Test Blue Yeti X, que vaut l’un des micros de streaming les plus populaires ?

David Nogueira
Spécialiste automobile
29 février 2020 à 12h01
0
Ce microphone USB est sans doute l'un des modèles les plus populaires sur le web et après notre test complet du produit, on comprend pourquoi. Le constructeur réalise ici un produit au rapport qualité/prix remarquable. Fabrication robuste, qualité audio, fonctionnalités logicielles... on vous dit tout.

Si vous recherchez un microphone USB pour améliorer la qualité audio de vos streams sur Internet, vous avez forcément entendu parler des produits de la marque Blue - qui est d'ailleurs propriété de Logitech depuis 2018. Le constructeur propose une gamme de produits grand-public (et pas seulement des micros, mais aussi des casques) au sein de laquelle le Yeti X se positionne tout simplement sur le haut du panier.

Blue Yeti X

Version mise à jour du Yeti, le Yeti X embarque une capsule supplémentaire lui permettant d'améliorer les quatre modes d'enregistrement, ou plutôt quatre « directivités » déjà disponibles sur le Yeti standard. En l'occurrence, on trouve toujours la possibilité de choisir entre une captation « cardioïde, omnidirectionnelle, bidirectionnelle et stéréo ». Améliorer la qualité disions-nous, avec une fréquence d'échantillonnage qui ne change pas, mais une résolution qui passe de 16 à 24 bit. À défaut d'avoir un Yeti classique sous la main pour en comparer le rendu, on va surtout se focaliser sur ce nouveau Yeti X qui promet d'être performant pour un tarif plutôt attractif de 180 euros !

Spécifications techniques

+ Capsules : 4 capsules électrostatiques de 14 mm
  • Echantillonnage : 48 kHz
  • Débit binaire : 24-bit
  • Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 kHz
  • Diagrammes polaires : Cardioïde, omnidirectionnel, bidirectionnel et stéréo
  • Niveau pression acoustique max (SPL) : 122 dB
  • Impédance sortie casque : 13 à 16 ohms
  • Puissance sortie casque : 72 mW RMS par canal
  • Réponse fréquence sortie casque : 20 - 20 000 Hz
  • Réponse signal/bruit sortie casque : 100 dB
  • Dimensions avec support : 11 x 12,2 x 28,9 cm
  • Poids micro sans support : 0,52 kg
  • Poids avec support : 1,28 kg
  • Connectiques : micro USB et prise casque
  • Pas de vis pour fixation à un pied : oui, standard
  • Compatibilité : Windows et Mac OS

Une conception très robuste

Esthétiquement, le Yeti X emprunte plutôt la forme « allongées » inspirées du Yeti Nano que la tête arrondie de du Yeti classique. En revanche la forme du pied ne change : lorsqu'on se positionne bien en face le support ressemble à un personnage (un Yeti ?) qui porte dans ses bras le corps du micro.

Blue Yeti X

Dans cette version noire que nous avons reçue pour test, nous trouvons ce Yeti X vraiment très joli. Le pied affiche quelques reflets brillants du plus bel effet. Un revêtement repris au bas de la grille du micro et sur la grille elle-même alors que le corps du micro est lui plutôt mat. Autant de petites attentions portées au soin du détails qu'on ne peut qu'apprécier. L'autre aspect important de sa conception dont on ne peut pas passer à côté concerne la qualité de fabrication. Le Yeti X ne dispose, sauf erreur de notre part, d'aucune pièce en plastique. C'est vraiment très qualitatif et très appréciable compte tenu de son prix de 180 euros.

Blue Yeti X

Du coup ce micro inspire une robustesse plus qu'appréciable et qui se ressent aussi sur son poids : 1,28 kg avec le pied et 0,52 kg pour le micro seul. Attention donc si vous envisagez de fixer la bête à un pied ou un bras articulé (voir plus bas), il faudra veiller à ce que ces derniers soient assez robustes pour ne pas flancher sous le poids du micro. Sous le micro, on trouve d'ailleurs un pas de vis pour le fixer à un pied micro, mais aussi la prise micro USB pour relier le micro à son ordinateur et une prise casque pour le retour audio. Bref, tout y est et même un peu plus encore.

Acheter le Yeti X

Gardez un œil sur l'essentiel des réglages

C'est en effet, l'autre nouveauté d'ordre esthétique, qui impacte grandement le confort d'utilisation : le Yeti X dispose de deux boutons d'accès rapide aux principaux réglages. Ils sont disposés de part et d'autre du corps du micro. A l'arrière, un bouton permet de sélectionner le mode d'enregistrement. Nous allons y venir, mais nous pouvons d'ores et déjà vous dire que même si nous apprécions que Blue ait prévu cette touche, nous l'aurions apprécié encore plus si elle était installée en façade du micro. En l'état il faut tourner le micro pour sélectionner le mode ce qui n'est pas toujours très pratique, surtout si le Yeti X est fixé sur un bras.

Blue Yeti X

En façade, l'autre bouton qui fait aussi office de molette est cerclé de LEDs qui jouent le rôle de jauge d'information pour le gain. Si celles-ci sont vertes, tout va bien. Si elles virent au jaune, il y a danger et au rouge, le son sature. Bref, c'est classique. Il suffit alors de tourner la molette pour corriger le problème en baissant le gain.

Blue Yeti X

Ce qui est génial, c'est que ce bouton multifonction permet également de régler le volume du retour casque et le retour de votre voix dans le micro. Pour cela, il suffit de presser longuement sur le bouton. Les icônes changent, on règle et le tour est joué. C'est terriblement pratique - surtout en jeu où cela évite les allers/retours entre les menus de Windows et sa partie - et on est vraiment fan de l'indicateur lumineux du gain qui se concrétise par une vraie gestion de la qualité audio et de la régularité du volume pour ses auditeurs.

Quatre capsules et quatre modes pour coller aux mieux à vos usages

Mais la grande particularité du Yeti X réside dans le fait qu'il intègre quatre capsules correspondant à autant de modes d'enregistrement disponibles. Grâce au fameux sélecteur présent au dos du micro, on passe rapidement d'un mode à un autre, à moins d'utiliser le logiciel sur son ordinateur. On y reviendra.
Le mode cardioïde est sans doute celui que vous utiliserez le plus souvent. C'est en tout cas celui qu'il faut utiliser lorsqu'on parle seul face au micro. C'est ce mode qui créer une sorte de parabole face à vous et que les sons environnants parasites présents dans la pièce sont annulés. Le résultat est plutôt redoutable, avec un rendu de base qui est assez chaleureux, mais on va voir plus loin que Blue et Logitech ont tout prévu pour personnaliser le rendu.

Blue Yeti X

Le mode bidirectionnel est, comme son nom l'indique, destiné à des prises de son où deux personnes seraient installées de part et d'autre du micro, comme à l'occasion d'une interview. Attention, il semble qu'il ne soit pas possible dans cette configuration d'associer une piste audio par canal qui correspondrait alors à chacune des personnes présentent de part et d'autre du micro. En tout cas pas avec Adobe Premiere Pro que nous avons notamment utilisé pour les tests d'enregistrement. C'est dommage. En revanche, les sons qui sont émis sur les côtés micros sont plutôt bien exclus de la piste.

Blue Yeti X

Pour tout capter, il faut basculer sur le mode omnidirectionnel qui enregistre tous ce qui se passe autour du micro à puissance égale. Attention, la sensibilité des capsules est telle que vous pouvez rapidement enregistrer ce qui se passe dans une pièce à côté, par exemple. Les bruits de frappe sur le clavier (surtout s'il est à touche mécanique) ou les clics compulsifs sur la souris deviennent eux aussi beaucoup plus audibles.
Enfin, il y a le mode stéréo qui va tenter de capter au mieux la provenance de la voix ou d'un instrument par exemple, pour les reproduire le plus précisément dans la scène acoustique. Nos tests nous ont permis de constater que pour utiliser ce mode, il est parfois nécessaire de procéder à plusieurs essais, car l'orientation du micro change tout. Plus concrètement tous les bruits captés bien en face du micro sont restitués sur les canaux de gauche et de droite. Il en est de même pour les bruits provenant de l'arrière du micro. Ensuite, les bruits captés à gauche et à droite du micro seront restitués de la sorte. Selon nous il est impératif, sous ce mode stéréo, d'utiliser un casque pour le retour audio afin d'être sûr que le dispositif est physiquement bien positionné à tout moment de l'enregistrement... à moins que personne ne bouge dans la configuration physique.

Pour vous faire une idée de la qualité audio de ce micro configurer en mode bi-directionnel, mais sans aucune configuration particulière, vous pouvez retrouver notre stream vidéo réalisé à l'occasion de la présentation en vidéo de Dragon Ball Z : Kakarot.


Pourquoi il est impératif d'installer Logitech G Hub

Sitôt qu'il est connecté à un ordinateur sous Windows ou MacOS, le Yeti X est reconnu comme un micro. Il n'est pas indispensable d'installer le moindre logiciel pour s'en servir. Pour autant, il est selon nous très important de télécharger et installer le client maison, à savoir Logitech G Hub. D'abord parce que nous avons pu ainsi télécharger une mise à jour du firmware du casque. Mais aussi parce que G Hub propose une multitude de réglages et d'options de personnalisation dont il serait vraiment dommage de se passe.

Blue Yeti X

Passons rapidement sur des fonctions secondaires selon nous, mais néanmoins très pratiques : les options « d'éclairage ». Nous le disions plus avant dans ce test, le Yeti X dispose de quelques icônes rétroéclairées qui indiquent quel mode du micro on utilise. Blue et Logitech proposent d'y apporter une touche de personnalisation pour rendre la chose plus ergonomique et plus facilement identifiable pour l'utilisateur. Cela passe par l'association de couleurs à ces modes grâce aux LEDs. L'opération est très simple à réalise. En quelques clics on définit les couleurs associées au contrôle du volume du direct et à la puissance du retour dans le casque.

Blue Yeti X

Les options de G Hub deviennent beaucoup plus intéressantes lorsqu'il est question de personnaliser le rendu du microphone. On retrouve, sur la partie supérieure de la colonne de gauche, les fonctions qu'il est déjà possible de piloter avec les boutons physiques du micro à savoir le gain, le volume de sortie ou encore le choix de diagramme polaire (stéréo, omnidirectionnel, bidirectionnel et cardioïde).
À droite, G Hub propose une fonction d'enregistrement rapide pour tester les différents réglages mis à disposition dans la multitude de réglages avancés. Réduction du bruit, filtre passe-haut, expander/noise gate, de-esser, compresseur ou encore limiteur... les fonctions accessibles sous les menus Blue Vo!ce offrent tout ce qu'il faut pour réduire l'effet de sifflement désagréable, définir des seuils de bruits à capter ou exclure, des niveaux de fréquence à exclure, mais aussi de « linéariser » la puissance audio pour éviter que la piste ne fasse trop le yoyo.

Blue Yeti X

On trouve aussi juste au-dessus un égaliseur de voix, en apparence assez minimaliste, mais qui devient plus détaillé lorsqu'on clique sur les trois petits points pour accéder aux réglages avancés. Vous dire que c'est digne d'une console d'administration professionnelle serait vous mentir. D'ailleurs l'impact de ces derniers réglages sur la restitution n'est pas toujours très évidente, mais ces options peuvent permettre de corriger des défauts mineurs. Et puis elles sont là, c'est bien non ?

Blue Yeti X

Blue Yeti X

C'est à nouveau dans la colonne de gauche qu'on trouve quelques préréglages Blue Vo!ce plutôt bien fichus. Nous avons surtout été emballés par le mode « Broadcaster 2 » dont les réglages de collent très bien avec notre voix jusque dans la réduction de l'effet « pop » à la prononciation de certains lettres et donc certains mots.
Le logiciel G Hub vous donne évidemment la possibilité de créer des modes personnalisés... et d'en télécharger parmi une large sélection disponible. En haut, de cette nouvelle fenêtre, quelques mots clés vous permettent de trier les résultats, sans quoi la liste affichée vous en propose pour tous les autres produits Blue. L'agencement est plutôt bien fait puisqu'on retrouve, par exemple, une sélection d'effets pour Discord, le Gaming, ou encore d'autres qui misent sur la réduction du bruit, l'echo ou la reverb. Nous ne les avons pas tous essayés (vous vous en doutez) et, même parmi ceux que nous avons téléchargés, tous ne sont pas très convaincants, mais les internautes semblent s'en donner à cœur joie.

Blue Compass et Radius III : des accessoires... assez chers !

À l'occasion de notre test du Yeti X, nous avons également reçu les Blue Compass et Radius III. Il s'agit respectivement du bras articulé et la suspension antichoc du micro qui permettront aux streameurs les plus exigeants de positionner le micro bien en face d'eux. Et il faut reconnaître que cela représente un sérieux avantage dans certaines situations. Les musiciens qui souhaiteraient capter la mélodie d'une guitare (qu'on utilisera plutôt en position assise) ou d'un violon (en position debout), pourront positionner le micro au plus près et ainsi être sûr de capter de meilleur rendu possible.

Blue Yeti X

Mais, pour ne citer qu'eux, les joueurs aussi y trouveront leur intérêt. Sans ce support, il n'est pas rare lors d'une partie qui s'encanaille un peu d'entendre les bruits de chocs sur le bureau (ou le clavier et la souris matraqués comme nous le disions plus avant) ou encore les vibrations. Si jamais votre tour de PC s'emballe alors qu'elle est posée sur le bureau, là aussi vous éviterez les bruits désagréables si le micro est en hauteur.

Blue Yeti X

Et puis, il faut bien reconnaître aussi que l'ajout du Compass et du Radius III apporte un sacré look à l'ensemble... mais qui se paye très cher. Le Blue Compass est vendu 130 euros et il faut ajouter 75 euros pour le Radius III. De quoi doubler le prix de l'installation finale !


Test Blue Yeti X, notre verdict

Une fois notre test terminé, on comprend très bien pourquoi ce Yeti X a massivement été adopté par les diffuseurs de contenus en ligne. Ce microphone USB propose tout simplement un excellent rapport qualité/prix. La qualité audio qu'il produit grâce à ces quatre capsules et dans ces différents modes sera bien suffisante pour démarrer votre chaîne Twitch, discuter sur Discord, vous mettre en scène dans des vidéos YouTube, etc. On aime aussi sa qualité de fabrication et la robustesse qu'il inspire, tout comme les fonctions proposées par le logiciel G Hub. On regrette en revanche que le bouton de sélection des modes (omnidirectionnel, stéréo, etc.) soit situé à l'arrière du micro. S'il avait été en façade, l'ergonomie aurait été meilleure encore. Bref, à 180 euros, le Yeti X est clairement un produit coup de cœur, dommage que Blue commercialise le Compass et le Radius III aussi chers, car une fois le tout assemblé, ce kit a une sacrée gueule. N'hésitez pas à nous indiquer en commentaire quel matériel vous utilisez et ce que vous pensez de ce Yeti X.

Test Blue Yeti X

8

Les plus

  • La qualité audio des différents modes
  • Le rapport qualité/prix
  • La qualité de fabrication
  • Les nombreuses options logicielles
  • L''indicateur de gain en façade

Les moins

  • Pas de gestion multipiste en mode stéréo
  • Le voyant du mode utilisé à l''arrière
  • Le prix des accessoires Blue

Qualité d''enregistrement8

Qualité de fabrication 9

Polyvalence8

Ergonomie matérielle 8

Ergonomie logicielle 8


Acheter le Yeti X
Modifié le 12/02/2021 à 14h34
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

L'excellent Samsung Galaxy Note20 256 Go à prix cassé pour cette vente flash Cdiscount
L'imprimante jet d'encre HP OfficeJet 6950 est en vente flash à moins de 100€
Les caractéristiques du Microsoft Surface Laptop 4 se dévoilent officieusement
Le Canada investit massivement pour électrifier ses transports en commun
Oculus : Facebook travaille déjà sur les Quest 3 & 4 pour intégrer le suivi du visage et des yeux
Stud’Live : un live Twitch caritatif de 48 heures pour aider les étudiants dans le besoin
Meilleur forfait mobile : le comparatif de mars 2021
Avis RED by SFR : est-ce le meilleur forfait mobile sans engagement ?
L'opérateur RED by SFR relance son forfait à seulement 5€/mois
Accusée d'avoir induit en erreur ses investisseurs, NVIDIA remporte son procès à 1 milliard de dollars
Haut de page