Selon PcInpact qui a pu en prendre connaissance, le décret précise que plusieurs ministères comme celui de la Défense mais également de la Justice, de la Consommation, de la Santé ou de l'Economie numérique, tout comme l'Anssi auront le pouvoir de prononcer des mises en demeure à l'encontre de l'éditeur d'un site. Ce dernier devra alors cesser le trouble en arrêtant, par exemple, son activité.

En cas de non-exécution de la mise en demeure, les autorités compétentes pourront faire retirer le contenu en cause. Selon le décret, elles disposeront également du pouvoir de saisir l'hébergeur d'un site afin de l'obliger à « retirer ou faire cesser la diffusion » dans les 72 heures.

Le texte est actuellement au stade de projet de décret d'application et sera donc étudié par le Conseil national du numérique. Cela signifie qu'il ne s'agit pour l'instant que d'un projet et que le texte pourrait passer par une validation de la haute juridiction administrative, le Conseil d'Etat.

Toujours est-il que les opposants à ce décret se sont déjà manifestés. La Quadrature du Net estime que le texte vise à « donner au gouvernement un pouvoir de censure sur tous les sites et contenus du Net qui serait totalement disproportionné. Il s'agit là d'une violation flagrante du principe de séparation des pouvoirs, portant gravement atteinte à la liberté de communication en ligne. Ce projet de décret doit à tout prix être rejeté »...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Un démantèlement des GAFA ?
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones
La Renault ZOE 2 se lance (enfin !) officiellement

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top