La CNIL veut que Facebook arrête de collecter les données WhatsApp

19 décembre 2017 à 09h17
0
La CNIL, Commission nationale de l'informatique et des libertés, a une nouvelle fois dans son collimateur le réseau social Facebook. Cette fois et sans surprise, puisque la question avait déjà été soulevée en 2016, c'est le transfert de données de WhatsApp vers Facebook qui est remis en cause. Selon la CNIL, ce transfert ne respecte pas la loi en vigueur en France.

WhatsApp est dans le viseur de la CNIL et des instances similaires à l'étranger depuis que l'entreprise s'est faite racheter par Facebook en 2014. Plus particulièrement, c'est un changement des conditions d'utilisation datant de 2016 qui ne semble pas conforme à la loi.

Des données transmises de WhatsApp à Facebook

Le réseau social n'a pas tenté de cacher la collecte de données : le 25 août 2016, comme le rappelle la CNIL sur son site Internet le 18 décembre 2017, de nouvelles conditions d'utilisation sont publiées par WhatsApp. Le service de messagerie annonce que, désormais, des données personnelles de ses utilisateurs seront transmises à sa maison-mère, Facebook. Ces données pourront être utilisées pour le ciblage publicitaire, la sécurité et l'évaluation des services.

Selon l'enquête menée par les spécialistes commissionnés par la CNIL, les données des 10 millions d'utilisateurs de WhatsApp n'ont pas été utilisées par Facebook à des fins publicitaires. Toutefois, la CNIL confirme un transfert de données entre les deux entreprises, ce qui ne serait pas conforme à la réglementation en vigueur, en particulier car ce transfert se fait sans avoir recueilli le consentement explicite de l'utilisateur.

01F4000008761826-photo-facebook-logo.jpg


Facebook peu coopératif, la CNIL se fâche

En fait les utilisateurs de WhatsApp n'ont, dans la version actuelle des conditions d'utilisation des services, pas le choix : soit ils utilisent WhatsApp et autorisent le transfert de données, soit ils n'utilisent pas WhatsApp. La CNIL demande donc à Facebook de se mettre en conformité avec la réglementation en vigueur et ce, sous trois mois. Si rien n'est fait, la CNIL pourrait bien décider de prendre des mesures et sanctionner Facebook.

Si Facebook et WhatsApp ne font rien, les sanctions ont de fortes chances de leur tomber dessus : la CNIL a, dans son communiqué, souligné que WhatsApp n'a pas été coopératif dans le cadre de l'enquête. Cette absence de coopération a conduit à la publication de la mise en demeure sur le site de la CNIL qui rappelle toutefois que cette mise en demeure n'est pas une sanction contre l'entreprise mais un simple avertissement.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top