BlackBerry : le PDG veut une "neutralité" des applications mobiles

22 janvier 2015 à 15h15
0
Pour le PDG de BlackBerry, John Chen, les applications mobiles devraient être assujetties à une certaine législation calquant la neutralité du net

00C8000003867918-photo-logo-blackberry-rim.jpg
Si les fournisseurs d'accès à Internet doivent être soumis à la neutralité du net, BlackBerry estime qu'il devrait en être autant pour les applications. Sur le blog officiel de la société, l'homme affirme ainsi : « Malheureusement tous les fournisseurs de contenus et d'applications n'ont pas adopté cette ouverture et cette neutralité. Contrairement à BlackBerry, qui permet aux utilisateurs d'iPhone de télécharger et d'utiliser notre service BBM, Apple ne permet pas aux utilisateurs de BlackBerry et d'Android, de télécharger le service de messagerie iMessage ».

John Chen ajoute que pour le bon fonctionnement de sa plateforme vidéo, Netflix a poussé les opérateurs à respecter la neutralité du Net, et donc à investir davantage dans leurs réseaux. Mais la société ne s'est pas montrée ouverte pour autant, ni n'a investi dans le développement d'une application pour le système BlackBerry.

Selon lui, cela a créé un écosystème à deux niveaux au sein duquel les utilisateurs de l'iPhone et d'Android sont capables d'accéder à plus de contenus et d'applications que ceux faisant usage d'un autre système d'exploitation mobile. Et d'ajouter : « C'est précisément ce type de pratiques discriminatoires que les défenseurs de la neutralité ont critiqué en ce qui concerne les opérateurs ».

L'idée générale est donc que les différents éditeurs (Apple, Google, Microsoft ou BlackBerry) se distinguent, non pas par leurs applications propriétaires, mais par l'ergonomie apportée par leur OS mobile, et par la manière dont ils exploitent les applications, idéalement disponibles de manière universelle.

Certes, le développement d'applications multi-plateformes constitue un coût non négligeable, notamment pour les jeunes pousses, mais certaines sociétés contournent le problème en mettant à disposition des interfaces de programmation afin de permettre à des tiers d'offrir eux-mêmes le service sur les plateformes de leur choix.

Reste que la société BlackBerry elle-même ne porte pas toutes ses applications sur les plateformes concurrentes. Certaines, comme BlackBerry Travel, sont disponibles sous d'autres marques (WorldMate), mais d'autres sont encore réservées à ses propres smartphones comme BlackBerry Express.

M. Chen a envoyé une lettre au gouvernement américain afin de faire état de la situation et dans l'espoir de se faire entendre.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top