WhatsApp ne veut pas que Facebook analyse les conversations chiffrées de sa messagerie

05 août 2021 à 15h40
9
WhatsApp Clubic © clubic.com

Selon le patron de WhatsApp, Will Cathcart, le service de messagerie est contre l'analyse des conversations chiffrées par Facebook à des fins publicitaires.

Malgré l'offensive de Facebook dans le domaine de l'analyse des données protégées de bout-en-bout, WhatsApp ne semble pas avoir dit son dernier mot et confirme son intention de protéger les informations de ses utilisateurs.

Facebook et les GAFAM face à un mur ?

WhatsApp, l'application de messagerie instantanée la plus populaire du monde, appartient à Facebook, qui a pu déverser 20 milliards de dollars il y a quelques années pour racheter cette dernière. Mais Facebook ne fait pas d'argent grâce à WhatsApp, notamment à cause du chiffrement des données inhérentes au service.

Ainsi, il y a quelques heures, nous avons pu découvrir que Facebook voulait analyser les données chiffrées de cette messagerie, sans les déchiffrer, afin de proposer de la publicité ciblée et de monétiser son acquisition d'il y a quelques années. Mais voilà, Will Cathcart, le patron de WhatsApp, a immédiatement nié la mise en place d'une telle politique par Facebook.

facebook

Cette réponse va directement à l'encontre des dernières actions des GAFAM à propos de la confidentialité des informations. En plus de Facebook, Google, Amazon ou encore Microsoft travaillent également sur la technologie nommée chiffrement homomorphe, qui permet d'analyser des données sans les déchiffrer, en employant notamment l'intelligence artificielle.

WhatsApp riposte

Visiblement, WhatsApp ne voit pas les choses de cette manière. L'entreprise a pu l'indiquer à de nombreuses reprises au fil des années : les données cryptées qui ont fait le succès et la renommée du service sont là pour rester. Et le patron de WhatsApp a pu confirmer cette position sur Twitter.

Sur le réseau social, il affirme : « Nous n'allons pas proposer de chiffrement homomorphe pour WhatsApp. On me l'a demandé par le passé. Nous devrions faire preuve de scepticisme à propos des affirmations techniques selon lesquelles des applications comme la nôtre ne pourraient voir des messages que dans de "bons" cas. Ce n'est pas comme cela que la technologie fonctionne. »

WhatsApp_cropped_0x0

Malgré cette prise de position nette et précise du patron de WhatsApp, cela ne change pas les faits : Facebook est bel et bien en train de travailler sur cette technologie. WhatsApp reste de son côté une filiale de la firme de Mark Zuckerberg. Autrement dit, la messagerie pourrait être forcée de se soumettre aux volontés de la maison mère.

Source : Twitter

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
8
Cynian90
Quelqu’un pour nous expliquer autre quidams comment ça se passe l’analyse de conversations chiffrées ? Comment ils arrivent à savoir que je veux un nouveau kayak bleu cyan en lisant azAZEazeafVEFht66765YRHGR34234{@£% ?
zeebix
WhatsApp = Facebook, ils ont la clé de chiffrage…<br /> C’est juste un effet d’annonce pour tenter de redorer leur image…
lithium
Avec un moyen de chiffrement faible on peut deviner des motifs répétitifs permettant de trouver la clé et de casser le chiffrement. C’est comme ça que Mr Turing a cassé Enigma.<br /> Facebook ne casserait pas mais ferait une sorte de bibliothèque de motifs pour cibler sa pub. Mais si c’est techniquement possible alors le chiffrement de whatsapp ne vaut rien.
Cynian90
@zeebix<br /> Ainsi, il y a quelques heures, nous avons pu découvrir que Facebook voulait analyser les données chiffrées de cette messagerie, sans les déchiffrer,<br /> @lithium oui c’est bien trop vulnérable, ça ne semble pas le cas ici<br /> J’ai l’impression que ce chiffrement homomorphe dont on parle est juste un tour de passe passe pour dire qu’on a pas déchiffré l’entièreté du message à l’aide d’une clé privée, mais qu’on a exécuté un algorithme sur le contenu ? Or si l’algorithme consiste à renvoyer chaque lettre du message, n’est-ce pas l’équivalent d’un déchiffrement ?<br /> En gros, si Whatsapp chiffrait ses messages de façon «&nbsp;homomorphe&nbsp;» afin que Facebook puisse analyser le contenu de message, pourrait-on toujours parler de chiffrement de bout en bout, puisque le système d’analyse de message analyserait le message en transit ?
norwy
Il parait que si on n’est pas content, il n’y a qu’à arrêter d’utiliser les applications de Facebook pour régler le problème.<br /> Parce que c’est Facebook qui décide ce qui est légal ou pas en matière d’accès aux données personnelles vu que c’est leur filiale, donc leur application…
tfpsly
lithium:<br /> C’est comme ça que Mr Turing a cassé Enigma.<br /> C’est comme cela que les Polonais ont commencé à casser Enigma dès 1932 grâce à une doc piquée par les services secrets français en 1931 <br /> Les Polonais, mené par Rejewski, avaient déjà construit en 1939 une machine électromécanique automatique, qu’ils appelaient une « bombe cryptologique », mettant 2h pour casser le code du jour.<br /> Les Polonais ont envoyé tous leurs travaux aux Britaniques pour que les nazis ne sachent pas que leur code était cassé.<br /> L’équipe de Turing (et pas lui tout seul), ne partant donc pas de zéro, a cassé l’Enigma naval un peu plus complexe, et a automatisé la chose, trouvant les codes du jour plus rapidement.<br /> Bref, le récent film sur Alan Turing est loin d’être un cours d’histoire La page Wiki est bien mieux renseignée.
lithium
Intéressant. Merci
ar-s
C’est pourtant pas dure de faire du chiffrement efficace… Rien que du AES 256bits avec UNE BONNE clé c’est déjà violent (sachant que certains softs peuvent crypter en 4096bits même si légalement en france on a pas le droit). Si un IA arrive à cibler des pubs en analysant les données chiffrées de whatsapp c’est que leur méthode de chiffrement sent le pâté.
nickOh
Là il s’agit de cryptage homomorphe, encore au stade balbutiement.<br /> le principe :<br /> message 1 =&gt; crypté1 ;<br /> message 2 =&gt; crypté 2 ;<br /> crypté1+crypté2 = crypté 3<br /> message1 + message 2 = message 3 =&gt; crypté3<br /> En résumé on fait une opération sur les messages cryptés et on obtient le même résultat que si on avait fait la même opération sur les messages en clairs, puis qu’on avait crypté ce résultat ensuite.<br /> Donc faire des stats sans avoir les données d’origine, juste des tendances, ce qu’il faut pour la pub/marketing.<br /> C’en est a ses balbutiements, et il faut un cryptage particulier selon l’opération que l’on veut faire dessus, pour l’instant c’est plutot au debut et pas utilisable.<br /> Sauf qu’il comptent mettre de l’intelligence artificielle derrière pour ces analyses, allez savoir ce qu’il pourra en ressortir, on a déja tellement été surpris de ce qui est possible.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Xiaomi prévoit un concurrent au Mac Mini, et il pourrait faire des ravages
Grâce à son passage au Unreal Engine 5.1, Fortnite est plus beau que jamais !
Plus près de vous, Free Proxi, la nouvelle assistance technique de Free recrute
SpaceX va pouvoir envoyer 7500 nouveaux satellites Starlink, et dévoile une offre pour les militaires
Si ces rendus sont exacts, le OnePlus 11 va avoir droit à un module photo monstrueux !
Très belle offre sur Amazon concernant l'excellent MacBook Air M2
Vous voyez les tracteurs autonomes dans Interstellar ? Maintenant ils existent, pilotés par NVIDIA
DJI a un Mini 3 moins cher dans les cartons, mais il ne sera pas
Qu'est-ce que ChatGPT, cette nouvelle Intelligence Artificielle dont tout le monde parle
Cet excellent casque sans fil à réduction de bruit s'affiche à -27% sur Amazon
Haut de page